Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 20:39

En attendant le retour Sandokan (en cours de traduction), voici un petit recueil de textes militants et imaginaires et drôles et revendicatifs et … Cela s’appelle Irapuato mon amour, et c’est signé Paco Ignacio Taibo II.


Taibo irapuatoRecueil assez hétéroclite où l’on trouve de très courts textes (de deux pages) comme deux récits de grèves plus longs et plus complets, où certains textes sont très drôles et très taiboesques, d’autres un peu plus anecdotiques (ils auraient pu ne pas figurer sans nuire à l’ensemble). Le tout n’est pas exempt de défauts (et en particulier un manque criant de relecture et donc pleins de fôtes, quelques mots manquants, quelques parenthèses non refermées …), mais surtout ne manque pas de qualités !


Car on retrouve la verve, l’enthousiasme, l’humanité, l’imagination, l’engagement … de Taibo. Et surtout son talent. Le même recueil écrit par un autre aurait pu être un abominable pensum, plein de vérités assénées, de leçons de morale, de bons sentiments, de harangues indigestes.


Et là non, cela reste du Taibo, cela reste le Mexique de Taibo. Donc on y croise :

une bande d’ouvriers qui se mettent des peintures d’apaches pour intimider le patron et revendiquer leurs droits

une mamie qui menace un homme armé avec son couteau à peler les oignons

un cariste qui découvre que d’un certain côté de la cour, il a une vue intéressante sur le bureau d’une secrétaire

une partie de dominos mythique

un hommage appuyé à Carlos Santana

la reprise d’un excellent texte sur l’Araignée


Bref de la vie, de l’engagement, des formes de lutte pour le moins originales (j’ai une préférence marquée pour les tracs signés « L’araignée »), une énergie communicative, une ode au courage des humbles et surtout un rage de ne jamais baisser les bras, même (et surtout) quand le rapport de force est de 100 contre 1 …


A lire donc, malgré ses quelques défauts, pour récupérer de l’énergie, des idées, de l’inspiration, et pour le plaisir.


Paco Ignacio Taibo II / Irapuato mon amour et d’autres histoires vécues dans des usines (Doña Eustolia blandió su cuchilo cebollero y otras historias que pasaron en algunas fábricas, 1981, 1983), L’atinoir (2011), traduit l’espagnol (Mexique) par Jacques Aubergy.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 22:48

J’aurai, lors du prochain TPS, le plaisir d’animer et/ou traduire (et peut-être un mélange des deux) une table ronde sur la frontière Mexique-US, et en particulier sur les meurtres de femmes à Ciudad Juarez avec Patrick Bard, auteur de La frontière, Marc Fernandez, co-auteur avec Jean-Christophe Rampal du documentaire La ville qui tue les femmes et l’inévitable et incontournable Paco Ignacio Taibo II qui donnera la vision mexicaine sur le travail de ces petits franchutes … Or je n’avais pas encore lu le doc, c’est chose faite.

 

FernandezCiudad Juarez, sur la frontière entre les US et le Mexique. Paradis des maquiladoras, ses usines automobile et électroménager essentiellement qui exploitent une main d'œuvre taillable et corvéable à merci à deux pas (littéralement) du plus grand marché du monde. Fief des cartels de drogue les plus puissants du pays avec ceux de Tijuana.

Depuis 1993 des dizaines de femmes sont tuées chaque année, violées, torturées puis jetées ou sommairement enterrées dans le désert. Les parents ont beau faire, les associations nationales et internationales ont beau les appuyer, aucun coupable sérieux n'a jamais été arrêté par une police corrompue jusqu'à la moelle. Sans chercher (ce serait impossible pour eux) à trouver les coupables, les auteurs sont allé sur place tenter d'expliquer comment une telle situation peut perdurer.

 

Attention livre éprouvant. Parce que la situation décrite l'est. Parce que la violence subie par ces femmes est insupportable, parce la vie des survivants, amis, parents, ou simples habitants des mêmes bidonvilles misérables est insupportable. Parce l'impunité, la corruption, la violence d'une police pourrie jusqu'à l'os, de politiques vendus et de cartels surpuissants sont insupportables.

 

Malgré un effet inévitable d'accumulation les deux auteurs arrivent à ne pas lasser et à faire sentir à chaque page l'horreur, la rage et la peur face à l'arrogance et l'impunité des coupables, et la détermination, malgré tout.

Un document que l'on lit en apnée, happé par ce qui y est dit, pris dans le texte, et en même temps pressé d'en terminer avec l’atroce sentiment d'impuissance rageuse qui domine.

 

Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal / La ville qui tue les femmes, Hachette (2005).

 

Pour en savoir plus, vous pouvez aller voir le webdocumentaire que les auteurs ont consacré à cette affaire, ou aller sur le blog de Marc Fernandez. Et pour ceux qui seront du côté de Toulouse le week-end du 8-9 octobre, je pense que la rencontre sera de haute volée …

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 23:06

J’ai décidé, dans ce billet, de me dévoiler un peu. N’ayez crainte, je ne vais pas vous infliger mes états d’âmes et vous ne risquez pas le pensum de l’autofiction. Juste un aveu, à but littéraire quand même : Bien que fan de polars, je n’aime pas les chiens policiers, et pour tout dire, je n’aime pas les chiens tout court.

 

Par contre je fais partie de « ce genre d’individus » comme dit Terry Pratchett qui aiment les chats. Et qui vénèrent le dit Terry Pratchett.

 

So what ? Imaginez ma surprise et ma joie, il y a quelques jours, quand au détour du rayon d’une librairie j’ai trouvé ceci : Sacrés chats ! Kit de survie pour tous ceux qui vivent avec leur chat, de Terry Pratchett, illustrations de Gray Jolliffe.

 

Certes, je sais, il y a déjà eu des kilomètres de papiers écrits, dessinés, chantés sur les chats. Certes, mais là c’est du Terry Pratchett. Exemple :

 

« Lors du choix du nom destiné à votre félin, vous devriez aussi tenir compte de la force et de la rapidité qu’il peut véhiculer. Lorsqu’en pleine préparation d’un repas pour une foule d’invités, vous voyez un plateau de steaks premier choix s’approcher comme par magie du bord de la table, il est impératif de disposer d’un nom aussi effilé qu’une lame de rasoir et aussi puissant qu’une massue : « Zac » ou « Pif » ou « Crac » ont prouvé leur efficacité.

Les Egyptiens adoraient une déesse à tête de chat qui avait pour nom « Bast ! ». Vous comprenez mieux pourquoi, maintenant. »

 

A partir de là inutile que je vous en dise davantage.

 

Soit vous aimez les chats et/ou Pratchett, et vous êtes déjà en route vers la librairie la plus proche.

 

Soit vous n’aimez ni l’un, ni les autres … Et j’avoue que je ne peux m’empêcher de vous plaindre.

 

Terry Pratchett / Sacrés chats ! (The unadulterated cat, 1989), J’ai Lu (2009), traduit de l’anglais par Marguerite Schneider-English.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 22:23

La collection L’atineur, de l’éditeur L’atinoir (dont je vais reparler) a publié en 2008 deux petits textes à côté desquels j’étais complètement passé. Petits par la taille (entre 60 et 70 pages), mais grands par la qualité.


Le premier Je paie pas le loyer, je fais grève ! est la traduction d’un essai de l’omniprésent Paco Ignacio Taibo II :


En 1922 à Mexico, les locataires, exaspérés par le prix des loyers et l’état lamentable des appartements, décident de se regrouper pour faire valoir leurs droits. Avec l’aide de quelques militants du tout petit parti communiste mexicain, ils se syndiquent et démarrent une grève des loyers. Etonnés de ne jamais avoir rien lu sur cet épisode de lutte, l’inoxydable Paco Ignacio Taibo II a enquêté et écrit ce court texte qui relate, à sa façon inimitable, ces quelques semaines de bagarre.


Difficile de trouver un texte qui tombe plus à pic ! En quelques pages, Taibo II illustre par l’exemple historique quelques vérités premières qu’il est bon de rappeler en ces temps agités :


Ceux qui ont l’argent ne le lâchent JAMAIS, il faut le leur prendre.

Ceux qui ont le fric ont TOUJOURS le gouvernement, et donc l’armée, la police, et la plupart des media avec eux.

Conséquence : Ceux qui n’ont rien ne peuvent récupérer leur dû que par la lutte qui passe, cela va sans dire, par un rapport de force. Rapport de force dans lequel … c’est le plus costaud qui gagne.

Pour être les plus costauds, il faut que toute la population se sente concernée (les syndicats de locataires n’ont réussi à arracher des concessions qu’au moment où ils étaient soutenus par les organisations ouvrières).

Pour gagner, il faut être prêt à tout, et surtout à ce que les gens « raisonnables » présentent comme irresponsable ou impossible.


Mais ce n’est pas tout, car, malheureusement, après des succès retentissants, le mouvement finit par être vaincu. On apprend alors que :


Ceux qui ont l’argent veulent TOUJOURS récupérer le peu qu’ils ont dû lâcher, ils n’oublient JAMAIS.

Dès que le mouvement se divise, ou qu’il est récupéré par des ambitions politiques, c’est foutu.

Dès que l’on se replie sur des revendications « raisonnables » on a perdu.


Entre autres enseignements utiles de ce petit bouquin … A lire, à méditer, à rapprocher de l’excellente pièce de Dario Fo, Faut pas payer ! puis à mettre en pratique, en essayant d’apprendre les leçons du passé.


Paco Ignacio Taibo II  / Je paie pas le loyer, je fais grève !, (Inquilinos del DF, a colgar la rojinegra, 2007) L’atinoir/L’atineur (2008), traduit de l’espagnol (Mexique) par Jacques Aubergy.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 23:35

Entre autres choses, l’AG de l’association 813 permet rencontrer du monde, et d’échanger potins zé informations.

Parmi ces informations éditoriales d’importance, celle-ci que je vous livre : Rivages travaille en ce moment même à la traduction du dernier monument du lui-même monumental Paco Ignacio Taibo II : PANCHO VILLA, Una biografía narrativa.

Tout lecteur de Taibo connaît, d’une part l’importance de Pancho Villa dans son œuvre et dans son imaginaire, d’autre part son incontournable biographie du Che. Et ne peut donc être qu’impatient.

Or il se trouve que j’ai, depuis presque deux ans maintenant, la version originale du monstre, près de 900 pages d’histoire et d’histoires, de photos et de notes, que je n’avais jamais eu le courage d’ouvrir. Et bien c’est fait, j’ai démarré, et je vais essayer d’aller au bout.

Pour les hispanophones je vais même faire mieux, je vais, au fur et à mesure, vous en dévoiler quelques extraits, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, et de vous préparer à vous ruer dans votre librairie préférée le jour de la sortie de la traduction française.

« Esta es la historia de un hombre del que se dice que sus metodos de lucha fueron estudiados por Rommel (falso), Mao Tse Tung (falso) y el subcomandante Marcos (cierto) […]

Un hombre que cuenta con tres « autobiografías », pero ninguna de ellas fue escrita por su mano.

Un hombre que apenas sabía leer y escribir, pero cuando fue gobernador del estado de Chihuahua fundó en un mes mas de 50 escuelas. »

Voilà, un écrivain monumental s’attaque à une légende, à un des mythes du XX°, et dès le chapitre zéro fait naître chez le lecteur le moins au fait de l’histoire mexicaine des images qui appartiennent à l’imaginaire collectif : Pancho Villa et ses sombreros, ses trains blindés, l’état de Chihuahua, les charges à cheval …

A la fin de son introduction, Taibo avertit ainsi son lecteur qui chercherait un vision simple et rassurante de Pancho Villa (génie révolutionnaire pour les fans, monstre sanguinaire pour les détracteurs) : « Acercarse a Villa en busca a Robin Hood y encontrarse a John Silver suele ser peligroso. Mucho mejor narralo. […] Partamos del supuesto de que Pancho Villa no se merece une versión edulcorada de sí mismo, ni se la merece el que la escribe después de harberle dedicado cuatro aňos de su vida, y no se la merecen desde luego los lectores. »

A bientôt pour la suite.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 20:59

Ca y est, j’ai rassemblé tout mon courage et, chapitre après chapitre, j’ai lu Gomorra de Roberto Saviano. Un livre qui m’avait été chaudement recommandé, en particulier par une collègue italienne. Je me demande si, aujourd’hui, je ne regrette pas.

Non pas que Gomorra soit mauvais ou sans intérêt, bien au contraire. Mais parce qu’il vous laisse avec le moral au fond des chaussettes.

Roberto Saviano sait de quoi il parle. Il est né, a grandi et vécu sur les terres contrôlées, dirigées, par les différents clans camorristes. Et par une curiosité sociologique ou biologique, contrairement à la majorité de ses concitoyens, non seulement il a refusé d’entrer dans leur jeu, mais il a même décidé de le dénoncer, de parler, de décrire une réalité que personne ne veut voir. Et c’est atterrant.

Main mise sur toute la confection italienne, corruption, trafics en tous genres (drogue, armes, prostitution, clandestins, contrefaçon …) … Contrôle absolu de tout ce qui se construit, de la vente des matériaux aux chantiers proprement dits … Violence quotidienne, assassinats, intimidations, omerta et crainte … Des mômes utilisés comme tueurs ou abattus juste parce qu’ils sont au mauvais endroit, ou dans le mauvais carnet d’adresse.

Tout cela est déjà assez démoralisant. D’autant plus que Roberto Saviano décortique tous les mécanismes en place pour que rien ne puisse changer. La camorra est propriétaire de la Campanie, de ses habitants, a un chiffre d’affaire inimaginable, négocie avec des états, des armées et les plus grandes entreprises mondiales. Elle fut la première à s’implanter en Europe de l’Est et en Chine. Avec, à côté, ou contre l’état, les clans de la camorra sont des entreprises capitalistes diversifiées et indéracinables qui ont un seul but : faire des affaires, à tout prix.

Mais le dernier chapitre, qui traite du trafic des déchets et ordures porte le coup de grâce. Il est, littéralement insupportable. Je vous ferai grâce des détails, ce sont une quinzaine de pages d’horreur pure, le résultat de la recherche du profit immédiat comme seule valeur. Je laisse la parole à Roberto Saviano :

« Les parrains n’ont aucun scrupule à enfouir des déchets empoisonnés dans leurs propres villages, à laisser pourrir les terres qui jouxtent leurs propres villas ou domaines. La vie d’un parrain est courte et le règne d’un clan, menacé par les règlements de comptes, les arrestations et la prison à perpétuité, ne peut durer bien longtemps. Saturer un territoire de déchets toxiques, entourer ses villages de collines d’ordures n’est un problème que si l’on envisage le pouvoir comme une responsabilité sociale à long terme. Le temps des affaires ne connaît, lui, que le profit à court terme et aucun frein. »

Les commentaires sur l’article sur la mort de Gregory McDonald s’interrogent sur la signification profonde du roman : roman sur la rédemption ou critique féroce du capitalisme. Là pas de doute. Nous avons, décrite et non pas imaginé, la frontière ultime du capitalisme, quand le profit maximum et immédiat est le seul critère de choix. Nous avons le monde régit uniquement par les lois du marché. On y voit alors des gamins de 15 ans subir, à très peu de choses près le sort de Raphaël (mourir rapidement pour 250 euros), et des gens empoisonner leurs voisins, et même leur famille pour gagner quelques millions de plus.

Je sens que j’ai un peu plombé l’ambiance non ? Mais il n’y a pas de raison que je sois le seul complètement déprimé. Allez, pour essayer de remettre un peu de gaieté (quoique), ces camorristes m’ont fait penser à un dialogue du dernier roman d’Hannelore Cayre, Ground XO.

« C’est quoi un gangsta français ? demanda François, intrigué.

  -         Un barbare urbain qui ne s’intéresse qu’au fric et au cul. Le plus fier et le plus moderne représentant des valeurs ultralibérales en France »

Changez gangsta français par chef de clan napolitain, passez à une toute autre échelle, et vous avez Gomorra.

Quand on referme le livre, on oscille entre l’envie de l’oublier, et celle de le faire lire à tout le monde, pour que personne ne puisse dire qu’il ne savait pas. A vous de choisir.

Roberto Saviano, Gomorra Dans l’empire de la camorra, (Gomorra, 2006) Gallimard (2007). Traduction de l’italien Vicent Raynaud.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 16:44

Voilà un petit texte qui m’aurait certainement échappé sans la note que lui consacre Bastien Bonnefous sur Polar Blog. C’eut été fort dommage. Merci Bastien.

 

C'est le repas du dimanche de trop chez Bernard. Traité une fois de trop d'exsoissantuitarattardé, il explose à la figure de ses enfants (trentenaires bobos écolos gentils tendance Ségolène), et leur montre, en moins de temps qu'il n'en faut pour avaler cinq douzaines d'huîtres que l'ex attardé de 68 a encore le verbe haut, les idéaux intacts, et la fougue de le jeunesse. Une fougue que, de toute évidence, ils n'ont jamais eue.

Moins de vingt pages, explosives, jouissives, qui se dégustent comme une douzaine d'huîtres accompagnées d'un Muscadet bien frais (ou tout autre vin blanc que vous préférez avec les huîtres). C'est vif, vivifiant, intelligent, rageur, et beaucoup plus enthousiasmant, en cette période de commémorations qui ressemblent plus à des enterrements, que tout ce qu'on peut entendre ici ou là.

 

Du pur Pouy, dès le titre. Mes soixante huîtres, qui d’autre que lui aurait pu y penser ?

Jean-Bernard Pouy en a donc marre de s’entendre qualifier, par sa progéniture, et indirectement, via les média d’exsoissantuitarattardé. Il répond vertement, avec l’imagination et le verbe qu’on lui connaît. Mais finalement, ces reproches ne sont-ils pas dû, essentiellement à l’envie et la jalousie de ceux qui ont eu une jeunesse trop terne, trop raisonnable, trop lisse ? Qui regrette de ne pas avoir pu participer à une telle fête, quoique l’on puisse penser de ses suites et de ses conséquences ?

Des envieux qui sont loin d’avoir la verve de notre JB national, et qui même, de mon point de vue, s’emmêlent un peu les pinceaux. Parce qu’il faudrait savoir. Et d’un, soit on est attardé, soit on est ex. Si on est attardé, c’est qu’on est resté soixantuitard. Donc exit le ex. Et finalement attardé ça veut dire quoi ? Que 40 ans plus tard on a encore la fougue, la niaque, la rage, l’humour, l’envie de vivre ? Finalement, c’est plutôt un compliment. Ou, une fois de plus, de l’envie et de la jalousie. Car finalement, n’a-t-on pas l’âge de ses idéaux, de ses envies et de ses indignations ?

Alors, merci JB Pouy, grâce à ces quinze pages, on peut le dire, 68 n'est pas mort, car il bande encore. Je sais c'est un rien trivial et rabâché, mais c'est ce qui m'est venu spontanément à l'esprit. Désolé.

Jean-Bernard Pouy / Mes soixante huîtres  Editions folies d’encre (2008).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 10:06

Tout lecteur de Paco Ignacio Taibo II le sait, le mouvement étudiant de 1968, et sa sanglante conclusion du 2 octobre sont essentiels dans son œuvre. Ils reviennent souvent dans les romans de la série consacrée à Hector Belascoaran Shayne, il ne les a bien entendu jamais oubliés.

Ce petit ouvrage, préfacé dans sa traduction française par Claude Mesplède, publié initialement dans le journal mexicain « La jornada » est le fruit de l’incapacité de l’auteur à tirer un roman des notes prises entre fin août (début du mouvement) et sa conclusion tragique du 2 octobre.

 

Chronique de semaines de lutte, d’espérance, de peurs, de répression … Taibo, qui garde son style inimitable qu’il écrive un polar échevelé, une biographie monumentale, ou un article de journal, n’occulte pas les erreurs de jeunesse, le ridicule de certaines attitudes, l’égocentrisme même d’un mouvement étudiant qui peina à considérer le reste de la société mexicaine, mais fait surtout éclater, dans toutes les pages, dans toutes les lignes, la vitalité, la créativité, l’espoir et l’énergie de ces quelques semaines.

 

Même si le mouvement, maté dans le sang, a paru vaincu, Taibo pointe le travail de toute une génération qui se forma à ce moment là, et essaima, portant, de façon plus posé et peut-être plus efficace, « la bonne parole », et surtout la « bonne action ».

Car s’il y a une leçon que retient Taibo quarante ans plus tard c’est la capacité de dire NON. Comme on peut lire sur un tee-shirt de l’époque : « Nés pour perdre / MAIS PAS POUR NEGOCIER ». Ne serait-ce que pour ça, ce texte est indispensable. Comme en plus il est de Taibo, c’est un vrai bonheur de lecture, superbement écrit, qui explose, étincelle, virevolte, interpelle … De quoi mettre toute une génération dans la rue !

Il éclaire aussi l’œuvre à venir, explique la révolte, l’imaginaire des romans, mais également la prise de conscience

tardive (post 68, on la voit dans l’analyse qu’en fait Taibo), des racines mexicaines, dans un souci de corriger une erreur de jeunesse. Si le Che, Lénine, Bakounine ou Troski sont toujours là, ils sont maintenant accompagnés d’Emilio Zapata et de Pancho Villa, absents de l’imaginaire des étudiants de 68. Il explique aussi l’intérêt de Taibo pour le sous-commandant Marcos, qui allie idéal politique (qu’ils avaient), avec un humour, une connaissance et une utilisation de la culture populaire (qu’ils ont acquis ensuite). Ce n’est donc pas un hasard si PIT II a co-écrit un polar avec Marcos, s’il revendique haut et fort le côté populaire et mexicain de ses romans, si dans ses romans Sandokan côtoie Troski, et les rancheras et les boléros se mêlent à la guitare de Carlos Santana et à l’internationale. Pour cela aussi il faut lire ce petit ouvrage.

 

Allez, pour le plaisir, extraits :

 « Il a aussi produit du combustible épique, de quoi alimenter vingt ans de résistances. Il nous a rendu opiniâtres dans un monde de soumissions, il nous a mis dans la bouche le «  Non, c’est non, et je me fous des conséquences » des centaines de fois ».

« Dans le quartier ouvrier où nous nous rendions de temps en temps (parce que la révolution devait être faite par la classe ouvrière, selon le manuel que nous avions tous lu et que nous répétions jusqu’à la nausée), nous étions des étrangers qui entraient et sortaient en courant, après avoir distribué, devant l’usine,  des tracts illisibles avec lesquels les travailleurs de la raffinerie d’Azcapotzalco ou les ouvriers des industries de la Vallejo ou de Xalostoc se torcheraient le cul ».

« Le mythe de 68 veut qu’on couchait beaucoup. Je dirais beaucoup moins qu’en 1967, et encore moins qu’en 1966. Nous avions moins le temps ! »

« Radio Rumeur était tout sauf objective dans sa relative fidélité à la réalité : elle était partielle, exagérée, sensationnaliste. Fondamentalement, c’est parce qu’elle était incontrôlable. […]

Radio Rumeur était incohérente, absurde décousue, mais précise dans sa vengeance, justicière. […]

Radio Rumeur a été la seule à savoir pour les morts de Tlatelolco, la seule à dire que les corps avaient été alignés dans un hangar de la section militaire de l’aéroport, la seule à connaître l’existence du vol au dessus du Golfe du Mexique où ils jetèrent les cadavres des étudiants assassinés, la seule à les avoir comptés et nommés, la première résistance tangible contre l’oubli. »

Si vous avez du mal à trouver 68, allez faire un tour sur le site de la maison d’édition.

Paco Ignacio Taibo II / 68 (L’échappée, 2008)

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article
14 décembre 2007 5 14 /12 /décembre /2007 22:37

Ce billet est exceptionnel (dans le sens qu’il représente une exception), il va causer d’un essai.

 

le-plein.jpgJe ne lis en général jamais les essais car, souvent écrit avec les pieds, ils m’ennuient généralement avant la fin de l’introduction. Quand j’arrive à vaincre ma somnolence, je tombe soit sur du jargon incompréhensible sans un énorme effort, soit sur un auteur qui répète tout trois ou quatre fois pour être sur que je vais comprendre. Résultat, je m’emmerde, et je me précipite sur un polar.

Or non seulement j’ai lu Le plein, s’il vous plait de Jean-Marc Jancovici et Alain Grandjean jusqu’au bout, mais en plus j’y ai pris plaisir.

 

Autant le dire tout de suite, ce n’est pas un bouquin fait pour vous remonter le moral. Si vous croyez, et voulez continuer à croire, que nos ingénieurs, politiques, associations … vont trouver une solution miracle pour nous permettre de vivre indéfiniment comme aujourd’hui sans rien lâcher et sans prendre un terrible retour de bâton dans les gencives, laissez tomber. Si vous n’avez pas peur de vous mettre à flipper à l’évocation de ce qui nous attend si nous ne faisons rien, si vous préférez être inquiet mais conscient, qu’aveugle et heureux, précipitez-vous.

 

En quelques chapitres, les auteurs s’attachent à montrer :

  • Qu’il ne reste pas de pétrole/gaz/charbon pour continuer plus de 20 ans à croître comme le veulent nos chers économistes zé politiques (et nous-même d’ailleurs).
  • Que les indicateurs économiques actuels (PIB en tête), sont devenus totalement inadaptés, car ils ne prennent pas en compte l’épuisement des ressources naturelles, tout simplement parce que la Nature ne présente pas (pour l’instant) de facture.
  • Que quoiqu’on dise, malgré des progrès en termes de rendement de nos machines, toute croissance s’accompagne d’une augmentation de notre consommation d’énergie, et des rejets de CO2.
  • Que la catastrophe naturelle arrivera justement au moment où, l’énergie commençant à manquer sérieusement, nous n’aurons plus les moyens d’y faire face sans casser beaucoup d’œufs.
  • Que par le passé, toutes les crises économiques graves se sont terminées par dictatures, guerres et autres joyeusetés.
  • Que la seule solution, plutôt que de prendre une grande claque imposée dans 20 ans, est d’augmenter progressivement le prix de l’énergie dès aujourd’hui, et ce au moyen d’un impôt qui revienne à l’état.
  • Que pour ce faire il ne faut pas moins d’état et plus de marché comme prétendent tous les média, mais au contraire plus d’état.

Le tout avec des explications scientifiques à la portée de tous, et des exemples très concrets pour illustrer le propos. Extraits :

 

« Cette fin de la croissance matérielle, nous ne la voyons pas dans nos indicateurs économiques, pour l’excellente raison que ces derniers ignorent superbement une inversion qui a commencé il y a quelques décennies. Ce qui a toujours été, dans l’histoire de l’humanité, le premier facteur limitant (le travail) est devenu excessif, et ce qui était excessif (les ressources naturelles et la capacité d’épuration de la planète) est en passe de devenir insuffisant »

 

« Tout le système comptable des entreprises a hérité de ce vice de construction : si un morceau de la planète (organismes vivants inclus) n’est la propriété de personne, alors il est gratuit. Et s’il est gratuit, sa dégradation ne se fera pas sentir directement dans l’économie. »

 

« Le PIB : l’art de compter ce que l’on gagne en oubliant ce que l’on doit »

 

 « même les crottes de chien sur les trottoirs font grimper le PIB, quand on commence à acheter des décrotteuses et à payer des gens à décrotter »

 

« notre rapport à la puissance publique est pour le moins contradictoire. Lundi l’Etat nous asphyxie d’impôts, et puis mardi arrive une épidémie, et les médecins –fonctionnaires – sont formidables, mercredi une inondation, et les pompiers sont formidables … »

 

«  Examinons maintenant une autre objection faite à la taxe : elle va nuire à la compétitivité des entreprises. Or la « Compétitivité » est la déesse des temps modernes. Rien n’est faisable qui Lui soit désagréable. On peut à peine se demander s’il faut lui sacrifier une partie de l’espèce humaine ! Il est amusant de voir que l’histoire se répète : lorsque la suppression de l’esclavage fut envisagée, ses partisans disaient aussi que cela allait nuire à la compétitivité ».

Voilà, je ne sais pas si tout cela vous donnera envie. Vous pouvez aussi aller sur le site de Jean-Marc Jancovici qui est extrêmement instructif, et souvent assez drôle.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Essais
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact