Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 22:52

Un premier roman argentin, ça ne se rate pas. Du moins pas ici. C’est Le jardin de bronze de Gustavo Malajovich.

Malajovich

Fabian, Lila et la petite Moira quatre ans forment une famille sans histoires. Jusqu’au jour où Moira disparaît avec sa nounou, entre son domicile et la fête d’anniversaire où elles se rendaient. La police sur les dents n’avance pas, les failles qui commençaient à apparaître dans le couple s’élargissent, et c’est finalement Fabian qui cherchera, des années durant, sans jamais abandonner malgré une police corrompue, des médias charognards … Jusqu’au fin fond du pays.


Commençons par tordre le cou à ce qui me semble une fois de plus une exagération de la quatrième de couverture. Non le Buenos Aires décrit dans le roman n’est pas gothique, il ressemble beaucoup à la réalité. Du moins à une partie de la réalité. Que le final (très fort), dans la moiteur de la province d’Entre Rios soit qualifié de gothique, soit, mais pas le Buenos Aires. Bref, ce n’est pas le plus important.


 Le plus important est que l’on a là un excellent roman. Lent, qui prend son temps, qui installe son histoire et son atmosphère. Ce qui ne l’empêche pas d’être très efficace dans les scènes les plus violentes. Un roman qui sait présenter des personnages, leur donne chair, les rends proche, compréhensibles. Un roman qui sait alterner les points de vue.


Un roman qui sait aussi présenter deux mondes de la réalité Argentine : un capitale trépidante, moderne, Buenos aires, et une province (ici Entre Rios) qui semble vivre dans un autre temps, une autre géographie, un autre pays. Un pays moderne, avec tout ce que cela comporte de frénésie dans la capitale, et un autre, où un Kurtz (et là je suis d’accord avec la quatrième) a encore sa place.


Un roman étonnant, qui vaut le coup que l’on s’attarde à le découvrir.


Gustavo Malajovich / Le jardin de bronze (El jardin de bronze, 2011), Actes Sud (2014), traduit de l’argentin par Claude Fell.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

Tasha 18/03/2014 21:35


Bon, voilà qui est parfait. J'ai acheté le roman la semaine dernière, y a plus qu'à! Je connais mal (euphémisme) le polar argentin, j'avais été rebutée par un roman d'Ernesto Mallo, pas réussi à
le lire. Mais je vasi aborder celui-ci avec envie!

Jean-Marc Laherrère 19/03/2014 00:08



Menfin, c'est très bien Mallo !


Sinon j'adore Patagonia Tchoutchou de Raul Argemi, un de mes préféré.



Maïté Bernard 18/03/2014 16:29


J'ai moi-même lu un roman argentin, ou plutôt franco-argentin, il y a quelques jours, publié chez Gallimard, mais dans la Blanche.  C'est "Manèges" de Laura Alcoba, je te le
recommande.  De mon côté, je note ce Malajovich, comme j'avais noté sur ton site il y a un ou deux ans le nom de Maurizio de Giovanni.  Je n'oublie jamais quand j'ai vu quelqu'un
d'intéressant chez toi, et j'ai donc lu et adoré "L'hiver du commissaire Ricciardi".  Je l'ai acheté chez Série B à Toulouse et j'y retournerai très vite prendre la suite.

Jean-Marc Laherrère 19/03/2014 00:07



Le printemps est vraiment très bon, et j'ai vu que l'été était annoncé chez Rivages.



Mary 18/03/2014 08:06


Tant mieux qu'il vous ai plu. J'ai beaucoup apprécié le travail des personnages et l'ambiance sombre du livre. Quant au final... j'y pense encore !


J'avais trouvé original aussi de glisser de plus en plus des pages du journal au fur et à mesure, ainsi que des passages sur Moira. Ca donnait une toute autre perspective.


A bientôt!

Jean-Marc Laherrère 19/03/2014 00:07



A bientôt, également. Et oui, les ppoints de vue alternés apportent un plus.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact