Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 11:05

Font chier.

 

Donc je déménage. Mais pendant les travaux, qui risquent de durer un moment, la vente, ou plutôt la publication continue.

 

En bref je continue à publier ici les nouveautés, et je rapatrie, patiemment et en me relisant un tout petit peu mes vieilleries sur Wordpress.

 

A terme (mais quel terme ?), tout sera là. J’aurais surement des questions à poser à ceux qui connaissent.

 

En attendant, cela vous donne l’occasion de revenir sur mes premiers articles et d’exhumer quelques antiquités.

 

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 11:32

Quand j’ai découvert Warren Ellis avec Gun Machine, mes lecteurs attentionnés m’ont conseillé de lire ses BD (gloire leur soit rendue !), ainsi que son premier roman traduit Artères souterraines, que voici.

Ellis-Arteres

Années 2000. Michael McGill est un privé minable et, comme il le dit lui-même, un véritable aimant à emmerdes. Et celles qui arrivent sont de qualité supérieure. Le chef du cabinet du Président en personne, accompagné d’une escouade d’armoires à glace type men in black vient lui confier une mission : retrouver la version originale d’un complément à la Constitution Américaine qui est passée de mains en mains, et permettrait de restaurer l’ordre moral qui avait présidé à la création de la Nation. Pas enthousiasmant. Sauf que le gus lui vire instantanément 500 000 dollars sur son compte pour démarrer l’enquête. Que pouvait faire ce pauvre Michael ? Il accepte et débute une virée à travers ce que le pays compte de plus taré et de plus tordu. Pour notre plus grand plaisir.


Après la lecture de Transmetropolitan année 2, la version Warren Ellis du monde de la politique américain et du rôle (pas du tout iconisé !) d’une certaine forme de presse ou de lanceurs d’alerte comme on dit aujourd’hui n’est plus aussi surprenante.


N’empêche que cette version romancée est enthousiasmante, jubilatoire et très instructive. Un vrai pied pour commencer, l’auteur ayant une imagination débordante, et visiblement aucune inhibition. Ne serait-ce que pour la collection de tarés qu’il met en scène, ce court roman est un vrai bonheur.


Je donnerai un oscar spécial de la famille la plus allumée aux sous-Bush texans qui sont particulièrement gratinés et, peut-être, pas si éloignés de l’original.


Il est également « rafraichissant » de voir qu’au milieu de cet étalage d’égoïsmes, de bêtise et de folie, Warren Ellis, au travers de ses deux personnages principaux et de son final garde une certaine foi dans l’être humain. Vraiment, une bonne lecture, parfaite pour l’été. Merci à ceux qui me l’ont signalée.


Warren Ellis / Artères souterraines (Crooked little vein, 2007), Livre de poche (2013), traduit de l’américain par Laura Derajinski.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars grands bretons
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 19:33

C’était trop beau, on pouvait avoir un espace où on n’est pas envahi par cette merde omniprésente dans le beau monde du web, la saloperie qui salie tout, la pub.

 

Overblog nous avait averti, je n’ai pas encore eu le temps de réagir, mais je viens de voir que c’est effectif. La merde est là, il y a de la pub sur mon blog.

 

Si vous avez de quoi la bloquer, n’hésitez pas, et surtout, si vous avez une expérience de migration vers un autre hébergeur, gratuit de préférence, mais je suis prêt à payer, et qui ne vienne pas poser sa crotte sur mes textes, je suis preneur.

 

Quand aux annonceurs et à mon hébergeur tenez-vous le pour dit : VOTRE PUB M’EMMERDE, JE CHIE SUR LA PUB,  ET LES PUBLICITAIRES !

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 10:09

L’été c’est SF et fantasy … Généralement en suivant les conseils de l’incontournable Cathie Martin de Bédéciné. Voici donc Le dragon Griaule de Lucius Shepard.

Shepard

Immense, hors norme, mystique … Le dragon Griaule s’étend sur plusieurs kilomètres. Dans les temps anciens, un mage l’a vaincu sans arriver à le tuer entièrement. Depuis il végète, influençant ceux qui vivent dans son voisinage, flétrissant tout autour, corrompant tout. Des hommes essaieront encore de le tuer ou de l’exploiter, sans savoir que c’est lui qui les manipule. Six novelas retracent ici son influence entre le milieu du XIX° siècle et la fin du XX°.


Pour ceux qui douteraient encore qu’il existe une fantazy pour adultes …

On se fait prendre à ce recueil de textes comme les hommes se font prendre dans l’influence du dragon : plus on avance, plus on est englué, moins on peut lâcher le bouquin. Sa poétique, sa finesse, sa puissance se révèlent peu à peu, au fil des pages.


J’avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans le texte, mais je me suis ensuite complètement fait prendre. Manipulation, tromperie, vol, mensonge … le fait des hommes ou l’influence du dragon ? Si parfois le bestiau est directement impliqué, il est aussi à d’autres moments une excellente excuse. Et c’est cette ambiguïté qui fait un des intérêts de ce recueil.


Auquel il faut ajouter beaucoup de choses : Un style qui sait se faire lyrique ou inquiétant, poétique ou très terre à terre. Une maîtrise de tous styles de récits : récit historique, conte, procédural (avec même une belle novela dans le style des polars de tribunaux typiques des maîtres américains), policier avec ce qu’il faut de fausses pistes ou plus directement politique. Et tous parfaitement maîtrisés et menés.


Le dragon, symbole de la malignité des hommes est le liant, le fil directeur de ce recueil qui s’étale sur un siècle et demi et montre que, si les circonstances et les environnements changent, les comportements humains n’évoluent guère. Et pour ceux qui auraient des questions sur la portée politique et sociale du texte, une petite postface fort intéressante de l’auteur met les pendules à l’heure.


Une très belle découverte … Pour moi.


Lucius Shepard / Le dragon Griaule (The dragon Griaule, 1984-2011), J’ai Lu / Fantasy (2013), traduit de l’américain par Jean-Daniel Brèque.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans SF - Fantastique et Fantasy
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 09:31

Dans Le double portrait, George Pelecanos reprend le personnage de Spero Lucas apparu dans Une balade dans la nuit. Et ça marche, la série prend corps. 

 

Pelecanos

Spero Lucas, ancien de la guerre d’Irak, n’a pas repris ses études. En rentrant, il s’est établi comme privé. Quand il ne travaille par pour un avocat, il s’est spécialisé, en marge de la loi, dans la récupération d’objets volés, contre 40 % de leur valeur. Alors que l’enquête sur les éventuelles zones d’ombre sur un meurtre ne l’occupe pas trop, il accepte de rechercher pour Grace Kinkaid le tableau qui lui a été volé par un ancien amant qui s’est révélé être un prédateur sexuel. Spero est méthodique et doué dans son travail, il retrouve vite le voleur qui s’est associé avec deux autres truands. Reste maintenant à récupérer le tableau sans faire trop de casse … Ou pas.


Je suis d’accord avec l’ami Yan , les quelques chapitres consacrés à la « romance » de Spero ne sont pas ce qu’il y a de plus inoubliable dans l’œuvre de George Pelecanos.


Mais je suis beaucoup moins sévère que lui et je trouve que la série prend corps.


Dans son style caractéristique, à plat, sans effet revendiqué, avec une écriture qui semble très neutre et très naturelle (ce qui relève au moins de l’artisanat de très haute volée), Pelecanos poursuit sa chronique de Washington. Il reste le témoin de son évolution, du changement des quartiers, des mentalités, de l’arrivée des vétérans des nouvelles guerres, de l’installation de nouveaux arrivants, de l’intégration d’autres …


Et ceci sans jamais sembler faire autre chose que raconter des histoires, au travers de personnages qui prennent corps et chair. A ce titre Spero Lucas est vraiment intéressant avec ses zones d’ombres, son refus de reconnaître ses traumatismes, sa violence assumée.


Comme avec le 87° district de McBain, je suis persuadé que les historiens auront dans l’œuvre de Pelecanos autant, sinon plus de matière pour comprendre notre époque à Washington que dans les archives des journaux ou dans les études universitaires. Et ce sera certainement beaucoup plus agréable à lire.


George Pelecanos / Le double portrait (The double, 2013), Calmann-lévy (2014), traduit de l’américain par Mireille Vignol.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 23:20

Me rv’là.

Je me réservais le pavé pour les vacances. Avalé en quelques jours ! Quel pavé ? La suite très attendue des aventures de Mattias Tannhauser, Les douze enfants de Paris de grand Tim Willocks.

 

Willocks

Août 1572, Carla, l’épouse de Mattias Tannhauser enceinte jusqu’au yeux est invitée à aller jouer de la viole au mariage de la sœur du roi avec Henri de Navarre. Mattias, rentré trop tard d’Afrique manque son départ et décide de la rejoindre à Paris. Quand il arrive, c’est la Saint Barthélémy, les haines entre catholiques et protestants ont atteint le point d’explosion. Carla, pour une raison qu’il ignore a été prise dans un tourbillon de complots et il a quelques heures pour la retrouver et fuir une capitale qui sombre dans la folie. Une folie meurtrière dans laquelle Mattias, plus que quiconque est dans son élément.


Bien entendu, une question se pose : Les douze enfants de Paris est-il à la hauteur du choc que fut La religion ? De mon point de vue, non pas tout a fait. Reste-il un roman très au dessus de ce qu’on peut lire ici ou là ? Sans aucun doute.


Ceux qui ont été complètement estomaqués par le précédent se doutent bien que Mattias Tannhauser lâché dans une boucherie de l’ampleur du massacre des protestants lors de la Saint Barthélémy, cela ne peut être que sanglant, très sanglant, avec profusion de tripes, de cris et de fureur. Et là, pas de doute, on n’est pas déçu. Tim Willocks sait très bien faire sentir l’horreur physique du massacre, les odeurs, les hurlements, le côté très charnel de la chose.


On lui fait aussi confiance pour décrire les scène de bataille et de baston, pour donner vie et chair à une multitude de personnages, et pour éclairer les raisons du massacre au-delà de la rhétorique religieuse qui n’est jamais là que pour donner du cœur aux ventre à ceux qui vont mourir :


« Des différences dans les exégèses bibliques, si infimes que seuls quelques évêques les comprenaient, étaient la prétendue cause de la violence entre catholiques et protestants, mais pour Tannhauser de telles causes n’étaient rien de plus que les inventions habituelles grâce auxquelles les élites persuadaient les crédules de mourir et de s’avilir en masse, en leur faveur et à leur avantage ».


Voilà c’est dit dès le début.


Alors pourquoi moins puissant que La religion  ? Je sais, plus ou moins, mettre le doigt sur ce qui m’a moins emballé : Dans son déluge de violence La religion a une dimension héroïque et, d’une façon très troublante fait ressentir le « plaisir » que l’on peut ressentir à se camper, dos à dos avec son frère, face à l’assaillant. Très troublante car on y ressent la jouissance de la violence, sa fascination en même temps que son horreur. Ici, rien d’héroïque, comme il le dit lui-même, Mattias ne se bat pas contre des soldats, il égorge des moutons qui se sont pris pour des loups. Pour moi, sans cette fascination trouble, on en arrive à un côté presque répétitif, et c’est moins intéressant car moins ambigu …


Ceci dit, cela reste un grand roman. Avec des scènes et des personnages inoubliables, et que j’ai dévoré en quelques jours, les premiers de tranquillité estivale, avec un immense plaisir. Et au final cette question : reverrons-nous Mattias ?


Tim Willocks / Les douze enfants de Paris (The twelve children of Paris, 2013), Sonatine (2014), traduit de l’anglais par benjamin Legrand.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 21:27

Je ne vous oublie pas, je continue à lire, la publication va pourtat connaître quelques perturbations ...

 

Profitez bien de l'été.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 10:17

L’été, pas de nouveautés, l’occasion de repêcher quelques titres qui étaient restés sous la pile. On commence avec Le chant des morts de Jean-Paul Demure.

Demure

Le major Brett est le Britiche du bar de ce petit village de Provence où, les tournées répétées qu’il paie lui ont acquis la bienveillance des habitués. Sans être intégré, il commence à être bien accepté. Mais le major n’est peut-être pas celui qu’on croit. Et l’acceptation par le village a ses limites. Des limites qui vont se trouver franchies quand, au pied de la haie de la villa moderne qu’il a rachetée il croit voir ce qui ressemble à un crane …


Commençons par ce qui est très réussi : la description de la sensation d’étouffement et d’enfermement que l’on peut ressentir dans un village, a priori superbe, ensoleillé et bon enfants, mais où chacun sait tout sur tout le monde, et où les rancœurs et les haines, bien cachées sous un côté jovial pagnolesque n’en sont pas moins mortelles. Un village où le pittoresque cache mal les préjugés, la bêtise, le racisme …


Ce qui peut coincer c’est le choix narratif de l’auteur. Un choix assumé, celui d’écrire une sorte de conte où beaucoup de choses resteront dans le vague : Qui est vraiment Brett ? Que s’est-il passé dans ce village ? Quel sont les véritables enjeux ? Jean-Paul Demure choisi de ne pas répondre à ces questions. Il ne s’agit en aucune façon d’un oubli ou de la maladresse de quelqu’un qui ne sait pas se sortir de la situation qu’il a créée, c’est trop assumé. Ensuite au lecteur de dire s’il adhère ou si ça le frustre.


J’avoue avoir été un peu frustré tout en étant convaincu par la cohérence de la démarche.


Jean-Paul Demure / Le chant des morts, Rivages/Noir (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 19:36

J’annonçais il y a peu, qu’un bonheur n’arrive jamais seul et voici donc l’année deux du jubilatoire Transmetropolitan de Warren Ellis et Darick Roberston.

 

transmetro 03

Cette fois c’est du sérieux. Plus question de glandouiller à couvrir les conventions des nouvelles religions ou l’instrumentalisation politique et économique des nouvelles modes. Là, on rentre dans le dur comme on dit. Ce sont les élections aux US. Avec les primaires, le fric, les conventions, les trahisons et toutes les saloperies permises. Bien entendu, Spider Jerusalem ne peut pas encaisser le Président en exercice qu’il a surnommé La Bête, mais Le Sourire, son challenger, vaut-il mieux ? Ce qui est certain, c’est que ça va saigner.


Damned, l’année 1 c’était déjà bon, mais là, avec cette plongée dans le monde de la politique américaine vu par Ellis c’est encore meilleur ! Quelle putain d’énergie, quel patate, quelle méchanceté ! Certes les grincheux vont me dire que c’est exagéré, outré, outrancier même. Mais l’est-ce vraiment tant que ça ? Et pour dénoncer la corruption de tout un système que vaut-il mieux faire ? Ecrire de articles sérieux, documentés et politiquement corrects ou se lâcher, ne rien s’interdire et emporter tout dans un tourbillon de mauvais goût assumé ? Chacun choisira ce qu’il préfère, moi je vote Spider Jerusalem !

 

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson / Transmetropolitan (année 2) (Transmetropolitan, 1998 à 2000), Vertigo/Urban Comics (2014), traduit de l’anglais par Jérémie Manesse.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans BD
commenter cet article
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 20:43

Après le pavé de Pierre Bordage, une friandise belge signée Jérôme Charyn : A la mort subite.

Charyn

Sidney Holden est un tueur à gage à la retraite. Il coule des jours paisibles à Paris où il est venu prendre sa retraite. Mais voilà qu’au moment où ses ressources sont à sec, une lettre d’engagement lui arrive, lui demandant d’aller à Bruxelles, où la chambre habituelle de son père l’attend. Un nouveau contrat ? Et surtout la possibilité de découvrir qui était ce père qu’il ne connaissait finalement pas si bien, et qui sait, d’en savoir plus sur sa mère, française, morte quand il était gamin.


Une friandise belge donc pour le plus européen des auteurs de polars américain. Un joli texte, tout en nostalgie et en mélancolie, avec quelques éclats d’absurde et d’humour. Un texte qui se lit avec un sourire triste aux lèvres et qui donne envie d’aller faire un tour à Bruxelles, boire une (ou plusieurs) bières et manger un waterzooi. Très appréciable, même pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas la ville, certainement délectable pour les habitués.


Une longue nouvelle, agrémentée de photos de Michel Casterman qui, si elles ne sont pas spectaculaires, sont bien dans la tonalité du texte.


Jérome Charyn  (photos de Michel Casterman) / A la mort subite (At the sudden death cafe, 2007), le Castor astral (2014), traduit de l’américain par Marc Chénetier.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact