Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 12:33

J’en avais entendu parler, certains ici ont insisté, j’ai donc lu Aux animaux la guerre de Nicolas Mathieu. Merci à ceux qui ont insisté.

mathieu-animaux-guerre

Quelque part dans les Vosges, un équipementier de l’automobile va fermer. Pas de quoi faire les gros titres. Qui s’y intéresse à part ceux qui vont rester sur le carreau et une inspectrice du travail ? L’hiver approche, le froid et la neige viennent plomber le ciel, et certains n’ont plus rien à perdre … Toutes les conditions sont remplies pour que les choses finissent mal. Le déclencheur : Quand Martel, délégué du personnel noyé sous des problèmes d’argent et Bruce, un intérimaire bas de front et gavé de stéroïdes décident de s’associer avec les petits caïds du coin pour aller enlever une pute à un concurrent à Strasbourg. A partir de là, tout dérape.


Merci à ceux qui ont insisté donc. D’emblée (c’est son premier roman), Nicolas Mathieu frappe un grand coup. C’est qu’on croyait ces chroniques du déclassement des « petits blancs » réservées à nos amis américains. Aux Frank Bill, aux Chris Offut, aux Larry Brown. Et bien non, on a cela aussi chez nous maintenant grâce à ce roman.


Et la comparaison n’est pas innocente.


Parce que Nicolas Mathieu choisi un territoire, un des rares, où, comme dans certains coins des US la nature peut faire sentir son emprise : ici le froid, la neige qui pèsent sur les gens, sur leur vie quotidienne.


Parce qu’il dépeint de façon terrible comment le racisme, la bêtise, la haine sont le résultat inévitable de la misère, de la peur, de la souffrance.


Parce qu’il nous montre des communautés qui se défont, un monde ouvrier qui n’existe plus en tant que tel et perd ses valeurs (c’est très bien écrit, très clairement et sans jamais insister). Parce qu’il sait aussi dépeindre ce monde en train de disparaître en tant que communauté, un monde que le patronat a très bien su diviser en séparant les « historiques » (de moins en moins nombreux) et les intérimaires, variable d’ajustement pour ceux qui commandent, boucs émissaire et responsables de tous les maux pour ceux qui subissent.


Voilà, rapidement, pour le fond, déjà passionnant. Mais cela ne s’arrête pas là (ou plutôt ne commence pas là). La forme est au diapason.


Au risque de perdre son lecteur, Nicolas Mathieu fait le choix d’un roman choral et mêle les temps sans avertir son lecteur. Cela surprend au début, puis on s’y fait et ça donne une très grande force et cohérence au roman. On sait que ça ne peut que mal finir, mais quand, comment, et pour qui ? Très belle progression et construction de l’intrigue.


Et quels personnages ! Aucun n’est monolithique (sauf peut-être le pauvre Bruce qui est vraiment trop con), ils existent tous, on les côtoie, Nicolas Mathieu leur donne une chair, des rêves, des mots (tous les dialogues sonnent juste), des failles, des éclairs de courage … bref une humanité.

 

Vraiment, pour un coup d’essai c’est un coup de maître, un auteur à suivre sans le moindre doute.


Nicolas Mathieu / Aux animaux la guerre, Actes Sud (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:38

Je continue à pêcher dans les piles de bouquins restés en rade. Celui-ci a plus d’un an, j’espère que vous le trouverez encore sur les tables des libraires, il ne vaut la peine. C’est Libyan exodus de Tito Topin.

 

Topin

Un toubib alcoolique, un pilote de chasse abattu, une femme enceinte, une jeune femme très belle, un archéologue français, un escroc de nationalité indéfinie, un prof de français et un grand gaillard d’origine tchadienne se retrouvent en fuite dans une Toyota, en route vers la Tunisie, alors qu’au dehors, en Lybie, la guerre fait rage, entre les derniers fidèles à la Pourriture et les rebelles appuyés par une force internationale. Dans ce chaos, qui tirera son épingle du jeu ?


Qui a dit qu’il fallait absolument écrire des pavés de 600 pages ? En à peine plus de 200 pages nerveuses, Tito Topin, vieux briscard du polar français fait le boulot, et le fait très bien.


Il plante un décor : La Lybie au moment de l’intervention internationale (et surtout française), avec le chaos qui l’accompagne. Militaires, miliciens, bordel complet, profiteurs … la chaleur et des paysages étonnants, tout y est. Un décor qu’il est le seul à avoir utilisé chez nous, sauf erreur de ma part.


Dans ce décor, quelques personnages, bien plantés, auxquels il donne une chair et un passé, juste ce qu’il faut pour expliquer le présent. Pas de mots inutiles, pas de temps perdu, ça claque et ça marche.

Ensuite il lance tout ça, à toute allure pour commencer, puis stoppe tout net, avant un final qu’on devinait bien sanglant …


En marge, je ne peux m’empêcher de voir un joli clin d’œil à Boule de suif du grand Maupassant (mais je me trompe peut-être), et j’ai trouvé au début du bouquin des airs du Salaire de la Peur … Peut-être était-ce voulu, peut-être est-ce suffisamment ouvert pour que chaque lecteur il colle ses références, dans tous les cas c’est fort agréable.


Tito Topin / Libyan exodus, Rivages/Noir (2013).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 10:17

L’été, pas de nouveautés, l’occasion de repêcher quelques titres qui étaient restés sous la pile. On commence avec Le chant des morts de Jean-Paul Demure.

Demure

Le major Brett est le Britiche du bar de ce petit village de Provence où, les tournées répétées qu’il paie lui ont acquis la bienveillance des habitués. Sans être intégré, il commence à être bien accepté. Mais le major n’est peut-être pas celui qu’on croit. Et l’acceptation par le village a ses limites. Des limites qui vont se trouver franchies quand, au pied de la haie de la villa moderne qu’il a rachetée il croit voir ce qui ressemble à un crane …


Commençons par ce qui est très réussi : la description de la sensation d’étouffement et d’enfermement que l’on peut ressentir dans un village, a priori superbe, ensoleillé et bon enfants, mais où chacun sait tout sur tout le monde, et où les rancœurs et les haines, bien cachées sous un côté jovial pagnolesque n’en sont pas moins mortelles. Un village où le pittoresque cache mal les préjugés, la bêtise, le racisme …


Ce qui peut coincer c’est le choix narratif de l’auteur. Un choix assumé, celui d’écrire une sorte de conte où beaucoup de choses resteront dans le vague : Qui est vraiment Brett ? Que s’est-il passé dans ce village ? Quel sont les véritables enjeux ? Jean-Paul Demure choisi de ne pas répondre à ces questions. Il ne s’agit en aucune façon d’un oubli ou de la maladresse de quelqu’un qui ne sait pas se sortir de la situation qu’il a créée, c’est trop assumé. Ensuite au lecteur de dire s’il adhère ou si ça le frustre.


J’avoue avoir été un peu frustré tout en étant convaincu par la cohérence de la démarche.


Jean-Paul Demure / Le chant des morts, Rivages/Noir (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 17:19

Si je n’avais pas prévu d’animer la rencontre avec Christophe Reydi-Gramond à Ombres Blanches samedi 14 à 17h00, je n’aurais sans doute pas prêté attention à son premier roman, Un mensonge explosif. Mais je l’ai lu, et j’ai passé un bon moment.

reydi-Gramond

Les toulousains ne l’oublieront jamais, le 21 septembre 2001, vers 10h00, l’usine d’AZF, filiale du groupe Total explosait. Des morts, des blessés par centaines … et un témoin de onze ans, Hugo, ornithologue passionné qui ce vendredi séchait les cours et, depuis les coteaux surplombant l’usine, a tout vu, et surtout tout photographié.


Des mois plus tard, la thèse communément admise est celle de l’accident industriel. Mais ce n’est pas celle de Clovis Lenoir, flic à l’antiterrorisme qui ce 21 septembre était sur les traces d’une cellule islamiste et a depuis le sentiment d’être arrivé trop tard. Quand un journaliste enquêtant sur l’affaire est assassiné avec sa famille au Brésil, Clovis commence à se demander combien il y a de manipulations, qui trompe qui, et surtout pourquoi …


Je ne vais pas vous dire que c’est le roman de l’année, ni qu’il est absolument incontournable. Mais il est vraiment bien ficelé, tellement bien que, alors qu’en général les thrillers complotistes ont tendance à me faire fuir en ricanant, j’ai pris du plaisir à le lire.


Essentiellement grâce à l’écriture, nerveuse, fluide qui vous accroche dès le très bon premier chapitre. Ensuite parce que l’auteur tricote bien son intrigue, saute habillement d’un personnage à l’autre, d’un lieu à l’autre. Les dialogues fonctionnent, on sourit souvent, c’est agréablement méchant à d’autres. Bref l’histoire et les personnages fonctionnent.


Sur le complot final on peut sourire, mais après tout, il a le mérite de nous faire croiser quelques personnages et théories bien cintrés et plutôt réjouissants. Et derrière tout ça, les rapports entre mondes politiques, financiers et médiatiques est bien analysé et n’a pas grand chose d’imaginaire ni d’exagéré. Ce n’est pas un scoop, mais il est bon, de temps à autres, de rappeler certaines vérités.


Donc un très agréable moment de lecture, et pour les toulousains le possibilité de rencontrer l’auteur donc le samedi 14 juin à Ombres Blanches à partir de 17h00.


Christophe Reydi-Gramond / Un mensonge explosif, Liana Levi (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 21:42

J’avais beaucoup aimé Guerre sale de Dominique Sylvain. Et je me demandais bien comment elle allait continuer, si elle décidait de continuer. Elle l’a décidé, c’est Ombres et soleil.

Sylvain

Le divisionnaire Mars, flic qui s’était révélé assez pourri, a été retrouvé assassiné à Abidjan. Et c’est Sacha Duguin, son ancien subordonné, qui est soupçonné par la police des polices. Soupçonné au point d’être arrêté chez lui à 6 heures du matin. Lola Jost, flic à la retraite est pourtant bien persuadée que son ami est innocent. Ingrid Diesel (et oui, pour ceux qui ont lu le roman précédent Ingrid est vivante) qui est repartie aux US l’est également. Elles décident alors de mener leur propre enquête, en marchant une fois de plus sur des pieds forts sensibles. Des pieds qui s’appellent secret d’état.


Je n’arrive pas à être aussi enthousiaste qu’avec le roman précédent, et je ne sais pas complètement mettre le doigt sur ce qui me dérange. Je vais essayer quand même.


Tout d’abord il me semble que j’aurais préféré un roman plus resserré géographiquement. Paris, Abidjan, Hong-Kong … était-ce nécessaire ? Du coup, à part Paris toujours aussi bien décrite, les autres lieux (surtout Abidjan) sont à peine effleurés et c’est un poil frustrant.


Ensuite, impossible de lire le roman si on ne se souvient pas bien de ce qui s’est passé dans le précédent. D’où la difficulté pour l’auteur : soit elle fait de fréquents rappels, au risque d’alourdir le début du roman, soit elle ne dit rien, au risque de perdre un nouveau lecteur. Et j’ai l’impression que ce choix n’a pas été totalement tranché ici.


Pour finir par moment j’avais l’impression que Dominique Sylvain, consciemment ou non, cherchait à se rapprocher du style d’écriture de DominiqueManotti. Des phrases sèches, pif paf, pas de gras, pas de détails superflus, des faits, que des faits. Et je préfère quand elle fait du Sylvain. Et j’en viens à ce que j’ai aimé, car j’ai aussi beaucoup aimé certains aspects.


Les dialogues, les dialogues ! Je crois savoir que Dominique Sylvain est une fan de feu Elmore Leonard. Et bien ça se voit. Ses dialogues sont superbes, avec une mention spéciale au français très original d’Ingrid.


Les personnages. Là aussi elle a un réel talent. Ceux qu’on connaît déjà bien sûr, mais aussi son barbouze grognon, le méchant très réussi (je ne vous dis pas qui c’est …) ou la belle idée du conteur africain dont les interventions sont très réussies.


Pour finir, c’est aussi très bien que des auteurs français mettent un peu leur nez fictionnel dans ces monuments de la grandeur française que sont les ventes de matériel militaire (ou assimilé) et les belle compromissions qui vont avec. Ainsi que dans ces zones nauséabondes qui, sous couvert de secret d’état ou de protection du PAYS, ne servent en fait qu’à protéger des intérêts personnels. Dominique Sylvain le fait en changeant les lieux et personnages, mais il n’est pas très difficile de reconnaître un scandale qui n’a pas fini de défrayer la chronique … Mais dans lequel les vrais responsables s’en sortent, bien évidemment.


Bref, j’ai un peu moins aimé que le précédent, mais c’est fort bien quand même. Et j’aimerais bien avoir vos avis …


Dominique Sylvain / Ombres et soleil, Viviane Hamy (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 19:12

J’ai raté le précédent roman de Michaël Mention, Sale temps pour le pays. J’ai eu envie de le lire, je l’avais sous la main … Et puis noyé sous les bouquins, le temps qui passe. Je m’en voulais quand même un peu. D’autant plus qu’à l’automne dernier, à Toulouse, j’ai trouvé l’auteur très intéressant en débat, et, ce qui ne gâche rien, extrêmement sympathique. Donc je m’étais promis de ne pas rater le suivant, et j’ai tenu promesse. Je ne suis pas déçu, Adieu demain tient lui aussi toutes ses promesses.

Mention

Vingt ans après l’affaire de l’éventreur du Yorkshire un nouveau tueur en série sévit dans la région. Lui, c’est à l’arbalète qu’il assassine ses victimes. Mark Burstyn, devenu grand patron voit son cauchemar se répéter. Cette fois il est aidé d’un jeune flic très prometteur, Clarence Cooper, prêt à tout pour arrêter le tueur, même à infiltrer les groupes les plus étranges. Pendant ce temps, dans le pays, la peur s’installe.


La peur … c’est bien là le sujet central du roman. Sujet ô combien d’actualité, et pas seulement en Angleterre. La peur comme levier de pouvoir, la peur force de manipulation, la peur drogue aussi. Et la peur au final, comme moteur de toute la société.


Ne serait-ce que pour ça le roman est passionnant. Mais il a d’autres atouts. A commencer par une écriture et une construction et un découpage originaux qui donnent du rythme au récit. Un récit qui reste un polar, avec un suspense que l’auteur ne néglige jamais, avec des coups de théâtre, avec une angoisse qui monte.


Et puis il y a cette plongée progressive des personnages dans la folie et la peur, plongée oppressante qui culmine avec le chaos qui suit le 11 septembre. Cette montée est très bien orchestrée, avec une belle synchronisation entre le collectif et les histoires intimes et individuelles. Une vraie réussite.


Et puis, pourquoi le cacher, j’aime bien lire des choses comme «  Chaque jours, politiciens et media taperont sur l’Islam au lieu de crever le véritable abcès de l’Humanité : le Dieu Pognon qui depuis toujours spécule sur la misère et négocie les os de ses propres suppôts. Scandaleux ? Oui, mais pas autant que les mosquées et la viande hallal. Alors, les uns se dresseront face les autres. »


Je sais, cela ne fait pas un bon roman, mais quand cela vient en plus dans un bon roman, ça fait plaisir !


Michaël Mention / Adieu demain, Rivages/Noir (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 19:27

Hervé Le Corre est un auteur rare. Après Les cœurs déchiquetés, on attendait depuis cinq ans. Cela valait la peine, Après la guerre est une magnifique réussite.

LeCorre

Bordeaux dans les années cinquante. Les plaies de la guerre sont loin d’être cicatrisées et une autre pointe son nez, au sud, en Algérie. Le commissaire Darlac est une pourriture. Collabo il a réussi à passer au travers de l’épuration de la libération et, grâce à un réseau de pourris de tous types, chez les flics autant que chez les truands, il tient la ville malgré ceux qui voudraient bien avoir sa peau. Daniel a vingt ans, il travaille dans un garage et s’apprête à partir en Algérie. Ses parents ont été pris dans une des dernières rafles de la guerre et sont morts dans les camps. Un jour un homme débarque au garage, pour faire réparer une moto. Un revenant qui va faire remonter à la surface ce que tant de gens veulent cacher. Pendant ce temps, en Algérie …


Il y a les polars prêt à porter, tout-venant. Hervé le Corre livre ici le haut de gamme du sur-mesure dans la grande tradition. Le classique dans sa perfection, un peu comme les meilleurs films de Clint Eastwood … Cela paraît presque simple, ou naturel, tant la richesse et la puissance du roman s’appuient sur une écriture et une construction qui évite toute esbroufe pour se concentrer sur l’essentiel.


L’essentiel commence avec les personnages. Le flic pourri, ses comparses, sa famille ; Daniel et ses peurs, ses doutes face à la guerre, la difficulté de rester fidèle à des valeurs pas toujours très claires à vingt ans quand on est confronté à la souffrance, la peur, la mort ; et les autres, marqués par le passé, fracassés, révoltés ou résignés, valeureux, lâches, pourris … Des personnages complexes et incarnés, dont on ressent les doutes, les rages, les envies et qui portent le roman tout au long de ses cinq cent pages.


La ville de Bordeaux ensuite, sale, à peine sortie de la guerre, peinant à digérer ses traumatismes et ses trahisons, à l’image du pays. Une ville grise et humide, dont les rues sombres sentent non pas le grand cru mais la vinasse et la vase de la Gironde.


Tous ces personnages, la ville, mais aussi l’Algérie participent à une danse macabre, lente spirale qui, au gré d’une intrigue éclatée entre les différents protagonistes entraine le lecteur vers un final inévitable. Comme dans la spirale, les différents bras tournent les uns autour des autres, se rapprochant petit à petit d’un centre qui ne peut être que tragique.


A tous ces ingrédients qui, à eux seuls, donneraient déjà un excellent polar il faut ajouter la saisissante peinture de toute une époque historique trouble. Cette époque où les vilains secrets de la guerre, les compromissions de la collaboration, les petits arrangements de la libération, les rancœurs et les haines qui en découlent, les envies de vengeance où les douleurs insupportables se mêlent à d’autres drames en devenir en Algérie.


Hervé le Corre excelle dans la description ô combien difficile de toutes ces souffrances. Il excelle car il arrive à écrire l’indicible de façon crédible, sans tomber dans le voyeurisme ni le pathos dégoulinant. Il émeut, terriblement, dans la dignité. Et cela donne une très grande force à ses personnages et à son roman.


Nous avons attendu cinq ans, cela valait la peine, un grand roman à découvrir absolument.


Hervé Le Corre / Après la guerre, Rivages/Thriller (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 23:22

Lors de sa venue à Toulouse à la librairie Ombres Blanches, Aurélien Masson, patron de la série noire, nous en avait longuement parlé. La faux soyeuse d’Eric Maravélias tient toutes les promesses de son éditeur.

Maravelias

Fin des années 70 Franck est un petit loubard de Cachan. Il zone avec ses potes, traficote, glande, évite de rentrer à la maison où rien ne l’attend. Avec eux il traine chez Léon, le bistro où ils ont leurs habitudes, pour boire un coup, fumer et espérer entrevoir Cathy leur muse, leur fée, la fille du patron. En 1999, Franck est détruit, junkie, SIDA. L’héroïne est passée par là, l’addiction de plus en plus forte, les trafics, les coups de plus en plus minables pour se payer sa dose. Elle a abimé puis détruit le lien social qui existait. C’est maintenant chacun pour soi, des zombies trainent dans les rues, des vengeances, des coups bas, et Cathy n’est même plus là pour illuminer leur quotidien. Vingt années de descente aux enfers, jusqu’à la fin, inéluctable.


Attention, ce n’est pas drôle. Mais ce n’est pas misérabiliste non plus. On pense immédiatement à Bunker avec cette chronique de la délinquance et de la chute annoncée. Bunker la prison en moins, la dépendance terrible en plus. Avec aussi, en plus, incroyablement, quelques pages lumineuses d’un lyrisme d’autant plus frappant qu’on ne l’attend pas là.


Aucune complaisance dans ce regard, ni pour le narrateur, ni pour ses potes. Mais aucun jugement non plus, et une immense humanité dans le regard. Eric Maraviélas raconte, ne cache rien des horreurs de la drogue, rien de ce que peuvent faire des junkies en manque. Pas d’excuse, pas de justification. Juste des récits de parcours qui peuvent éclairer le lecteur (s’il le veut) sur ce qui les a amené là. Et puis ces moments magiques, qui irradient, la douceur de l’air, une chevelure au soleil, des potes retrouvés … Qui rendent d’autant plus sombres les ténèbres qui ne peuvent manquer de suivre.


C’est très dur, le final est quasiment insupportable, et pourtant c’est aussi très beau, et très émouvant. Une vraie découverte de la série noire.


Pour la petite histoire, et pour fermer un peu le bec de ceux qui clament partout qu’il faut faire partie d’un certain milieux pour être éditer et que tout n’est qu’histoire de copains, de coucheries, ou de retours d’ascenseurs … Le manuscrit de La faux soyeuse est arrivé chez Gallimard par la poste, l’auteur était inconnu … Et vous l’avez dans les mains.


Eric Maravélias / La faux soyeuse, Série Noire (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 23:40

J’adore les romans d’Ayerdhal. Je l’ai déjà dit et . Et bien je recommence. Je me suis régalé avec Bastards.

 

Ayerdhal

Alexander Byrd est un écrivain new-yorkais, marqué par le 11 septembre. Après un roman acclamé par la critique, le voilà complètement bloqué. En panne, il cherche de l’aide auprès de ses pairs, et c’est Colum McCann qui attire son attention sur un étrange fait divers : Armée d’un vulgaire outil de jardinage, et d’un chat qu’elle gardait dans son cabas, une mamie octogénaire laissé trois jeunes agresseurs sur le carreau. Morts. La police ne semble pas pressée de faire la lumière sur cette affaire et quand Alexander se décide à rechercher la redoutable mamie, il se retrouve dans des filets dont il ne soupçonnait pas l’ampleur … Il lui faudra toute l’aide de ses deux amis écrivains Jérôme Charyn et Norman Spinrad pour se sortir d’un conflit qui le dépasse, et de beaucoup.


Du pur Ayerdhal, avec donc, des complots compliqués, des implications politiques, des femmes de caractères qu’il vaut mieux ne pas trop chercher, de l’action, des scènes de castagne d’anthologie, des personnages hors du commun …


Ca c’est le minimum syndical ayerdhalien, et tout y est, plutôt deux fois qu’une.


En prime cette fois, un bel hommage à une flopée d’auteur new yorkais, avec une mention spéciale à Charyn et Spinrad (on peut choisir pire comme auteurs à qui rendre hommage !). Une belle description de New-York post 11 septembre. Un mélange très réussi de thriller survolté, de SF et de … je n’en dirai pas plus pour ne rien déflorer de l’intrigue, mais j’y ai aussi vu un clin d’œil à une très grand de la BD.

Et toujours ce talent de conteur qui fait qu’une fois le livre ouvert les pages tournent toutes seules. Et toujours cette rage et cette colère intactes contre les injustices d’un monde auxquelles l’auteur, et ses personnages, ne se résignent jamais.


Donc en plus d’être excitant à lire, c’est jouissif, et ça fait du bien de ne pas se sentir seul à enrager contre quelques enfoirés qui nous prennent vraiment pour des cons. Pardon je m’emporte, mais c’est la faute d’Ayerdhal qui résiste, encore et toujours aux sirènes qui nous vendent que la loi du marché est aussi incontournable que la gravité et que tout va pour le mieux dans le meilleur des systèmes possibles.


A lire donc.


Ayerdhal / Bastards, Au Diable Vauvert (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 22:42

Un road book à la française, en Corse. Allons-y. C’est Petite louve de Marie Van Moere.

 

Van Moere

Une mère et sa fille, douze ans, en cavale. La fille a été violée, le coupable libéré, erreur administrative. La mère avait promis de ne pas pardonner, elle a tenu parole. Peu de jour après sa libération elle a tué et enterré le violeur. Mais l’homme vient d’une famille de truands, des gitans qui ne pardonnent pas. Alors la mère et la fille sont en cavale, et elles ont choisi de se planquer en Corse. Elles sont proies, elles pourraient devenir chasseuses.


« Dans son premier roman elle soulève des questions qui survivent à la lecture » dit la quatrième de couverture. C’est peut-être mettre un bien gros poids sur les épaules de ce premier roman. Et ce serait dommage de passer à côté parce qu’on en attend trop.


Dans un genre totalement différent, je serais tenté d’en dire autant (mais pas plus) de bien que du récent roman sur Notre-Dame : Bien écrit, bien raconté, bon sens du suspense et de la construction, une Corse très bien évoquée, qui donne envie d’y aller pour les odeurs, les bruits, les sentiers, la vue sur la mer soudain révélée …


Et tout ça, avec du rythme, et sans en faire des tonnes. Une bonne construction en alternance entre les différents protagonistes qui permet de faire monter le suspense, des relations mère/fille bien croquées.


Donc un premier roman qui se lit avec plaisir et qui laisse présager de bien belles choses par la suite.


Marie Van Moere / Petite louve, La manufacture des livres (2014).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars français
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact