Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 16:52

C’est Bernard Strainchamps, à l’époque de Mauvais Genres qui m’avait donné l’idée de lire les romans de Joseph Bialot. C’est aussi lui qui nous avait mis en contact.


Contact uniquement téléphonique malheureusement, étant donné qu’il ne se déplaçait plus trop, et que je l’ai raté chaque fois que je suis allé à Paris.


Et pourtant, bien que je ne l’ai jamais rencontré « en vrai », les quelques contacts téléphoniques et mail que j’ai eu avec lui n’ont fait que confirmer l’impression que laissent ses bouquins. Celle de quelqu’un plein de vie et d’humour, toujours préoccupé du sort des autres, toujours capable d’indignation et de coups de sang devant les injustices croissantes.
Quelqu’un de cultivé, chaleureux et drôle, qui appelait pour me remercier d’avoir écrit telle ou telle chronique (alors que c’est moi qui aurait dû l’appeler pour le remercier d’avoir écrit de si beaux livres !) ou qui envoyait une blague de cul qui l’avait bien fait rire …


Ben c’est raté, je ne le rencontrerai plus. Lui qui avait échappé à la mort quand tant de ses camarades périssaient c’est fait rattraper dimanche dernier. Salope de Mort, on avait pourtant bien fini par le croire increvable.


Restent ses bouquins, le formidable hymne A la vie !, les terrifiants 186 marches vers les nuages et Votre fumée montera au ciel, ses polars « classiques », comme La nuit du souvenir etc …


Salut Jo.


Avec l’accord de Bernard, revoici l’entretien avec les fidèles de Mauvais Genres réalisé en 2002.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 21:53

Je relaie cet avis de festival :

 

Que fait la police ? - 17 octobre au 30 novembre 2012 au Forum des images

 

Les fictions réalistes voisinent avec la mythologie du flic à l'écran, une des plus attractives du 7e art. Au programme, une cinquantaine de films, des cours de cinéma, des rencontres et des débats avec des chercheurs, dont la parole viendra éclairer ce cycle.

 

Du film policier à la comédie, sans oublier la chronique réaliste et même le western, le premier cycle de la saison s’interroge sur la police comme métier et, au-delà, comme institution, soumise ces dernières années à de profondes réformes.

Il se déploie sur six semaines, avec des invitations à des réalisateurs, notamment Maïwenn (26 octobre), Frederik Wiseman et Marcel Ophuls (4 novembre), un hommage à celui qui a incarné « le genre policier » dans le cinéma français, Alain Delon, et une série de cinq cours de cinéma.

La programmation s’articule autour de trois axes principaux : les représentations de la police sur le terrain, les méthodes de travail et le portrait des « very bad cops ».

 

Chaque volet du programme est mis en perspective avec les débats organisés en partenariat avec Mediapart. Des chercheurs, des policiers, des écrivains et des cinéastes s’interrogent et livrent leurs regards sur les sujets suivants : « l’image de la police dans les médias », « police et citoyens : la grande méfiance » et « L’usage de la force ». Chaque débat est suivi de la projection d’un film.

 

La sélection de documentaires et de fictions présentée, qui s’accompagne d’une incursion dans l’univers des séries TV, révèle deux tendances entre lesquelles le cinéma oscille pour représenter la police : une approche ethnographique, centrée sur l’activité au quotidien d’un groupe d’individus unis par leur fonction, et une vision fantasmée, d’un être agissant seul au cœur de la violence, entre héroïsme et déchéance.

 

 

Plus d'infos : http://bit.ly/Si9WBN

Voir la bande-annonce : http://dai.ly/OyK0Tn 

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 21:13

Et voilà, c’est fini jusqu’à l’année prochaine. Ne comptez pas sur moi pour un compte rendu complet du week-end, ce serait une tâche absolument insurmontable. Ce seront donc juste quelques impressions, jetées en vrac.

Un festival comme TPS ce sont surtout et avant tout des découvertes et des retrouvailles.

TPS 2012 Yan et Black Jack

Retrouvailles avec l’équipe venue en soutien pour animer, Corinne, Jacques, Hervé et Yan. On a bien rigolé, on a dit du bien de certains, du mal d’autres (je ne citerai pas de noms, même sous la torture) on a parlé … bouquins, on a trinqué. Un vrai plaisir comme tous les ans.

TPS 2012 Salem soir

Comme tous les ans, il y a eu de grands moments lors des tables rondes et des rencontres en bibliothèque.

Quelques touches : Carlos Salem a révélé la dédicace à Juan Carlos qu’il a écrite sur Je reste roi d’Espagne, ça donne à peu près : « A Juanito, mon meilleur personnage, pour l’instant … Affectueusement, Carlos », le même Carlos se ventant (à juste titre) d’être le seul en 74 ans à avoir réussi à faire travailler le roi …

TPS 2012 Pouy

Les étincelles du débat de vendredi : « Quand le polar décoiffe » où le pauvre Elvin Post a eu bien du mal à exister entre un Jean-Bernard Pouy et un Carlos Salem en pleine forme. Pouy qui avait eu à cœur de montrer que, oui, le polar le décoiffe, Salem, pas dégonflé en a enlevé son bandana pour montrer que lui aussi était décoiffé. Il a ensuite proposé que la prochaine édition se déroule en août, avec tout le monde nu, comme dans Nus de Pouy et son Nager sans se mouiller. L’option est sérieusement considérée par le CA, la difficulté étant de trouver ce qui pourra remplacer le teeshirt TPS des bénévoles … On a beaucoup rit, mais mine de rien il s’est dit beaucoup de choses très intelligentes, aussi.

TPS 2012 Salem

Samedi, jolie performance d’un Aurélien Molas, intimidé de ses retrouver au côté de Caryl Férey auquel il a déclaré … non pas sa flamme, son admiration. Une des tables rondes les plus équilibrée avec Hervé Claude. Du sens, des sourires, Caryl qui n’a pas pu s’empêcher de balancer une ou deux vacheries … Du bonheur.

 

La suivante, entièrement latine, a vu l’argentin Ernesto Mallo faire un véritable show. Il a commencé par faire pleurer (littéralement) la salle en évoquant les disparus argentins (dur de traduire la gorge serrée), a même dû s’interrompre quelques secondes. Puis a tout fait exploser en défendant le rire et la dérision comme meilleure arme contre les dictateurs. Un numéro immense, hors norme … Dix minutes après la fin du débat il n’avait plus un bouquin à vendre. Pendant cette table ronde à noter une des plus belle « reprise de volée » qu’il m’ait été donné de voir : Ernesto avait conclu en disant que, même si on cherche à les faire disparaître, les morts reviennent toujours et hop, Yan enchaîne sur le commissaire Ricciardi qui voit les morts et d’une certaine façon vit avec eux, transition parfaite vers l’excellent Maurizio de Giovanni … Illustration parfaite de ce qu’on peut faire quand on est face à ses interlocuteurs, à l’écoute, et qui ne peut pas exister dans une interview par mail.

 

Dimanche matin, l’occasion de découvrir un R.J. Ellory très classe et décontracté, et de m’apercevoir que nous avons au moins un point en commun : Quand il est invité chez quelqu’un pour la première fois, il commence par regarder la bibliothèque. Il sait immédiatement s’il y aura ou non une seconde invitation …

 

TPS 2012 R. J. Ellory

 

Pas la foule pour écouter Tim Willocks, et pourtant … Long débat sur la violence présente dans ses livres, sur la violence du monde, sur la résonnance entre un livre comme La religion et ce qui se passe en Irak … Bref, un auteur aussi impressionnant et passionnant à écouter qu’à lire.

 

TPS 2012 Quadru Leroy

 

Table ronde équilibrée et animée aussi en fin d’après-midi entre Jérôme Leroy, Serge Quadruppani (qui se connaissent très bien et savent se chambrer) Olivier Bordaçarre très drôle dans le genre pince sans rire et un Karim Madani qui parle comme il écrit : à fond. Des styles très différents pour un même constat, quand les choses vont vraiment mal, rien ne remplace le roman noir pour rendre compte de la réalité. On a même vu Jérôme rougir en fin de rencontre quand une lectrice lui a dit toute l’admiration qu’elle avait pour son dernier roman.

 

TPS 2012 Bordaçarre Madani

 

Et puis, en dehors de tout ça, il y a ce qui fait tout le sel de ces festivals, les moments de rencontre hors débats : Une saucissonnade avec quelques auteurs le samedi soir, qui a permis de montrer aux espagnols et aux italiens ce qu’on sait faire par ici avec du canard. Une longue conversation avec Ramon Diaz Eterovic le samedi soir. Mes mômes, les yeux brillants, discutant avec le grand Tim et apprenant qu’il y aurait une suite à Dog lands. Le plaisir de tailler une bavette avec Oppel, Pouy, Quadruppani, Leroy, Mateo-Sagasta, Zucca … Et les copains venus pour l’occasion.

 

Et bien entendu les frustrations. De ne pas parler italien pour discuter avec De Giovanni, de ne pas avoir eu le temps de discuter avec tous les autres …

 

Bref, beaucoup de fatigue et beaucoup de bonheur. Et surtout, surtout, un immense merci à tous les bénévoles qui, pendant que je faisais le beau en table ronde ou que je discutais avec les amis se cassaient la tête à organiser, conduire, accompagner, conseiller, nourrir, abreuver … tout ce beau monde.

 

Pour un autre avis tout aussi subjectif, d’un collègue blogueur qui est passé (mais avec qui je n’ai pas eu le temps d’échanger).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 21:37

TPS c’est parti !!

 

Hier soir, en l’absence de José Carlos Somoza victime de la grippe, j’ai essayé de tenir le crachoir une petite heure à la bibliothèque de Serveyrolle. On a causé de l’absent, ainsi que du programme du salon.

 

Aujourd’hui soirée beaucoup plus facile pour la rencontre avec Carlos Salem. On pose une première question et c’est parti, le conteur est lancé, les blagues fusent, l’auditoire est sous le charme, et une heure passe sans qu’on s’en rende compte.

 

A partir de demain, TPS à 100 %, donc le blog est en hibernation pour trois ou quatre jours.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 19:07

C’est maintenant tout proche, la quatrième édition de Toulouse Polars du Sud est là. Je ne vais pas vous détailler tout le programme, vous avez tout sur le site du festival. Mauvaise nouvelle, Fred Vargas a annoncé il y a quelques jours qu’elle ne pouvait pas venir. Dommage. Il reste quand même du beau, du très beau monde.

 

Autre mauvaise nouvelle qui est tombée aujourd'hui, José Carlos Somoza, terrassé par une terrible grippe (espagnole ?) ne pourra pas venir. Mierda !

 

Juste quelques coups de projecteurs, totalement subjectifs pour vous dire où je serai, mais aussi quelles sont les rencontres à ne manquer sous aucun prétexte, soit parce que je sais déjà, pour les avoir pratiqués, que les auteurs valent le déplacement, soit parce que je connais bien leurs romans. Ce qui ne veut bien entendu pas dire que le reste n’est pas intéressant vous vous en doutez.

 

Hors les murs :


Mercredi 10, Carlos Salem à la médiathèque de Mirande à 18h00 (je ne sais pas à cette heure si une autre rencontre va remplacer celle de Somoza à Serveyrolles).

 

Jeudi 11, les mêmes : Carlos Salem à la médiathèque des Pradettes à Toulouse à 17h00 (avec cette fois bibi aux commandes).

 

Mais également Tim Willocks à la médiathèque de Pins Justaret à 18h30 et Marin Ledun à la bibliothèque de Saint-Jean à 20h30 (plus quelques autres ici et là, allez voir sur le site).

 

Vendredi 12, le grand show man Jean-Hugues Oppel à la bibliothèque de la Côte pavé à Toulouse à 18h00. Si vous y allez, et s’il n’en parle pas, demandez-lui de ma part de vous expliquer l’effet gros nez … mais aussi Caryl Férey à Lagardelle sur Lèze, Jérôme Leroy à Foix etc …

 

A la librairie de la Renaissance :

 

Vendredi soir, sur le site du festival, première table ronde qui devrait péter le feu :

 

A 18 heures : « Passées les bornes il n’y a plus de limites », avec Jean-Bernard Pouy, Carlos Salem et Elvin Post. Je ne connais pas ce dernier, mais s’il veut causer il va lui falloir s’imposer parce que les deux autres promettent, à eux seul, un débat de feu. C’est l’ami Yan de « encore du noir » qui aura la lourde tâche de, non pas mener, mais tenter de garder les choses sous contrôle ! Et je serai dans le coin à la traduction.

 

Samedi 13 : Trois tables rondes dès 10h00 dont une française « Noir aux antipodes » où l’on retrouvera Caryl Férey, Aurélien Molas et Hervé Claude, sous la direction de Corinne of the Noirode et une latine avec Maurizio de Giovanni, Ernesto Mallo, Ramon Diaz-Eterovic et Victor del Arbol, animée par Yan, l’occasion de venir écouter un italien, un argentin un chilien et un espagnol sur le thème « Sous le joug des dictatures, les blessures du passé au cœur de la littérature noire ». Une occasion unique à ne pas manquer.

 

Dimanche 14 : Dès 10 heures, trois auteurs répondront aux questions d’Hervé Delouche (président de 813), Corinne et moi-même, l’un après l’autre (mais je ne sais plus dans quel ordre). L’islandais Arni Thorarinsson (que j’ai déjà rencontré à Toulouse, il est adorable et passionnant), notre invité d’honneur Roger J. Ellory, et l’immense Tim Willocks. Donc ce serait bête de rater ça, et tant pis pour la messe (hihi).

 

L’après-midi vous pourrez venir découvrir en vrai le « mystérieux » érudit Barouk Salamé qui participera à la table ronde consacrée à l’Algérie animée par Corinne, et le dernier débat me verra tenter de maintenir le calme et la sérénité dans un débat qui s’annonce très politique « Le roman noir révélateur du malaise de la société française » avec Jérôme Leroy, Serge Quadruppani, Olivier Bordaçarre et Karim Madani.

 

Voilà donc une petite idée d’une partie de ce qui vous attend à Toulouse la semaine prochaine. Pour le programme complet, je vous renvoie au site.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 22:12

Quelques liens pour patienter :

Un premier lien polar, avec cette interview de Don Winslow. Il y raconte la même chose que ce que Paco Ignacio Taibo II disait à Toulouse l’an dernier : la guerre des narcos qui fait tant de morts au Mexique est une guerre purement américaine menée dans un pays étranger. A lire au moment de la sortie de Savages au cinéma et de Cool dans nos librairies.

Encore polar, les copains de la Noirode continue à explorer une de leurs excellentes idées: faire lire des textes par les auteurs, en VO et en VF. Tous les enregistrements sont là. On y trouve quand même des pointures comme Tim Willocks, Thomas Cook, Ramon Diaz Eterovic ou Don Winslow … Entre autres.

Dans un autre genre, quelques extraits de discours de l’immense Gabriel Garcia Marquez, de quoi donner envie d’acheter le recueil et de relire Cent ans de solitude.

Pour finir une excellente nouvelle pour les amateurs de rigolade sur fond de navets abominables. Le site nanarland muet depuis de nombreuses semaines est de nouveau là, encore plus beau, toujours aussi drôle. Un signet à garder dans un coin et à ressortir quand on a besoin d’un moment de détente.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 21:07

Un peu de pub pour Ombres Blanches.


Si vous êtes à Toulouse fin septembre, début octobre, deux rencontres devraient vous intéresser.


Le samedi 22 à 17h00, rencontre avec Ron Carlson, une des découvertes des excellentes éditions Gallmeister. Remarqué avec Le signal, il semble que son nouvel ouvrage Cinq ciels, fasse l’unanimité (mais je ne l’ai pas lu …).


Mercredi 3 octobre à 18h00, Caryl Férey viendra causer de Mapuche. J’aurai le plaisir d’animer le débat.


Et bientôt Toulouse Polars du Sud, mais je vous en recause.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 23:21

Vous le savez sans doute, je suis réfractaire au livre numérique. Cela fait peut-être de moi un dinosaure, mais au moins suis-je un dinosaure heureux …

Ceci dit, cela n’empêche pas souligner le travail des copains. Surtout quand on sait pour avoir longtemps collaboré avec eux qu’ils font du très bon boulot.

Le copain en question fut le Maître de « mauvaisgenres », dont les vieux de la toile se souviennent avec regret. Puis de Bibliosurf.

Bernard travaille maintenant le livre numérique. Et bien que je n’en achète pas, et que je ne connaisse donc pas son site, je suis bien persuadé qu’il le fait avec le sérieux, l’abnégation et la compétence qui ont toujours été les siens.

En voici quelques preuves :

« Après avoir créé une carte intitulée Le tour du monde en 80 interviews, une autre sur le Paris littéraire avec des classiques à télécharger gratuitement (cette carte a été reprise par les bibliothèques de la ville de Paris), j'essaie avec une carte Polar comme au meilleur de temps de Bibliosurf. »

Bon surf.

 

J’en profite pour vous signaler que, tenant in extremis mes promesses de cet été, j’ai publié à droite dans la liste des lien une rubrique « librairies » avec ma petite expérience et vos suggestions. Il ne tient qu’à vous de l’enrichir …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 16:50

Comme promis avant mon départ en vacances, quelques adresses de librairies, vérifiées par votre serviteur, ou que vous avez signalées par vos commentaires.

 

A Toulouse vous le savez déjà, deux librairies généralistes avec d’excellents rayons polars et toutes les deux des possibilités de commande en ligne :

 

Ombres Blanches, incontournable chez nous, un choix immense, des libraires charmants et extrêmement compétents, des rencontres, bref un must.

 

La Renaissance, notre partenaire pour TPS, que dire de plus, c’est avec eux qu’on bosse le plus, on les connait, on les aime !

 

Si vous avez une envie de SF, même si la librairie Album n’est pas géniale, son rayon SF est incontournable, et c’est surtout sa libraire la grande Kti Martin, figure nationale. Elle sait tout, elle connaît tout, elle a tout lu, elle est géniale !

 

Une adresse pour aller bronzer intelligemment. C’est à Biarritz, Le festin nu est une toute petite librairie par la taille, mais très grande par sa qualité. Imaginez, dans une espace fort réduit vous trouvez un canapé pour lire, une sélection choisie, vraiment choisie et sur la table consacrée à la littérature, La religion de Willocks et Le léopard de Nesbo parmi les coups de cœur. Si ça ce n’est pas une preuve que c’est une bonne librairie je ne sais pas ce qu’il vous faut ! En plus, et ça ne gâche rien, le libraire est très compétent et fort aimable.

 

Maintenant quelques adresses glanées dans vos commentaires que je me permets de reprendre texto :

 

Les copains québécois des carnets noirs :

 

« Et les libraires disent merci! On fait ce métier parce qu'on l'aime mais il faut manger quand même.

Habitant le Québec, je faisais aussi mes envois de cadeaux par la Fnac, mais la dernière fois, je suis passée par la librairie Martin Delbert à Agen. J'ai dû appeler à cause d'un petit problème technique mais ma mère a pu aller directement chercher ses cadeaux en librairie et moi, j'ai pu pendant 5 minutes entendre le bel accent de chez moi. Adjugé!

Côté adresses, s'il y a des lecteurs québécois, si vous contactez la librairie Monet, mes collègues et moi nous ferons un plaisir de vous répondre. Et puis il y a surtout ruedeslibraires.com, un site de vente en ligne qui réunit les libraires indépendants québécois. Pour pouvoir acheter en ligne mais toujours chez un libraire près de chez vous! »


Et de Cousteix qui vient d’ouvrir un blog :

 

« Moi je commande tous mes bouquins sur l'excellente librairie Dialogues.

http://www.librairiedialogues.fr/

Jamais de soucis, toujours livrés dans les temps avec parfois des p'tits cadeaux. »

 

Voilà, c’était un premier coup de pouce aux libraires qui nous font tant plaisir. Il y en aura d’autres, si vous le souhaitez, et si vous me le signalez.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 23:10

Cela fait belle lurette que les amateurs de polars savent que Temps Noir n’est pas semestriel. Le numéro 14 était sorti en fin … 2010.

 

Cela fait aussi belle lurette que les mêmes amateurs savent que c’est sans conteste possible la revue la plus documentée et la plus savante sur le polar. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son éditeur Joseph K. est aussi celui du monumental Dictionnaire des Littératures Policières de Claude Mesplède.

 

Tout cela pour dire qu’en général on attend beaucoup entre deux numéro, on en vient à désespérer que le nouveau sorte, on doute même qu’il sorte un jour … Puis ce jour vient et on est comblé au-delà de toutes les attentes.

 

A condition, bien entendu d’aimer les sujets fouillés et de ne pas en attendre un suivi à la culotte de l’actualité.

 

Bref, le numéro 15 est en librairie le 28 juin. Plus de 300 pages pour :

 

Un dossier David Peace, avec analyse, entretien, traduction d’un entretien entre David Peace et James Ellroy, un article sur David Peace et le cinéma et quatre textes inédits.

 

Un article sur les liens, pas immédiatement évidents, entre Adamsberg et Maigret.

 

Une étude historique sur les publications polar collabo entre 42 et 44.

 

Plus de 150 pages consacrées à Meckert / Amila, avec de nombreux textes inédits (lettres, nouvelles et un roman inachevé).

 

Mais ce n’est pas tout, car un large volet est consacré au cinéma avec :

 

Un entretien avec Olivier Assayas à propos de Carlos.

 

Deux entretiens avec le directeur de la cinémathèque française à propos du cinéma de Melville et du polar hollywoodien des années 2000.

 

En résumé, pas vraiment le genre revue que l’on feuillette en pointillé dans les toilettes (lesquelles revues sont au demeurant fort respectables et fort utiles), pas vraiment non plus le bidule léger que l’on roule dans le sac à main quand on part faire les soldes. Mais une revue quasi incontournable pour qui veut assoir, compléter et enrichir sa culture polar.

 

A dans *** mois pour le numéro 16 !

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact