Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 09:01

Après une longue période de silence (en France), j’avais été enchanté de retrouver Adrian McKinty avec un nouveau personnage dans Une terre si froide. Et je suis très content de revoir Sean Duffy, flic catholique de Belfast dans Dans la rue j’entends les sirènes.

 

McKinty-2.jpg

Sean Duffy est donc flic, à Belfast, dans les mois qui suivent la mort de Bobby Sand. Une vie pas facile donc … Même s’il est inspecteur à la criminelle, il est souvent réquisitionné avec ses collègues pour sécuriser un lieu après un attentat de l’IRA ou encadrer une manifestation des fous furieux protestants. D’autant plus que les militaires sont rappelés pour aller aux Malouines … Voilà qui lui laisse peu de temps et de ressources pour enquêter sur cet étrange tronc tatoué retrouvé dans une valise. Les premières constatations montrent que l’homme est américain, qu’il a été empoisonné avec un poison rare, découpé, puis congelé avant d’être trouvé par la police. Compliqué, mais Sean est têtu, et ne laisse jamais tomber.


Qu’est-ce qu’ils ont ces irlandais ? Qu’est qui leur donne ce ton, cette façon d’arriver à nous faire sourire et espérer en la vie et en l’être humain au moment même où ils nous racontent … Merde, j’ai déjà écrit ça dans mon papier sur le dernier Ken Bruen ! Faut dire que vu d’ici il y a bien une école irlandaise (que j’aimerais voir aussi reconnue que l’école scandinave !).


Parce qu’ici, des horreurs, il y en a. Entre un pays en guerre, les attentats et les meurtres de l’IRA, la torture et les atrocités perpétrées par l’occupant anglais, les haines entre communautés, le chômage, la misère rampante, la connerie, le racisme et le sectarisme que suscitent le manque de travail et d’espoir … Et tout ça vu par un flic, forcément au contact de ce que l’humanité peut produire de pire. Normalement, il devrait y avoir de quoi se tirer une balle.


Et pourtant, on sourit, et pourtant il y a de l’énergie, de la vie. Mais qu’est-ce qu’ils ont ces irlandais ?

Et puis il y a du style, de la puissance narrative, de la musique, de l’humanité. On a envie de foutre des baffes aux cons avec Sean, de boire une bière avec lui, d’aller ramasser des coquillages en regardant, au loin, la côté écossaise … Bref, toute l’humanité dans sa petitesse et sa grandeur est dans ces pages. Ajoutez une intrigue fort bien menée, des personnages qu’on a l’impression de connaître tout de suite et comme moi vous direz :


Vive les écrivains irlandais ! Vive Adrian McKinty ! Vive Sean Duffy !


Adrian McKinty / Dans la rue j’entends les sirènes (I hear the sirens in the street, 2013), Stock/La cosmopolite Noire (2013), traduit de l’anglais (Irlande) par eric Moreau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars irlandais
commenter cet article

commentaires

marilys 23/11/2013 21:41


bonsoir, je reviens d'un WE à Dublin ( première fosi que je vais en Irlande) et j'ai été frappé par la joie de vivre des irlandais , malgré la crise quise ressent bien...


ils ont vraiment quelque chose ces irlandais!

Jean-Marc Laherrère 23/11/2013 23:27



C'est soit la Guiness, soit qu'ils lisent tous Ken Bruen !



Norbert 23/11/2013 06:16


Vive les écrivains irlandais ! Vive Adrian McKinty ! Vive Sean Duffy !


Je l'entame dès que je finis "La Voix des Maisons" de Jean Songe (Kyklos Editions), un roman "psychotronique" unique et inclassable, mais fort réjouissant. Je l'ai à côté de moi, je le prends en
main de temps en temps, pour le feuilleter, sentir la bonne odeur de papier, voire même choper quelques phrases par-ci par-là, j'admire sa belle et élégante couverture, bref, je brûle
d'impatience de m'y plonger dedans !


Merci et bravo pour ta superbe chronique, je l'ai faite tourner sur Facebook notamment, semant le lien un peu partout... ; )


Et vive les écrivains irlandais ! Vive Adrian McKinty ! Vive...

Jean-Marc Laherrère 23/11/2013 18:37



Bonne lecture irlandaise.



Mary 22/11/2013 09:21


Oui oui je les ai chroniqué aussi ceux-là, j'ai dévoré les deux d'affilée ! J'aime j'aime! Je vois qu'on  a le même ressenti, à savoir que c'est vivant, terriblement vivant. Bonne journée !

Jean-Marc Laherrère 22/11/2013 09:44



C'était déjà le cas de ses précédents romans, dommage qu'il ne soit pas plus connu.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact