Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 23:21

Une fin d’année extra-ordinaire (au sens premier du terme) ne me laisse guère de temps, ni pour lire, ni pour m’occuper du blog (ni pour grand-chose d’autre que le boulot en fait).

 

Je prends quand même quelques minutes pour vous signaler, au printemps, une façon intelligente et instructive de passer les vacances : Allez à Vaison-la-romaine discuter polar avec Claude Mesplède et quelques pointures françaises.

Vous pouvez aussi tenter le concours de nouvelles.

 

Tous les renseignements sont là.

 

Si j’ai le temps, d’ici quelques jours je vous raconterai ce qui m’occupe tant ces derniers jours.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 23:03

C’est reparti. Quoi ? TPS, on prépare 2012. Et la première chose à faire c’est de lancer le concours de nouvelles Thierry Jonquet.

 

Le thème de cette année : « Carton Rouge ». Copie à rendre entre le 10 mars et le 1 juin 2012.

 

Le règlement complet et le formulaire d’inscription sont là.

 

A vous de jouer.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 19:17

Les prix 813 sont tombés. Je ne pouvais pas être complètement déçu, j’avais lu et aimé les 5 titres français et les 5 titres étrangers.

 

Chez les français, c’est Les visages écrasés de Marin Ledun qui a eu le prix. Au tout dernier moment j’avais dû tirer à pile ou face entre lui et Les harmoniques de Marcus Malte pour me décider. Donc content.

 

Chez les étrangers c’est La nuit la plus longue de James Lee Burke qui a le prix. Encore un roman que j’ai beaucoup aimé. Même si je regrette que James Lee Burke qui a déjà eu le prix ait été préféré à Serena de Ron Rash, Tijuana Straits de Kem Nunn ou Savages de Don Winslow. J’aurais préféré qu’un de ces trois romans ait le prix.

 

Finalement, on a eu un problème de riches, trop de romans excellents sur la période considérée …

 

Pour le prix revues/études sur le polar, c’est la toute jeune revue Alibi qui remporte le prix.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 23:05

Avec un peu de temps pour décanter et écrire, mon bilan à moi, très personnel, très subjectif, de ce troisième TPS.

 

En commençant par une info qui a son importance. C’est Empereur des ténèbres de Ignacio del Valle qui a obtenu le premier prix Violeta Negra.

Ignacio Del Valle, prix Violeta Negra

Je ne sais pas si le public était au rendez-vous, j’ai été complètement accaparé par les différentes rencontres, sur place et à l’extérieur, nos amis libraires nous dirons cela dans quelques jours.

 

Par rapport à l’an dernier, le défaut constaté : trop d’auteurs et donc des auteurs pas assez mis en valeur a été corrigé, me semble-t-il. Beaucoup d’auteurs sont passés en tables rondes, et les débats plus intimes permettant de présenter un auteur ont eu l’air de bien marcher (retour très positif des copains qui animaient).

Comme toujours, la tristesse des annulations de dernière minute, encore Massimo Carlotto, et au dernier moment, faute à pas de chance, Jeronimo Tristante et Nadine Monfils.

 

Et comme toujours beaucoup de plaisir.

 

Avec la confirmation Paco Taibo II  est un grand, un très grand, et une bête de scène et de débats. Vu côté animateur, mais aussi vu de la salle, il a un impact, une passion, une rhétorique qui captent immédiatement l’attention et marquent les esprits. Ainsi qu’un humour, une pertinence et une rapidité d’analyse qui font que tout ce qu’il dit est passionnant, et qu’en plus c’est dit avec une force toujours étonnante. La difficulté est de trouver qui mettre à la table avec lui …

 

Taibo

 

Le premier soir, bingo. Carlos Salem est lui aussi un champion de débats. Et cela faisait trois semaines qu’ils se retrouvaient tous les deux régulièrement ici et là. Autant dire que le numéro était rodé … Bingo encore, Raul Argémi et Guillermo Orsi étaient au diapason. Il faut dire que tous ces auteurs se connaissent, se fréquentent et s’apprécient. Et qu’ils sont très forts pour savoir ce qui va faire réagir le voisin, comment l’esquisse d’un tango va provoquer la réaction mexicaine … Et ça marche d’autant mieux que le modérateur Sébastien Rutès les connait aussi parfaitement, et sait ce qui va faire prendre la sauce. A posteriori, la question du réalisme dans les polars latino-américain était LA question à poser … Un grand numéro, à la fois rodé et spontané, hilarant et passionnant … Reste au traducteur à s’accrocher.

 

Salem - Taibo - Argemi - Orsi - Rutès

 

De nouveau Taibo dans les deux débats autour de Ciudad Juarez. Là aussi, connivence totale, entente impressionnante … Il s’est passé trente cinq minutes avant que je ne reprenne (presque de force) la parole pour ma deuxième question, et pour laisser le micro, un peu, à Jean-Marc Troub’s, le réservé de service qui n’avait pas encore ouvert la bouche. Mis à part l’intérêt d’écouter quatre débatteurs passionnants qui connaissent parfaitement le terrain, une chose m’a frappée. Aucun n’essaie de mettre en avant son travail, chacun parle presque davantage de l’aide qu’il a reçu des autres, de l’originalité du boulot des autres, et cela sans que ce soit, jamais, un renvoi d’ascenseur intéressé. Il fallait entendre Paco dire combien le travail de Troub’s et Baudoin est politique, au meilleur sens du terme, il fallait l’entendre remercier ces trois français de venir s’intéresser à ce qui se passe au Mexique … Un vrai bonheur. Un bonheur également cette habileté à déplomber une atmosphère qui pouvait devenir pesante par un trait d’humour, ou cette façon, quand l’heure approche, de trouver l’angle d’attaque qui permet de conclure, de façon évidente et passionnée par un appel à la révolte et une lueur d’espoir.

 

Troub's - Patrick Bard - Taibo - Sébastien Rutès 01

 

Un bonheur qui me donne aussi l’occasion de remercier le public polar. Un public qui vient voir les auteurs, les entendre, les questionner. Et ce n’est pas le cas de tous les publics. Le dimanche matin, projection du film de Marc Fernandez au cinéma Utopia et débat avec le public et les mêmes auteurs. J’aime beaucoup les cinémas Utopia. Je suis plutôt de gauche (n’est-ce pas ?) je crois être plutôt pour l’égalité hommes-femmes … Mais bordel de Dieu, il y a des gauchistes et des féministes qui vous donnent envie de voter à droite et de renvoyer les femmes à la maison. J’avais oublié ce public de convaincus, engagés et clamant leur engagement, d’autant plus virulents que leur « cause » est pointue, et qui ne sont pas venus pour écouter ceux qui sont sur la scène mais pour raconter tout ce qu’ils savent et vendre leur soupe ! En gros, deux questions intéressantes et un fatras de témoignages vertueusement indignés, qui comportaient beaucoup plus de « moi je » à la forme exclamative que de « vous » à la forme interrogative. Sans compter le reproche de la féministe de service : Il n’y avait que des hommes parmi les intervenants ! Un scandale !! Promis, la prochaine fois Taibo met une jupe. Si j’arrive à le convaincre. Parce qu’il n’était pas vraiment partant. Bref tout ça pour dire, lecteurs de polars, habitués des débats littéraires, vive vous, et vive nous !

 

A part ça, quelques grands moment sans Taibo, parce qu’il y en a eu aussi.

 

Thomas Cook et sa traductrice

 

Thomas Cook passionnant dans la table ronde « secrets de famille », expliquant comment aux US tout problème doit être caché, car un américain EST HEUREUX, par définition. Donc tout drame est honteux, et doit surtout être caché à la communauté. Comment aussi dans les communautés puritaines la faute d’un individu rejaillit sur la communauté entière. Ce qui fait que tout manquement intime, familial, entache la société, et cela implique une pression énorme de toute cette société pour punir ce manquement.

 

Nick Stone

 

Nick Stone adorable, drôle, racontant des anecdotes sur une de ses tantes, secrétaire de Duvalier père, comment après avoir été témoin d’une scène atroce entre papa Doc et les chefs macoutes elle allait travailler avec une bouteille d’eau bénite et une bible, mais aussi un fusil, au cas où les deux premières armes se révèlent insuffisantes.

 

Valerio Evangelisti

 

Valerio Evangelisti impérial expliquant que ses livres ne sont pas faits pour changer la vie de ses lecteurs, et qu’au contraire, ce sont ses lecteurs qui changent sa vie à lui en achetant ses livres. Expliquant aussi (la thématique était « dans la peau d’un salaud ») qu’il n’avait rien à dire aux gens pour les inciter à lire ses bouquins et que s’ils avaient plaisir à lire les horreurs qu’il écrit, c’était eux, pas lui, qui avaient un problème. Le tout en gardant un sérieux imperturbable, long, mince, Don Quichotte pince sans rire italien au français parfait.

 

Claude Mesplède

 

Le discours de notre Président avec un grand « P ». Toujours enthousiaste, toujours enthousiasmant, un discours pourtant très certainement terminé au petit matin, au tout dernier moment (j’espère que TPS va le mettre en ligne sur le blog).

 

Quelques grands moments de rigolade à table, et pendant les quelques moments de calme. Et les autres débats auxquels j’ai assisté. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Merci à tous, auteurs, bénévoles, visiteurs …

 

Bref, on ne pourrait pas faire ça tous les jours, mais dès que c’est fini il tarde que ça recommence.

 

J’ai mis en ligne quelques photos, c’est tout en bas à droite, l’album TPS 2011, et merci à Christelle pour les photos des tables rondes que j’animais.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 23:24

Et nous sommes rentrés, fatigués mais contents d’avoir passé un si bon week-end …

 

Comme toujours dans un festival comme TPS, la frustration se mêle au plaisir et à la fatigue …

 

Frustration de n’avoir pas eu assez de temps. Pas le temps de discuter avec Eric Halphen, TanVan Tran Nhut, Thomas Cook, Stéphanie Benson, Jean-Hugues Oppel …  Pas le temps de tailler le bout de gras avec les copains de 813, avec ceux qui venaient me dire qu’ils me connaissaient du blog … Pas vraiment le temps de passer devant les tables …

 

Mais heureusement, un grand plaisir aussi. Revoir les copains de la Noirode, Yan de Carcassonne et de Encore du noir,  Hervé et Michel de 813. Revoir les habitués, Giovanni notre copain milanais, l’inévitable Carlos Salem, retrouver Raul Argémi, Sébastien Rutès …

 

Avoir le plaisir et l’honneur de passer quelques moments avec Paco Taibo, Nick Stone, Valerio Evangelisti, de discuter un peu plus avec Patrick Bard, de découvrir des gens comme Ignacio del Valle, Marc Fernandez ou le très talentueux, et très discret Jean-Marc Troub’s (dont je vous causerai bientôt).

 

Et puis restent les images fortes. Le débat sur Ciudad Juarez, où, ma première question posée, je ne repris la parole qu’après 45 minutes durant lesquelles Patrick Bard, Marc Fernandez et Paco Taibo ont monopolisé la parole, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Paco, encore lui, redonnant des raisons d’espérer. L’humour très pince sans rire de Nick Stone et Valerio Evangelisti qui, alors qu’on ne parlait que d’horreurs et de personnages abominables ont fait rire tout le monde. L’humour et la finesse d’analyse de Thomas Cook. Les gens sortant hilares de la table ronde sur le polar latino-américain. Les anecdotes surréalistes d’Ignacio del Valle sur les soldats espagnols volontaires sur le front soviétique au côté des nazis. La classe de Gunnar Staalesen, très grand monsieur … Pleins d’images, de paroles, de sourires … Bref de quoi donner la force de repartir dès demain pour préparer l’édition 2012.

 

Quand j’aurai le temps et la force je mettre quelques photos en ligne sous forme d’album. Demain peut-être …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 00:21

TPS est parti sur les chapeaux de roues !

 

Après une matinée de formation sur le polar latino-américain, cet après-midi première table ronde de feu, avec les auteurs latino du salon : Paco Ignacio Taibo II, Raul Argemi, Carlos Salem et Guillermo Orsi animée par Sébastien Rutès, grand spécialiste de Taibo, et traduite difficilement par ma pomme.

 

Un moment épuisant mais jouissif, où on a appris l’histoire du petit lapin vert, comment le vent patagon fait tomber les filles enceinte, pourquoi les président argentins sont systématiquement parrains des septièmes fils d’une famille, pourquoi il y a des files de mexicains, vers midi, face au mat du drapeau sur la place centrale de Mexico, comment Paco écrasa en débat un pseudo intellectuel de droite avec seulement deux phrases, pourquoi le réalisme magique est un connerie car c’est la réalité latino-américaine qui est assez folle pour nous paraître magique … Et bien d’autres choses encore, le tout conté avec passion, humour, énergie, conviction …

 

Bref parfois de grands moment de solitude pour le traducteur, mais une jubilation constante et communicative. Pour résumer, le pied et je crois que les nombreux spectateurs n’ont pas regretté de s’être déplacés …

 

Maintenant au lit pour être en forme demain.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 23:31

Je vous ai déjà dit ici et tout le bien que je pense des romans des Wu Ming.

 

Ils écrivent bien ces enfoirés. Mais ce n’est pas tout. Ils pensent aussi sacrément bien.

 

On peut s’en persuader en allant sur leur site. Pour ceux qui n’ont pas le temps, vous pouvez aller lire cet article d’une intelligence et d’une lucidité éblouissantes.

 

Qualités auxquelles il faut ajouter que pour eux (mais c’est évident pour ceux qui ont lu leurs bouquins), intelligent, cultivé et profond ne veut pas dire forcément chiant. Donc en plus c’est bien écrit et rigolo. Allez-y, vous m’en direz des nouvelles.

 

Deux petits extraits pour vous mettre en appétit : « En bref : les intérêts des travailleurs et ceux du patron sont différents et irréconciliables. Toute idéologie qui masque cette différence (idéologie entrepreneuriale, nationaliste, raciale, etc.) est à combattre. ».

Et : « Déjà, se rendre compte que notre rapport avec les choses n’est ni neutre ni innocent, y débusquer l’idéologie, découvrir le fétichisme de la marchandise, est une conquête : nous serons peut-être cocus de toute façon, mais au moins pas cocus et contents. »

 

Et quand vous aurez bien réfléchi, vous pourrez aller rigoler un peu, Jean-Pierre Martin a repris du service.

 

Sinon, TPS pour moi c’est parti, avec une rencontre en bibliothèque avec le grand Valerio Evangelisti. Grand pas seulement par la taille, mais aussi et surtout un grand bonhomme. Gentillesse, disponibilité, humanité, chez un homme passionnant, parlant un français parfait et d’une érudition époustouflante. Eymerich, Panthera, le mouvement syndical américain, l’histoire du Mexique, celle des pirates français dans les Caraïbes, Emilio Salgari, Arsène Lupin, Rocambole, Henry Morgan … Un vrai feu d’artifice en toute simplicité.

 

Un grand plaisir pour moi, et je crois pour tous ceux qui étaient présents ce soir dans cette médiathèque de la région toulousaine. Comme il n’y a pas de hasard dans la vie, Valerio est un copain des Wu Ming …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:29

Attention, nous allons traverser une zone de fortes turbulences. Car dès demain soir je plonge dans ça :

 

TPS-Affiche-Polar-du-Sud

 

Si j’ai un peu de temps je vous raconterai au fur et à mesure.

 

Si j’ai encore plus de temps je finirai Le Bloc de Jérôme Leroy, qui n’a pas finit d’agiter les blogs, sites et autres machins où tout le monde donne son avis au lieu d’aller, sainement, s’arsouiller au bar du coin. Et je vous en causerai (au lieu d’aller m’arsouiller …).

 

Et tant que j’y suis, pour ceux qui habitent du côté de Reims et qui sont donc un peu loin pour venir à Toulouse, vous avez, vous aussi, un festival ce week-end.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 22:18

Il n’y a pas que Toulouse dans le Sud-Ouest, il y a Pau aussi.

 

Pau donc où l’association Noires de Pau organise son concours de nouvelles annuel.

 

Le thème de cette année : « Prudence ! Pauvre Prosper … »

 

Tous les renseignements en cliquant sur le lien ci-dessus.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 21:38

On vient d’entrer dans la dernière ligne droite. Certes il restera quelques changements, quelques désistements de dernière minute, mais le programme du troisième festival de TPS est maintenant bien bouclé.

Vous trouverez tous les détails sur le blog. Pour ceux qui auraient la flemme, voici quelques jalons et en particulier (on n’est jamais mieux servi que par soi-même) les machins où je suis aux manettes.

 

TPS-Affiche-Polar-du-Sud

Jeudi 6 octobre je serai à la médiathèque de Pins-Justaret à 20h30 avec Valerio Evangelisti. On causera SF, roman noir, roman de pirates, mouvement ouvrier américain etc …

 

Le même jour, ailleurs … Paco Ignacio Taibo II sera à Mirande, Tanh-Van Tran-Nuth dans l’Aveyron, Guillermo Orsi à Tournefeuille …

 

Vendredi 7 octobre avec Claude Mesplède himself, nous animerons une demi-journée destinée surtout aux bibliothécaires sur le polar latino–américain, de 9h00 à 12h00 à la libraire de la Renaissance. Puis direction le CE d’Air France en compagnie de Paco Ignacio Taibo II. Ailleurs Marcus Malte sera à la bibliothèque de la côte pavée, Jean-Hugues Oppel à Fronton, Nadine Monfils à la bibliothèque d’Ancely, Patrick Bard à Foix etc …

 

Et à 16h00, première table ronde à la librairie de la Renaissance : Le polar latino-américain avec PIT II, Raul Argemi, Carlos Salem et Guillermo Orsi, animée et traduite par Sébastien Rutés et ma pomme (on verra qui fait quoi sur le moment).

Et après il y aura peut-être une petite surprise …

 

Samedi 8 octobre c’est parti !

10h30, Secrets de famille, avec Thomas Cook, Gunnar Staalesen et Sophie Loubière, animée par Corinne de la Noirode.

11h30 : Inauguration et remise des différents prix dont le prix Violeta Negra dont je vous ai déjà causé.

15h00 Autour de l’œuvre de Manchette avec Max Cabannes et Doug Headline, animée par Alain Bévérini

16h00 : Faire exploser le genre, avec Brigitte Aubert, Nadine Monfils et Serguei Dounovetz animée par ma pomme

17h00 : La frontière avec Patrick Bard, Marc Fernandez et PIT II animée et traduite par Sébastien Rutés et ma pomme.

En parallèle pour ceux qui préfèrent déambuler, sous le chapiteau et au bar il y aura des rencontres informelles et discussions avec des auteurs comme Tran-Nuth, Granotier, Gouiran etc …

Et à la fermeture des ventes, au bar, un peu de musique histoire de prolonger le plaisir d’être avec les auteurs en buvant un verre …

 

Dimanche 9 octobre

Le matin je serai au cinéma Utopia de Tournefeuille avec Patrick Bard, Marc Fernandez, le dessinateur Troub’s et … PIT II pour animer un débat autour du film de Marc Fernandez sur les meurtres de Ciudad Juarez.

Dans le même temps à la librairie :

10 h00 : Voyages dans le noir européen, avec José Luiz Muñoz, Dominique Sylvain et Mine Kirikkanat animée par Corinne de la Noirode.

11h00 : Ecrire du polar pour la jeunesse avec Stéphanie Benson, Julien Guérif et Benoit Séverac, animée par Nathalie Beunat.

14h30 : Dans la peau d’un salaud avec Valerio Evangelisti, Nick Stone et Ignacio del Valle animée par ma pomme.

16h00 : Présentation de la collection Polars en Nord, avec Gilles Guillon, Maxime Gillio et Elena Piacentini animée par Claude Mesplède.

En parallèle, comme la veille, pour ceux qui préfèrent déambuler, sous le chapiteau et au bar il y aura des rencontres informelles et discussions avec des auteurs comme Halphen, Baru, Rutés etc …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars divers
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact