Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 21:51

 

Les romans d’Andrea Camilleri tombent sans discontinuer ! Ce coup-ci pas de Montalbano, mais un jeu de chaises musicales dans le monde politico-médiatique de Palerme : Le coup de filet.

 

Camilleri-copie-1

A Palerme comme ailleurs (plus qu’ailleurs ?) dire que la télévision est totalement indépendante du pouvoir politique et économique est une grosse plaisanterie. Michele Caruso, directeur du journal télévisé ne va pas tarder à le vérifier, si tant est qu’il ne le sache déjà : Le jeune Manlio Caputo est accusé du meurtre de sa fiancée. So what ? Disons que la jeune femme est la fille d’un politique en vue, Manlio fils d’un député, le beau-père de Michele est sénateur … Bref le grand jeu entre justice, police, pourvoir politique et pouvoir médiatique peut commencer.


Autant le dire tout de suite ce n’est pas le meilleur Camilleri. Je le trouve un peu mince. Il est quasiment uniquement constitué de dialogues, au point que je me suis demandé s’il ne s’agissait pas d’une adaptation d’une pièce théâtrale ou radiophonique.


Ceci dit, même un Camilleri moyen reste un roman que l’on a plaisir et intérêt à lire. Le maître a toujours sa patte, sa méchanceté, sa lucidité dans l’analyse des liens de pouvoir et de servilité entre les mondes médiatique, politique et économique.


Intérêt et plaisir donc, mais sans la jubilation que procurent de certaines de ses œuvres.


Andrea Camilleri / Le coup de filet (La rizzagliata, 2009), Fayard (2012), traduit de l’italien par Dominique Vittoz. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

X

Le conseil est bon car cette fois, j'ai enclenché la vitesse et ai accorché au Voleur de goûter, merci Grand Conseiller dans le Noir
Répondre
J


De rien, content d'avoir réussi à convertir un nouvel incoryant en adepte de Montalbano !



X

Je me soigne donc il y a de l'espoir surtout si tu m'en conseilles un.


J'avais visionné la série TV pour bosser mon italien et là ça passait bien, la motivation linguistique l'a emporté... Je vais me remettre aux romans.
Répondre
J


Je conseillerais bien Le voleur de goutter.



X

Tu m'as fait découvrir ce Camilleri que j'aime bien, il a le don pour rendre ses personnages attachants. A l'inverse, je n'ai jamais pu vraiment accorcher aux Montalbano.


 
Répondre
J


Ne pas accrocher à Montalbano ? Sacrilège !! Mon fils vous me direz trois Catarella pour la peine.



G

Pas de Montalbano? Donc pas de Catarella? Je lis pas... 
Répondre
J


Et non pas de Catarella, pas de Mimi, pas de dispute avec sa douce ...



Z

"Si tant est qu'il ne le sache déjà", et non pas "si tenté qu’il ne le sache déjà".


Merci d'écrire en bon français, même au sujet d'un roman italo-sicilien. 
Répondre
J


Désolé, un peu (beaucoup) de fatigue en ce moment. promis juré je ne le ferai plus !



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact