Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 16:58

Je continue avec les auteurs irlandais, tout en changeant totalement de style avec le dernier John Connolly (encore un auteur qui n’est pas assez connu à mon humble avis) : La colère des anges.

 

Connolly

Au fond des forêts du nord du Maine git un avion. Cela fait des années qu’il s’est écrasé là, et personne ne s’en est jamais inquiété. Presque personne. Parce que dans cet avion il y a une liste que certains voudraient récupérer, et d’autres détruire. C’est comme ça que Charlie Parker et ses amis Angel et Louis se retrouvent sur la piste. Mais ils ne sont pas les seuls, de vieilles connaissances sont aussi en chasse. Le Collectionneur qui mène sa propre guerre, mais aussi une femme inquiétante et un jeune garçon vieux avant l’âge, un gamin qui ressemble de façon troublante à un être qu’ils croyaient avoir éliminé.


John Connolly au sommet de son art de conteur. Quand on ouvre le bouquin, impossible de la lâcher. Il vous attrape par le bout du nez et mène le bal avec une maestria confondante. Autant j’avais trouvé que le précédent, La nuit des corbeaux, était un Charlie Parker mineur, autant avec celui-ci il revient très très fort. Et au passage, il éclaire un peu le précédent, ou plus exactement, il l’assombrit …


Comme toujours, le fantastique est là, présent, en toile de fond, sans jamais jouer le rôle du Deus ex machina. Pas de tour de passe-passe, tout peut s’expliquer de façon « naturelle ». Et derrière les personnages qui s’agitent, le Mal est certes une entité métaphysique, mais aussi et de plus en plus une entité très réelle, très terre à terre, avec de nouveaux Commanditaires qui n’apparaissent jamais mais tirent les ficelles dans l’ombre. Du coup, Connolly et Charlie Parker dans leur lutte contre un Mal absolu se politisent de façon de plus en plus claire et ouverte.


Ce qui n’est bien évidemment pas pour me déplaire (hihi). Mais n’est que la cerise sur la gâteau, tant le plaisir de retrouver Charlie, Angel, Louis et les histoires fascinantes de l’oncle John est immense, qu’il y ait ou non un contenu politique. Vivement le prochain.


John Connolly / La colère des anges (The wrath of angels, 2012), Presses de la cité (2013), traduit de l’irlandais par Jacques Martichade.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars irlandais
commenter cet article

commentaires

Christian 07/07/2013 12:06


 


Bonjour Jean-Marc,


Je reviens vers toi après avoir, sur tes conseils, commencé la série de romans sur Charlie Parker par le premier tome « Tout ce qui meurt ». Et je ne suis pas déçu.


Quelques remarques :


La mise scène des crimes m'a tout de suite fait penser à « L'oiseau des ténèbres » de Michael Connelly et son héros Harry Bosch. Je me suis alors dit que Connolly s'était inspiré de
Connelly … Eh bien non, puisque le roman de l'irlandais est antérieur (1999) à celui de l'américain (2001). C'est donc peut-être l'inverse. A ce propos, pas de chroniques sur Connelly sur ton
blog, c'est un parti pris ?





Le roman contient en fait deux histoires qui pourraient être traitées presque distinctement, ce qui est assez surprenant.




Les pointes d'humour sont vraiment excellentes.




Le personnage de Charlie Parker fait un peu penser à Patrick Kenzie.




Merci encore de m'avoir fait découvrir cette série, dans laquelle je vais certainement rapidement me replonger.

Jean-Marc Laherrère 07/07/2013 12:43



Non ce n'est pas un parti pris, j'explique.


J'ai beaucoup aimé Connelly. Puis je me suis passé, trouvant qu'il avait une certaine tendance à tirer à la ligne et à faire toujours la même chose, en moins intense.


Et je me suis lassé avant de commencer ce blog. Voilà pourquoi je n'en parle pas.


Il faudrait peut-être que je m'y remette pour voir s'il a repris du peps et si ça vaut de nouveau le coup.



gridou 10/05/2013 12:58


Moi aussi j'avais été déçue par le précédent.

Jean-Marc Laherrère 10/05/2013 14:29



Il était un cran en dessous, mais restait bien au dessus de la moyenne de la production annuelle ...



La petite souris 09/05/2013 10:52


je suis heureux d'apprendre que Connolly est toujours en grande forme ! un des auteurs que j'apprécie le plus tant son univers est original. Je ne devrai donc pas tarder à lire celui ci qui vient
d'arriver sur mon étagère.


petite question subsidiaire, tu as une idée de quand sera annoncée la programmation de TPS de cette année? j'ai loupé la manifestation de l'année dernière, je compte me rattraper cette année ;)


amitiés

Jean-Marc Laherrère 09/05/2013 13:06



On commence à avoir une bonne idée. Je te fais signe quand on annonce les auteurs et les tables rondes.



connard 07/05/2013 14:53


putain comme on vait ramé pour cet entretien merci les adp des presses...pfffffft


oui sinon excellent crû, et d'accord pour le social qu'il propose qui me plait, il s'engage de plus en plus, petit bemol, la fin, que je voyais plus explosive


dommage qu'il soit si meconnu ici, vive maxime chattam, je deconne,

Jean-Marc Laherrère 07/05/2013 15:11



C'est vrai que la fin laisse un peu sur sa faim (hihi). Et laisse surtout plein de questions ouvertes, pour la suite.



Regis 07/05/2013 07:55


bjr,


j'i decouvert conolly,il ua tres pru de temps( murmures) et depuis, j'ai en aui lu 3 autres...


Decidement,le Maine est un endroit tres peu frequentable..


au fait penses tu qu'il ya une influence de stephen King chez conolly?


merci

Jean-Marc Laherrère 07/05/2013 14:25



La vérité est que je connais trop mal l'oeuvre de King pour me prononcer.


La réponse est peut-être là :


http://www.unwalkers.com/entretien-avec-john-connoly-2012-vo-et-vf/



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact