Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 19:50

J’ai découvert Brigitte Aubert il y a peu, avec le monstrueux et réjouissant Le souffle de l’ogre. Puis j’ai lu quelques uns de ses romans pour préparer sa venue à TPS en 2011. Comme j’ai apprécié, j’essaie maintenant de suivre ses nouveautés. La dernière en date : La ville des serpents d’eau.

AubertUne petite ville des US, proche de la frontière canadienne, à la veille de la période de Noël. Il y a une quinzaine d’années, cinq fillettes ont été enlevées. Les corps de quatre d’entre elles ont été retrouvés, dans les lacs du coin, le dernier n’a jamais réapparu. Et voilà que fait surface une gamine maigre, salle et muette, semblant sortie de nulle part. Elle est prise en charge (si on peut dire) par Black Dog un SDF noir, immense et légèrement demeuré. Chose qui ne semble étonner personne, sauf Limonta, ex flic newyorkais, viré après une très grosse bavure due à sa consommation excessive d’alcool. Limonta traine sa déprime dans sa ville d’origine mais va trouver là l’occasion de se rendre utile, une dernière fois, avec l’aide d’un ex rappeur  revenu, lui aussi, croupir dans sa ville natale.

Je ne vais pas vous raconter d’histoires, on n’a pas là le chef-d’œuvre de l’année qui va révolutionner le genre ou vous hanter pendant des mois. Mais je l’ai lu en une journée, impatient de le retrouver chaque fois que je le laissais pour retourner à la « vie normale ». Ce qui est un signe infaillible que l’on a là un polar impeccable, parfaitement construit, avec ce qu’il faut d’épaisseur des personnages, de suspense, de coups de théâtres, de surprises, de fausses pistes …

Bref, exactement ce qu’il faut de temps en temps quand on veut passer un bon moment de lecture sans forcément trop se prendre le chou. Et c’est déjà beaucoup …

Brigitte Aubert / La ville des serpents d’eau, Seuil/Policiers (2012).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

commentaires

Norbert 29/08/2013 11:37


Eh bien moi qui était tout content de lire un nouveau Brigitte Aubert (pourtant je ne suis pas un spécialiste, je l'ai découvert il n'y a pas très longtemps avec "Une âme de trop" que j'avais
bien aimé, après j'avais été déçu par "Reflets de sang", beaucoup trop prévisible, et j'ai Funerarium  à lire), ça a été plutôt le contraire de toi, ou plus exactement une lecture en dents
de scie. Le début commence bien, présentation des personnages, du décor, et puis un récit qui s'essoufle assez vite, des pistes qui ont été lancées et pas exploitées (la mère de la victime qui
part de la ville après sa visite au curé, celui-ci qui sous le choc fait une crise cardiaque... ça aurait pu servir, en tout cas je croyais) et des personnages plutôt caricaturaux. Elle avait un
beau personnage avec l'ancien-rappeur noir obligé d'être revenu, mais elle le gâche en le faisant pleurnicher à chaque scène qu'il est le seul Noir de la ville, les femmes sont toutes nymphos,
alcoolos et rien dans le cerveau, bref, ça a fait un peu trop...


Jusqu'à la dernère centaine de pages, quand ils se réunissent tous pour le réveillon, où là, par contre, niveau suspense, la grande Brigitte est de retour et en apprendrait à plus d'un !
L'alternance des paragraphes où elle met le lecteur dans la peau tour à tour de tous les personnages, le tueur y compris, quel pied ! Et puis un final touchant, notamment avec cet épilogue à la
fin duquel elle nous dit que maintenant, on peut refermer le livre. Arf, rien que pour ce final, je ne regrette pas de l'avoir lu quand même.

Jean-Marc Laherrère 29/08/2013 14:35



Ouf.


Ceci dit je connais très mal Brigitte Aubert, je n'en ai lu que trois ou quatre et mon préféré, et de loin, est Le souffle de l'ogre.



Anna Blume 08/11/2012 18:54


J'ai trouvé le polar particulièrment médiocre ! Je me permets donc de citer ton billet sur mon blog, histoire d'équilibrer les critiques !

Jean-Marc Laherrère 08/11/2012 23:57



Mais permets toi ! Plutôt cent fois qu'une !



Tasha 08/11/2012 00:06


Une sortie qui m'avait échappé, merci de l'information, et la chronique fait plutôt envie. J'ai un excellent souvenir des quelques Brigitte Aubert que j'avais lus il y a quelques années, pour des
raisons professionnelles, notamment La mort des bois, et j'avais par la suite été scotchée par Funérarium : difficile à lâcher. Impression partagée : ça ne change pas la face du monde, mais c'est
très bien ficelé, parfois un peu barré, bref, ça marche, et pour une fois que j'aime du thriller! Ceci dit, celui-ci a l'air plus noir que thriller, non?  

Jean-Marc Laherrère 08/11/2012 00:22



Euh ... Non c'est bien thriller par le rythme et l'enchainement des fausse pistes et des coups de théâtre. Même si l'action reste cantonnée à cette petite ville.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact