Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 22:31

Il semble que je sois abonné aux romans fragmentés en ce début d’année. Après Le zéro, voici Sur les nerfs, premier roman traduit de l’américain Larry Fondation.


FondationIl y a le Los Angeles des stars, des maisons flamboyantes, du fric, du glamour et de la plage … Et puis il y a le Los Angeles de Larry Fondation, de Poz, Army, Gina, Angela et les autres. Un monde perdu, où l'on se flingue pour un regard de travers, où l'on meurt jeune d'overdose dans un immeuble en cours de destruction, où l'on picole, on se drogue, on se fait planter parce qu’on ne donne pas l’heure, on baise sans passion, sans avenir, sans idéal et sans espérance … Un Los Angeles de bière bon marché, de couteaux à cran d’arrêt, de flingues et de désespoir …


Des fragments de vie, jetés sur le papier comme les éclats de verre d'une bouteille de bière fracassée. Tranchants, impitoyables, laids, soudain transformés en éclats de diamants par un éclairage  inattendu. Et malgré le désespoir, malgré le manque d'avenir flagrant, quelques fragments d'espérance. Un qui s'en sort, un petit moment de bonheur arraché à la misère …


La quatrième de couverture nous indique que l’auteur est médiateur dans les quartiers qu’il décrit depuis vingt ans. Il sait donc de quoi il cause. Textes courts, livre resserré, impact maximum.


On commence à parler de ce roman ici et là sur la toile. Toujours en bien et c’est parfait. Et on le compare beaucoup à Bienvenue à Oakland d’Eric Miles Williamson. Et la parenté ne me semble pas aller de soi : Les deux romans se situent en Californie et sont traduits par le même traducteur. Les deux également font le choix de ne pas avoir de vraie trame narrative.


Mais pour moi ils ne décrivent pas la même situation, et ne le font pas de la même façon. Eric Miles Williamson et ses personnages sont des travailleurs, souvent au chômage, fiers de leur travail même, et surtout, quand il est très dur, conscients de leur classe sociale et de l’antagonisme avec la classe dominante. Une certaine solidarité (de classe là encore) est présente. Leur rage a une cible. Ceux de Larry Fondation n’ont même pas ça, ou si peu. Pas de conscience de classe, pas la fierté d’un boulot, la seule solidarité est celle d’un territoire et s’ils se révoltent parfois (pas souvent) contre leur misère c’est sans aucune conscience politique. En cela ils se rapprochent plutôt des gamins décrits par George Pelecanos dans la série Blanc comme neige / Soul Fiction / Tout se paye. Sans la trame narrative du grand Georges car ici aucun personnage extérieur ne vient mettre de la cohérence dans ces morceaux de vie.


De même l’écriture de Larry Fondation, sèche, aride presque, sans mot superflu, est plus proche, là encore, de celle d’un George Pelecanos que des envolées enragées et lyriques de Williamson.


Un bel exemple de métissage entre les deux alors ?


Larry Fondation / Sur les nerfs (Angry nights, 2005), Fayard(2012), traduit de l’américain par Alexandre Thiltges.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

dominque 16/01/2012 14:44


yes


j'y vais de ce pas, je fatigue , je suis plus sf en ce moment, marci chériiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

holden 15/01/2012 12:47


ris pas mais c'est mon premier de cet auteur, comme je decouvre dortmunder


breef de la chance pour moi

Jean-Marc Laherrère 15/01/2012 22:02



Après, ou pendant, il faut aussi absolument lire Le couperet si ce n'est fait ... Ce n'est pas un Dortmunder, ce n'est pas drôle, mais c'est un chef-d'oeuvre.



dominque 12/01/2012 10:30


tu me fais penser qu'il faut que je le chronique, mais je ne me remts pas des "traites de cataldo, je ne m'en remets pas, ce livre est, un chef d'ouevre

Jean-Marc Laherrère 12/01/2012 14:07



Je l'ai de côté, j'attends un peu pour l'attaquer. Mais c'est un excellente nouvelle qu'il soit revenu au niveau de Romanzo criminale (ce que je crois comprendre de ton enthousiasme).



Pierre FAVEROLLE 12/01/2012 06:35


Salut Jean Marc, j'en ai lu tellement de bien que je vais le lire boentôt ... après le dernier Thomas Cook bien sur (dans un tout autre genre) ! Amitiés

Jean-Marc Laherrère 12/01/2012 09:50



Voilà un bon programme !



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact