Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 10:22

J’ai profité des vacances pour faire quelque chose que je devrais faire plus souvent : faire une petite pause 87° District du grand Ed McBain. Cette pause s’appelle Tout le monde sont là.

 

McBain 4

Minuit, une nouvelle journée commence. Mais rien ne change pour l’équipe de nuit du 87° district qui est en poste depuis 20h00 et devra tenir jusqu’à 06h00, heure à laquelle l’équipe de jour viendra la relayer. Cette nuit il y a abondance : le meurtre d’une actrice à la sortie de son théâtre, une jeune fille portée disparue, une ivrogne dans une cellule, un marine séduit puis assommé et détroussé … une nuit presque normale à laquelle l’équipe de jour ajoutera un flic qui se fait tirer dessus, un agent immobilier tabassé devant sa famille … la routine du 87° district.


Un roman assez atypique, anti héros, anti mafia, anti serial killer au QI flamboyant. Juste 24 heures de la vie d’une équipe de flics confrontés au crime dans toute sa bêtise la plus crasse. 24 heures pas du tout glamour, pas du tout cinématographiques. La plupart des criminels sont complètement idiots et arrêtés quelques heures après leurs exploits.


Mais quel talent d’écriture ! L’amorce du roman est tout simplement magistrale. En quelques lignes on est plongés dans ce commissariat, on le connaît, on le sent, on sent la fatigue dans ses propres os, on sait parfaitement où on est et on a envie de suivre Carella et se collègues jusqu’au bout du monde.

Ajoutez à cela un sens du dialogue absolument inouï (seul Elmore Leonard à mon humble avis peut se vanter d’écrire des dialogues qui sonnent aussi vrais, qui semblent aussi évidents) et vous avez une nouvelle perle noire à ajouter au collier de la saga du 87°.


J’ai la chance de ne pas les avoir tous lu, et j’ai toujours un Omnibus sur la table de nuit. Cette fois, promis juré, je n’attendrai pas aussi longtemps pour retrouver Isola et ses flics. Et si je puis me permettre un conseil aux heureux qui ne connaissent pas McBain, essayez, lisez-en au moins trois ou quatre d’affilé, après vous serez mordus.


Ed McBain / Tout le monde sont là (Hail, Hail, the Gang’s all here, 1971), Omnibus n°4 (2003), traduit de l’américain par M. Charvet, revu et augmenté par Pierre de Laubier.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Voueux pour 2013 ! ( je crois lire 2012 dans votre message : refuserai-t-on le temps qui passe ?
Répondre
J


Il y a bien un "2012" mais c'est parce que dans un excès de flemme j'ai recité intégralement mes voeux de l'an dernier ! Avec l'autorisation de l'auteur, c'est moi !



X

J'ai commencé par le début, une fois n'est pas coutume, et je n'en suis pas arrivé à ce numéro. Très agréable à lire.
Répondre
J


Tu en as encore quelques uns en réserve donc.



G

J'ai justement prévu de m y mettre mais je ne savais par où commencer ( j avoue que les gros pavés - les bibles! - qui reprennent 4 ou 5 titres d'un coup me font un peu peur...).
Répondre
J


Il ne faut surtout pas avoir peur de ces gros recueils qui permettent, justement, d'avoir plusieurs romans sous la main pour pas cher. En plus les 87° district sont courts et se lisent très vite,
et on a souvent envie de continuer ...


Si tu te lances, autant commencer par le début.



J

Bonne année Jean-Marc. Mc Bain est un génie (et je n'emploie pas souvent le mot), comme l'est chez nous Simenon. Etre en plein dans le genre et le dépasser sans cesse.


Si je me souviens bien, en plus, ce roman est un vrai défi narratif avec je ne sais plus combien d'intrigue parallèles qui se recoupent toutes à la fin.


 


 
Répondre
J


Bonne année à toi. Effectivement de multiples intrigues, très courtes, qui forment un tableau d'ensemble, un peu à la short cuts.



S

A mon humble avis, tu rates pas mal en ne les lisant pas dans l'ordre: l'évolution de la relation Carella avec son épouse handicapée, les déboires amoureux de Kling (qui l'endurcissent), le
racisme de plus en plus affirmé de Brown... Mais l'essentiel est de lire McBain, tu as raison. D'autant qu' Omnibus propose des traductions revues et complètées. Un regret dans cette intégrale:
l'absence de "Veille de Noël au 87éme D.", court texte que McBain aurait spécialement écrit pour ses petits enfants.. Qu'ils soient littéraires ou non, bons coups de coeur ou de griffes 2013 à
toi...


 


 
Répondre
J


Je sais que ce serait mieux, mais malheureusement j'ai mal commencé ... Ce qui ne m'empêchera pas de continuer.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact