Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 20:03

 

 

Vrai travail 2

 

Vrai travail

 

Morano

 

« Une seule question (importante) : Êtes-vous prêts à vous cogner Nadine Morano pendant 5 ans ?

Voilà une question qui met à bas l'idéologie et qui concerne, tout simplement, les nerfs... »

Cagliostro2 alias JB La Hyène alias ?


Puis : François Morel.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 23:21

Je ne voulais pas parler des élections, mais là, y en a des qui m’ont vraiment pompé l’air au-delà du supportable. Cela ne va sans doute étonner personne ici, j’ai voté Mélenchon au premier tour. Avec un espoir, que son score mette un claque aux fachos du Bloc, et oblige ceux qui osent se dire de gauche à être un tout petit peu à gauche. Donc dimanche soir, non, je n’ai pas fêté les résultats.

 

Et comme je sais que des foules entières attendent avec impatiences mes déclarations, je vais m’adresser aux françaises et aux français.

 

A ceux qui ont voté comme moi, ou pas loin, ben vous avez toute ma sympathie, vous devez en avoir gros sur la patate ces jours-ci.

 

A ceux qui ont voté le futur président du Béarn, je ne sais trop quoi dire. J’en connais, on peut être copains à condition de causer musique, bouquins ou pinard … Ca continuera.

 

Face à ceux qui ont voté pour l’immonde qui nous sert de président actuellement je reste sans voix. Soit ils font partie des 5-10 % des français à qui sa politique est profitable (au moins à court termes) et ils sont de sales égoïstes, mais au moins ils sont cohérents, sinon, j’avoue que j’ai du mal. Se faire enf(i)ler pendant 5 ans et en redemander, j’avoue que je sèche.

 

Je me sens un peu trahi par un certain nombre de potes, et même d’amis qui ont voté Hollande, en avouant souvent que s’ils n’avaient pas eu peur, par conviction, ils se sentaient plus proche de Mélenchon. J’avoue que je vous en veux, un peu. Mais comme disait Desproges, on reconnaît un ami à ce qu’un jour il vous déçoit. Ben voilà, je suis déçu. Quant aux convaincus que le PS est une alternative à l’UMP, je leur conseille de lire Préparer l’enfer de Thierry Di Rollo. Les écrivains ne sont pas prophètes, ils ne prévoient pas l’avenir, mais ils sentent parfois un peu mieux que nous ce qui pourrait arriver. C’est pourquoi il faut les lire. Pour que ça n’arrive pas.

 

Pour les électeurs du FN. Il parait qu’il y en a qui votent ainsi parce qu’ils sont perdus, parce qu’ils sont en colère. Comme le disait, encore, le grand Pierre, ce sont des gens qui se trompent de colère. C’est aussi un échec énorme pour le système éducatif (et oui, je sais, désolé les pédagos) qui n’a pas su leur donner la moindre éducation politique, pour leurs parents (quand ce sont des jeunes) qui n’ont pas été foutus de leur apprendre les bases les plus élémentaires, bref pour tout le pays, médias, acteurs éducatifs et sociaux, militants de gauche … Et je me mets dans le même panier, sans bien savoir ce que j’aurais pu faire, mais en sentant bien qu’on y est tous pour quelque chose.

Ceux qui sont militants et convaincus je les méprise profondément. Non tout ne se vaut pas. Le racisme, la xénophobie sont des saloperies. Inutile de venir faire vos petits cacas dans les commentaires, je suis ici chez moi, je modère, je ne suis ni gentil ni patient, donc vous ne rentrez pas.

 

Histoire que les choses soient claires. Je suis bien en France. Je n’avais que rarement eu honte de me dire français. Depuis un certain 21 avril, et encore plus depuis cinq ans je fais profil bas, comme les italiens sous Berlu, comme les américains sous Bush. J’ai ici ma vie, ma famille, mes potes … Mais si un jour vous arrivez au pouvoir, je parle 3 langues, mes gamins deux, ils ont une double nationalité (et ils vous emmerdent), j’ai un boulot qui se vend bien,  j’irai voir ailleurs si les gens sont moins cons.

 

Enfin je voulais dire un petit mot aux journalistes politiques. Aux fins commentateurs des petites phrases, aux putassiers qui ont passés leurs colonnes à comparer Mélenchon et le Pen, et à prétendre que le vote Front de Gauche affaiblissait le PS. Je vous vomis. Vous êtes lâches, vous êtes méprisants, vous êtes veules, vous êtes en plus cons comme des manches. Vous avez une forte responsabilité dans le vote Front national, que vous soyez à la radio, à la télé, dans les journaux autoproclamés sérieux, sur le web, partout.

 

Je ne suis pas rancunier, mais j’ai de la mémoire. Souvenez-vous, le Oui, le Non. Vous étiez tous pour le Oui. Tous. Ceux qui étaient contre étaient des ploucs, des nuls, des incultes, des abrutis apeurés …

 

Sachez bande de méduses que je l’avais lu le traité. Dans mes chiottes, article après article, au risque de me faire engueuler parce que je monopolisais les lieux. Et je m’étais fait mon opinion, ligne après ligne. Et nous étions nombreux dans ce cas, bande d’incultes suffisants. Et vous aviez déjà la même morgue condescendante alors que vous êtes de simples lèche-culs. Lèche-cul de l’un ou de l’autre parti qui sera au pouvoir dans quinze jours, mais lèche-cul quand même. Et vous avez encore rejoué la même partition. Je vous méprise profondément. Et au passage, puisque vous aimez jouer à celui qui a la plus longue, vous qui pensez que vous faites partie de la crème cultivée et diplômée, sachez que je suis à peu près certain que ma liste de diplômes est plus longue que la vôtre.

 

Vous avez encore été lamentables pendant la campagne, vous l’avez encore été dimanche et les jours suivants. Je vous ai entendu et lu mesurer combien de temps Mélenchon avait parlé sans prononcer le mot Hollande, et analyser … L’analyse est simple bande de truffes. La seule chose qui peut motiver un électeur de Mélenchon à aller voter dans dix jours, la seule qui me motive, c’est la méchanceté. C’est d’avoir le plaisir de voir les gueules défaites des Coppé, Morano, Juppé et du l’infect de l’Elysée. La seule.

 

Le six j’irai voter. Par pure méchanceté. Par vengeance. Et j’incite tous ceux qui ont eu honte d’être français depuis cinq ans à aller se venger. Sans rien espérer, sans rien attendre de la clique qui s’annonce. Parce que finalement, ils sont d’accord sur presque tout. Allez, Serge qui pense (et je suis de plus en plus près de te rejoindre) qu’élections, piège à cons, allez les Unwalkers, vous avez pas envie de leur faire un tout petit peu mal ? Juste pour voir leur tronche ? Vous n’avez pas envie qu’un petit juge teigneux plante ses crocs dans son cul anémique ? Je n’en n’appelle pas au civisme, ni à l’espoir. Juste à la méchanceté pure.

 

Enfin, je ne peux pas croire qu’un lecteur de polars assidus ne sente pas un léger frémissement à l’idée de mettre un coup de genou dans les joyeuses (ou pour parler étranger, una patada en los huevos) de ceux qui nous ont marché sur la gueule depuis cinq ans. Et on se refuserait ce petit plaisir simple ?

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 19:35

« Travailler plus pour gagner plus » qu’il disait l’affreux qui pourrait bien se trouver en congé de paternité à partir du printemps 2012 … Une phrase qui, en 5 mots, arrive à aligner trois énormités.

 

Première énormité : ceux qui ont travaillé plus se sont souvent aperçus que c’était pour faire gagner plus … aux actionnaires.

 

Deuxième énormité : essayer de faire paraître comme évident que le but de l’être humain est forcément de gagner plus. Et vivre plus, aimer plus, apprendre plus, jouer plus, lire plus … C’est pas des buts au moins aussi enthousiasmants ? A partir du moment, bien entendu, où on gagne décemment sa vie.

 

Troisième énormité : et c’est celle qui m’intéresse aujourd’hui. Non, on ne travaille pas forcément plus pour gagner plus. L’appât du fric n’est pas le seul moteur du travail, ce n’en est même pas l’essentiel, et ce n’est pas vous qui tenez des blogs qui pourrez prétendre le contraire ! Ce qui amène la suite.

 

Alors que la cinquième année de ce blog est bien entamée, voici venu le temps des confessions.

 

Je ne suis ni bibliothécaire, ni libraire, ni éditeur, ni prof, surtout pas auteur (j’en serais bien incapable) … Je n’ai même pas de formation littéraire. J’ai même, horreur, une formation scientifique et je suis ingénieur. Un ingénieur qui lit ? Ben oui, ça existe.

 

Et j’ai l’immense chance d’avoir un boulot passionnant, au quotidien, avec des moments uniques.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, à 3h03 plus précisément, on a été quelques-uns à avoir droit à un de ces moments uniques : le lancement, en direct, du satellite auquel on bosse pour certains (dont ma pomme) depuis près de quinze ans. On peut voir le film du lancement . Et tenter d’imaginer la montée d’adrénaline, dans la dernière minute, quand en haut du gros pétard il y a quinze ans de boulot …

 

Depuis, quelques heures de sommeil (pas assez), très peu d’heures à la maison (vraiment pas assez au goût de la famille), beaucoup d’heures de boulot, mais de celles qu’on fait pour le plaisir de réaliser quelque chose dont on est fier, d’autant plus fier qu’on le réalise en groupe. Alors je sais, pas de vacances cette année, et je sais que fin février je serai sur les rotules, mais putain quel pied ! D’autant plus, c’est vrai, que mon surplus de travail est fait au service de la collectivité et ne rapportera pas un kopeck au moindre actionnaire.

 

Bref, tout ça pour en arriver, aujourd’hui, aux premières images, la première preuve concrète qu’on a bien bossé. Penser que maintenant, à 700 km au dessus de nos têtes, on peut commander le bébé, qu’il marche, et qu’ensuite on récupère ça … Vous savez quoi ? Ca fait autant de plaisir que d’interviewer Taibo, de boire un coup avec les amis ou de passer un week-end en amoureux, de voir ses enfants heureux, d’ouvrir un Dortmunder … Toutes ces choses que les imbéciles cités ci-dessus ne peuvent pas comprendre puisque CA NE RAPPORTE PAS D’ARGENT !!!!!!

 

Finalement si les nuisibles qui nous gouvernent n’avaient pas un tel potentiel de nuisance j’aurais presque tendance à les plaindre, eux qui ne connaissent pas ce bonheur à la fois simple et complexe …

 

Allez, je vous laisse, j’ai du boulot.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 18:57

Je vais faire une chose que je ne fais jamais, ou presque jamais, je vais être méchant, gratuitement méchant.

Il y a quelques jours un lecteur de passage me contactait pour me proposer un partenariat : je faisais la pub de son site et chaque fois qu’il gagnait un contrat il me versait un pourcentage. Je lui ai répondu poliment que j’avais pour règle de n’accepter aucune pub, aucun lien commercial. Fin de l’échange, très courtois.

 

Et non ! Aujourd’hui mon lecteur pugnace revient et poste un commentaire particulièrement pertinent sur ma chronique Six contes catalans (je vous laisse juger du commentaire) et dépose, comme il se doit, le lien vers son site.

 

J’ai peut-être la tête un peu près du bonnet. J’aurais pu jeter le commentaire à la poubelle. Ben non, il veut qu’on parle de son site, je vais en parler.

 

Donc ce site va faire de vous en écrivain, un vrai, en 15 pages d’astuces et 97 jours. Ni plus, ni moins. Mais attention, dès la première page, l’auteur vous avertit : « Créer un roman est un acte de dieu, tout comme la conception d’un enfant. Donner vie à des personnages qui viendront ensuite stimuler l’imaginaire des lecteurs, voilà un défi intéressant. ». Voilà bande de mécréants ! Vous le savez maintenant, c’est Dieu qui guide la plume d’Antoine Chainas, Caryl Férey, Valerio Evangelisti et Tim Dorsey.

 

Maintenant que l’on a posé les fondamentaux, que peut-on lire, gratuitement, pour appâter le chaland et lui donner envie de débourser les 3x27 € qui feront de lui un romancier reconnu et surtout publié ?

 

On peut lire des témoignages, comme dans les pubs pour les régimes pour maigrir ou pour faire repousser les cheveux : « Quel choc lorsque j’ai constaté que je pouvais vraiment avancer dans l’écriture de mon roman sans avoir l’impression de faire du sur place! Toute ma vie, j’ai cru que seulement certaines personnes avaient le talent nécessaire pour écrire un roman.

Vous m’avez bien appris une leçon. Écrire un roman est loin d’être réservé à quelques élus et encore plus loin d’être du travail. C’est réellement une partie de plaisir et en plus, j’ai maintenant VRAIMENT comme but d’être publié. »

 

C’est vrai ça ! Dire qu’il y a des cons pour croire qu’il faut du talent pour écrire un roman ! Et d’autres qui croient que c’est un dur labeur !! Ben non, il suffit d’acheter la méthode (3x27 €) et hop, un roman pondu en 97 jours.

 

Alors maintenant, les zôteurs, fini de vous la péter ! Tout le monde est pareil, tout le monde peut écrire Cent ans de solitude ou L’écume des jours. Alors un peu de modestie mesdames et messieurs !

 

Mais on peut aussi bénéficier de conseils gratuits (avant de commander les conseils payants). Il y en a quelques uns, ils valent tous leur pesant de cahouettes, mais je ne résiste pas à la tentation de vous livrer ceci : « Comment écrire une histoire policière? En ayant un fil conducteur solide, en imaginant un antagoniste maléfique, en planifiant la fin de votre roman en sachant que votre héros devra sauver le monde… ».

 

Ben alors ça va pas du tout ça ! J’en connais des où que c’est le méchant qui gagne ! Et où le monde ne va guère mieux à la fin !! Va falloir lire la méthode. Monsieur Férey, dans votre prochain roman j’espère bien que le gentil survit et que le méchant morfle et que le monde est sauvé !

 

Une autre : « Comment écrire une histoire pour enfants? Écrire une histoire pour enfants est très simple. Écrivez de petits scénarios, sans violence, sans cérémonie. Écrire une histoire pour enfant se résume à peu de choses tant que votre imaginaire est au rendez-vous et que vos héros débordent d’énergie. Voici la composition gagnante d’une histoire pour enfants : un héros, quelques personnages secondaires, une histoire simple sans grand revirement de fond. Voilà. J’oubliais. Comment écrire une histoire qui captivera vraiment un jeune auditoire? En favorisant les animaux comme personnages. Les enfants adorent les animaux. ».

 

Là deux commentaires. Le coup des animaux, c’est une idée originale de monsieur Jean-Hugues Oppel et ça s’appelle l’effet Gros Nez © JHO. Puis Mme Rowling elle a tout faux. Elle a écrit une histoire complexe, avec de la violence, des cérémonies, beaucoup de personnages et plein de revirements. M’est avis que son Harry machin là, il va pas marcher fort …

 

Bref, en guise de conclusion, juste une humble demande : Je trouve absolument normal que vous n’ayez rien à foutre de ce que j’écris ici, c’est le cas de la quasi-totalité de l’humanité, ça me va. Mais un conseil, n’utilisez pas les commentaires comme un moyen détourné de vous faire de la pub, ça m’agace et quand je m’agace j’oublie que j’ai bon fond.

 

Finalement j’ai une autre demande : Auteurs nouveaux ou confirmés, si vous avez appris à écrire avec la méthode ci-dessus, merci de ne pas me proposer de lire et commenter vos textes …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 22:20

Notre société est de moins en moins sure, de plus en plus dangereuse. C’est pas moi qui le dis c’est une ministre. Donc c’est forcément vrai et intelligent :

 

« Le vol de portables à l’arrachée est un phénomène récent qui n’existait pas avant les téléphones mobiles. » Nadine Morano.

 

J’ai fait une autre constatation inquiétante. Nos politiques sont de plus en plus cons, la preuve :

 

« Avant 1945 on ne voyait jamais de politique dire des conneries à la télévision ». Jean-Marc Laherrère.

 

Méditez là-dessus bande de délinquants incultes.
Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 17:05

Avant de vous parler du second roman qui m’a laissé un peu perplexe, je vais démarrer cette saison 5 par un billet de mauvaise humeur.


Depuis plus d'une semaine je n’ai plus de connexion internet. Ce n’est pas là la cause profonde de ma rogne, juste un motif d’agacement.


La cause de ma rogne c’est que c’est la troisième fois en un an, qu’à chaque fois je passe une demi heure au téléphone avec un gus situé je ne sais où qui me fais éteindre, rallumer, vérifier le filtre etc … Avant d’enfin tester ma ligne et me dire que ô surprise elle est foireuse. Qu’à chaque fois ils m’envoient un technicien plus ou moins au courant qui une fois sur deux ne peut pas intervenir parce qu’il n’a pas de nacelle etc …


Entendons nous bien, je n’en veux ni au gars au bout du fil, ni au technicien, j’en veux aux tronches de culs qui ont décidé, dans une premier temps de privatiser France Télécom, et dans un second temps d’externaliser à peu près tout le monde sauf les commerciaux bien peignés qui veulent à tout prix me vendre la télé par internet alors que je ne regarde même pas les 5 chaînes !


J’explique.


Avant, dans un temps bien éloigné, il y avait une entreprise publique appelée France Télécom. Cette entreprise s’occupait de tout : des lignes, des accès, des abonnements … Ses employés étaient employés de l’état. Il y en avait bien quelques uns qui tiraient au flanc, mais dans l’ensemble ils faisaient bien, très bien même, leur boulot. Et ils en étaient fiers. Ils étaient fiers de faire partie de l’entreprise qui permettait à tous les français, de la mamie dans son village du fond de la vallée pyrénéenne au parisien du VII° de téléphoner.


Si mes souvenirs ne me trompent pas, les lignes tombaient très peu en panne, sauf en cas de gros orages ou de grosses tempêtes. Et alors tout le monde était sur le pont, sans compter les heures jusqu’à ce que le service soit rétabli.


Et tout le monde était content. L’usager avait un téléphone qui fonctionnait (il râlait certes que c’était trop cher, mais ne se plaignait pas du service), les employés considéraient qu’ils n’étaient pas assez payés (et c’était peut-être vrai), mais étaient fiers de leur boulot.


Et puis les charognards (pardon aux vautours et autres chacals, vous vous êtes utiles) ont clamé qu’il fallait PRIVATISER, que seuls le marché et la libre ( !!!! libre et mon c… il est libre ?) pouvait améliorer le service et faire baisser les prix pour le consommateur … Et les politiques qui ne sont pas cons mais qui ont des copains chez les charognards ont convaincu le bon peuple que ce qui était bon pour les prédateurs serait bon pour les moutons.


Il faut dire aussi que le peuple en question est parfois un peu égoïste et un peu con. Comme il est un peu égoïste il s’est dit « bien fait pour ces planqués de France Télécom ! » et comme il est un peu con il a cru que le gagnant dans l’affaire ce serait lui.


Résultat. Au bout de quelques années, les bénéfices qui allaient dans la poche de l’état, et qui étaient redistribués sous forme de profs, infirmières, employés de préfecture, de la DDE etc … vont dans la poche des charognards (id est des actionnaires) et n’est absolument plus redistribué.


Les employés de FT qui étaient fiers de leur boulot sont devenus les zombis des centres d’appel décrits par Marin Ledun, ou des employés de société de sous-traitance qui n’ont plus pour objectif de rendre un service au public, mais de faire tant d’interventions par jour, le plus vite possible, pour facturer un maximum d’intervention à Orange (C’est con comme nom ! France Télécom, ça disait bien ce que ça faisait non ?). Comme tous ces gens exploités, mal payés, mal considérés, baladés d’un côté à l’autre, travaillent forcément moins bien que le technicien qui prenait le temps de fignoler le boulot et était fier de sa boite … Ben le service est merdique.


Résultat, le client (moi, vous) paye toujours aussi cher, a un service merdique, et râle. Les employés souffrent, tombent malades, se suicident. Mais alors me direz-vous si vous suivez, à qui profite ce merdier ? Devinez.


Le plus rageant c’est que ces mêmes ordures, qui se gavent sans rien faire sont les premiers à clamer qu’il faut « travailler plus pour gagner plus », et qu’ils ne se sont même pas aperçu qu’en plus d’exploiter les gens, et de pressurer le client, ils ont tué une valeur dont ils parlent beaucoup sans savoir de quoi ils causent : la satisfaction du travail bien fait. Parce que, n’en déplaise à ses buses, on ne bosse pas QUE pour le salaire, on bosse AUSSI pour la fierté du travail bien fait, pour la considération des autres qu’on en retire. Et quelle fierté, quelle considération peut-on ressentir quand on se fait gueuler dessus par des chefaillons et par des clients exaspérés de voir que le boulot est bâclé ?


Conclusion. Quand je serai élu, ma première mesure consistera à nationaliser sans contrepartie financière aux actuels propriétaires (les charognards, j’y reviens plus loin) tous les services publics et à reprendre au sein de ces entreprises tous les sous-traitants. La seconde consistera à envoyer les charognards et leurs complices (politiques, avocats d’affaire, traders …) bosser dans un centre d’appel ou une boite de sous-traitance dans un pays voisin (en attendant que les pays voisins fassent comme nous).


Ceux qui refuseront seront pendus avec leurs propres tripes parce que je suis bon mais faut pas pousser. Et j’emmerderai avec joie et bonne humeur les règles de « libre » concurrence qui ne sont qu’une variante de la loi du plus fort.


Voilà, qui vote pour moi ?


PS. Cela fait maintenant plus de dix jours que le merdier continue. Et une pauvre fille m’a appelé pour m’annoncer que sous 48h on allait … m’appeler d’une autre société pour me dire quand on pourrait réparer ! La pauvre ne faisait que lire un message qu’elle n’avait pas écrit, n’avait aucune information complémentaire et aucun lien direct avec les personnes devant réparer. Donc elle était complètement paumée face à mes questions et en situation de stress complet. Et moi j’essayais de ne pas la pourrir, sachant bien qu’elle n’y était pour rien, mais n’ayant personne d’autre sur qui passer ma rogne … Les merveilles du système. Là je dans un cybercafé, je publie quelques notes et je retourne à mon isolement, le temps que les choses s’arrangent !

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 16:39

Promis juré je pense à vous et je ne vous abandonne pas. C'est ma ligne téléphonique qui m'a abandonné, et ce depuis maintenant presque une semaine.

Dès que la situation est rétablie je reviens causer bouquin, et aussi, histoire de décharger ma bile, de ce que je pense d'Orange ...

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 22:04

Enfin une bonne nouvelle …

 

Je sais que Nestor Kirchner et sa veuve Cristina ne font pas l’unanimité en Argentine et encore moins dans le monde. Ils ont peut-être fait des erreurs, ils ont peut-être même comme disent certains profité de leur position pour se remplir les poches.

 

Je n’en sait rien, la politique argentine est pour moi quelque chose de totalement incompréhensible.

 

Mais.

 

Mais une chose que personne ne pourra leur enlever et qui restera à jamais dans leur balance positive, c’est qu’ils ont annulé l’ignoble amnistie votée par cette pourriture totale que fut Carlos Menem.

 

Et maintenant, les uns après les autres, les fumiers survivants de la junte de Videla sont condamnés, en général à perpétuité. Ce qui est la moindre des choses pour des gens responsables de la mort de la bagatelle de 30 000 personnes.

 

Les dernières bonnes nouvelles en date sont là.

 

Pour revenir au polar, demain ou dimanche je vous cause du dernier Craig Johnson.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 22:17

De mauvaises nouvelles en provenance d’Italie. J’y faisais allusion il y a quelques jours, les politiciens de droite extrême qui sont aux commandes en Vénétie semblent bien décidés à s’assurer que leurs électeurs ne risquent pas de lire des choses trop subversives. Ca a commencé par l’injonction de retirer des écoles et des bibliothèques les ouvrages de tous ceux qui ont signé une pétition en faveur de Battisti. Il semblerait maintenant que cela s’étende à tous ceux qui n’aiment pas le Grand Homme au pouvoir.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le blog de Serge Quadruppani, qui vous redirigera vers différents sites.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 22:43

Je crois l’avoir déjà écrit, nous avons longtemps considéré que nous avions la droite la plus bête du monde.

 

Puis vint le 11 mars 2004, et l’attentat du métro de Madrid, 200 morts, près de 1500 blessés. Le sinistre Aznar, envers en contre tous tente de convaincre les espagnols que l’ETA est derrière les attentats (si c’est l’ETA, sa politique de droite dure qui est légitimée, si ce sont les islamistes, c’est sa politique de soutien à l’invasion de l’Irak par la famille Bush qui en prend pour son grade). Manipulation des media, aveuglement, stupidité … La droite espagnole se révèle d’une bêtise crasse, perd les élections qui suivent juste derrière, et ravit à la droite française son titre si convoité.

 

Mais ça y est, on a repris la coupe.

 

Le 9 janvier le ministre du strass et des paillettes, qui aurait certainement mieux fait de rester à la villa Médicis affirmait, avec un sens du timing historique qui a dû faire se retourner son tonton dans sa tombe que, non, la Tunisie n’était pas une dictature.

 

Le 11 janvier, jalouse de s’être fait voler la vedette, notre ministre des affaires étrangères, qui n’a pas oublié qu’elle a été ministre des bidasses et des cognes propose à Ben Ali de l’aider à faire rentrer la racaille dans le rang.

 

Vendredi, le peuple tunisien leur met à tous un gros nez rouge et fout le non-dictateur à la porte, première étape indispensable pour reprendre son destin en main. Vexés d’être passés pour les derniers des cons, les ministres du gouvernement français décident de ne pas accueillir notre ex-grand-ami.

 

Accessoirement, et en attente d’une contre attaque, pourquoi pas italienne (qui fait le forcing en ce moment), la droite française redevient la plus bête du monde.

 

On est les champions, on est les champions, on est, on est, on est les champions !

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Mauvaise humeur
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact