Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 09:35

Bientôt, ici l’annonce des candidats au prix Violeta Negra 2012 qui sera remis lors de la prochaine édition de TPS. En attendant, c’est dans le cadre de la sélection des romans que j’ai découvert un nouveau flic et un nouvel auteur : Domingo Villar est espagnol, galicien plus précisément et La plage des noyés voit l’arrivée d’un nouvel enquêteur, le taciturne Leo Caldas.

 

VillarLeo Caldas est galicien d’origine et flic à Vigo. Taiseux comme ses compatriotes il fait le désespoir de son adjoint, le bouillant aragonais Rafael Estevez. D’autant plus qu’il semble accepter que personne ne parle, même quand ils découvrent le cadavre de Justo, un pêcheur mort noyé, les mains attachées. Cela pourrait être un suicide, l’homme étant réputé triste et presque déprimé. Mais sa sœur est persuadée que Justo a été tué. Et dans le village on raconte des histoires d’un bateau fracassé des années auparavant, et de son capitaine, mort durant le tempête qu’on aurait revu récemment …

 

Voilà le cas d’école d’un polar qui, sans être la révélation de l’année, fait passer un très bon moment. Rien de révolutionnaire, ni dans le fond (enquête classique menée par deux flics), ni dans la forme, l’écriture est très classique. Mais c’est du travail soigné, bien fait, avec tout ce qu’on peut apprécier quand on voyage au travers d’un polar.

 

Des personnages intéressants et bien construits, une intrigue solide, bien menée avec ce qu’il faut de fausses pistes et de coups de théâtre, et la découverte d’un lieu, d’un milieu et d’une population assez peu connue par ici : la Galice, cette province du bout de l’Espagne, du bout de l’Europe même.

 

L’éclairage est mis plus précisément sur un monde peut-être sur le point de disparaître, celui des pêcheurs côtiers. Un métier rude, dangereux, de plus en plus aléatoire maintenant que les rias, (ces fjords galiciens) sont presque vides de poissons et que les pêcheurs sont obligés, de plus en plus, de braver les éléments au large.

 

Comme l’auteur sait aussi prendre le temps de décrire un rayon de soleil sur un paysage étincelant, ou le goût d’un verre de blanc accompagnant une terrine de coques, on n’a pas le roman de l’année mais un polar très recommandable et un auteur et un personnage qu’on aura plaisir à retrouver.

 

Domingo Villar / La plage des noyés (La playa de los ahogados, 2009), Liana Levi (2011), traduit l’espagnol par Dominique Lepreux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars espagnols
commenter cet article

commentaires

Rizzio 16/12/2011 09:17


Pour une fois que j'en ai lu un avant de lire la chronique, je me permets un petit commentaire ! D'accord avec vous sur ce roman très agréable et bien construit qui donne envie de s'attabler
devant une bouteille de Rias Baixas et des tapas de fruit de mer. J'ajouterais seulement qu'il contient également de belles pages sur les relations père-fils. Merci pour vos défrichages, ne
changez rien !

Jean-Marc Laherrère 16/12/2011 09:39



Effectivement, avec pour un fois un père parfois un peu envahissant, d'habitude c'est aux mères qu'on réserve ce rôle.


Je ne change rien !



veronique 15/12/2011 22:26


c'est rare que je ne partage pas votre avis mais cette lecture est trop decevante : une belle province , un heros qui en rappelle d'autres l'intrigue dénouée à peine commencée et puis
l'écriture sans magie : j'ai eu l'impression d'un gachis : une belle intention mais qui n' a pas su me convaincre  

Jean-Marc Laherrère 16/12/2011 09:39



Des goûts et des couleurs ... J'ai pris plaisir à la lecture, comme Rizzio, mais sans non plus crier au livre indispensable.



mazel 15/12/2011 11:37


trop tard pour noël, budget dépassé... mais sur la liste 2012...


merci pour toutes ces bonnes pistes de lecture,


 

Jean-Marc Laherrère 15/12/2011 13:49



De rien, et merci, et bonnes fêtes !



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact