Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 19:57

J’avais beaucoup aimé les deux romans précédents de Peter Temple, deux romans très différents dans leur trame et dans leur écriture, Séquelles ancré dans une Australie froide et pluvieuse comme on la connait peu par ici, et Un monde sous surveillance qui nous balade dans le monde entier au rythme d’un thriller paranoïaque. Je me demandais donc ce que nous réservait Vérité. Un mélange des deux. Malheureusement pour moi, un mélange que j’ai moins apprécié …


templeMelbourne, dans la chaleur torride de l’été australien. Le commissaire Villani depuis peu à la tête de la Brigade des Homicides est appelé dans une chambre d’un immeuble grand luxe : le corps sans vie d’une jeune femme dénudée a été retrouvé. Scandale, l’immeuble, dernier cri de la sécurité totale ne peut pas avoir été le théâtre d’une telle violence. Les pressions au plus haut niveau commencent à se faire sentir pour étouffer l’affaire.


Quand trois nouveaux cadavres, de trois hommes qui ont été torturés, sont retrouvés dans un hangar de la ville. Alors qu’il s’inquiète pour son père resté dans sa ferme menacée par des incendies, et pour sa fille la plus jeune qui sombre dans le drogue, Villani va devoir démêler une pelote de fils qui touchent les échelons les plus haut placés du monde de la politique, de l’économie … et de la police.


Un. Pourquoi un mélange des deux. Parce qu’on est très ancré dans le pays, ici à Melbourne. Parce ce que la corruption, de la police, du monde politique, de la justice, les collusions avec le monde économique sont au centre du propos. Comme dans Séquelles. Parce que le rythme est celui du thriller, avec des scènes d’action dans lesquelles l’auteur manie le rythme d’écriture en maître, donnant l’impression au lecteur qu’il lit de plus en plus vite, de plus en plus fébrilement. Comme dans Un monde sous surveillance.


Deux. Pourquoi suis-je en partie déçu ? Parce que malgré ses évidentes qualités (voir ci-dessus), la mayonnaise ne prend pas tout le temps. Parce que l’intrigue avance à coup d’intuitions de génie de Villani qui restent fort énigmatiques pour le lecteur, et qu’une fois ça va, mais là ça se répète une peu ; parce que le coupable tombe du ciel ; parce qu’à force d’ellipses, de raccourcis et de multiplication des personnages le lecteur se perd, un peu, beaucoup, à la folie … Dans un autre roman ça peut passer, mais pas dans un thriller.


Pourtant la quatrième de couverture fait état d’un prix prestigieux pour ce roman. Alors est-il plus clair pour les australiens ? Etais-je fatigué ? Y a-t-il un problème de traduction ? Mystère qui ne sera peut-être jamais résolu.


Peter Temple / Vérité (Truth, 1998), Rivages/Thriller  (2012), traduit de l’australien par Simon Baril.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars des antipodes
commenter cet article

commentaires

chris 08/08/2012 11:01


Bjr ,je viens de le terminer et je m'étais promis de ne pas lire votre critique avant de me faire mon impression et j'arrive à la même conclusion: pas tout saisi,un enquêteur qui a décidément
beaucoup d'intuition et qui devrait s'en servir pour régler ses problèmes familaux,des relations avec son père... qui ralentissent un rythme de narration déjà pas bien élevé pendant les
trois-quarts du roman.Des dialogues percutants par contre,mais ça ne suffit pas,grosse déception.

Jean-Marc Laherrère 08/08/2012 18:57



Nous sommes bien d'accord.



holden 09/06/2012 00:37


oui, j'arrete les nouveautes, surproductio, j'en peu plus, fin juin break, je vais donc acheter ces livres, un petit westlake, bref du solide, plein le dos, trop de livre je trouve, je reois des
livres dont j'en ai rien à cirer

Jean-Marc Laherrère 09/06/2012 12:24



C'est vrai qu'on reçoit beaucoup de machins sans intérêt. Mais aussi beaucoup de bonnes choses et qu'il est difficile de faire ce que tu t'apprêtes à faire, revenir de temps en temps aux
fondamentaux.



holden 05/06/2012 18:13


jamais lu un taibo


tu a le droit de me frapper avec une pile de chattam ^^


putain connollly ca devient lourd au fait


j'attend.....

Jean-Marc Laherrère 06/06/2012 07:25



Mon fils, pour votre pénitence, vous lirez séance tenante et toutes affaires cessantes "Ombre de l'ombre" et "A quatre mains". Puis on en recause.



holden 04/06/2012 22:37


zob, je le saute, alors, pire je l'envoie


muahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh


bon, sinon, je reste chez rivages avec robin cook, et laurent chalumeau

Jean-Marc Laherrère 04/06/2012 23:33



Moi je passe de Barcelone noir chez Asphalte au Taibo chez Rivages.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact