Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2007 3 12 /12 /décembre /2007 20:54

Voici donc, à cette heure, le dernier polar des grands espaces édité par Gallmeister. C’est celui qui me laisse l’impression la plus mitigée. On ne sait visiblement pas grand-chose de son auteur Trevanian. Si vous recherchez sur le web, vous lirez, à peu près partout le même petit paragraphe, disant qu’on ne sait pas grand-chose de lui, et qu’il a vécu dans les Pyrénées basques. La sanction, publiée en 1972 a semble-t-il été porté à l’écran par le grand Clint, je n’avais jamais entendu parler de ce film.

 

trevanian.jpgJonathan Hemlock a plus d’une corde à son arc : Professeur d’histoire de l’art, collectionneur, alpiniste de renommée internationale, il est également tueur indépendant pour le compte du CII, une officine de renseignement américaine. Les importantes sommes qu’il gagne en abattant ceux qui s’en sont pris à des agents du CII lui servent à acheter, au marché noir, les toiles qu’il collectionne. Sa prochaine mission s’avère particulièrement dangereuse : la cible de la sanction est un des trois alpinistes qu’il va devoir accompagner lors de l’une des courses les plus risquées au monde : la face nord de l’Eiger. Il lui faudra découvrir la personne à abattre, accomplir sa mission, et survivre à l’ascension.

 

Comme certains vins, ce roman m’a laissé une impression contrastée. 

 

Au premier abord (le nez et l’attaque en bouche) tout va bien. L’auteur ne manque pas d’humour, il a un vrai talent pour décrire les beautés d’une nature sauvage et particulièrement impressionnante, et sait parfaitement happer le lecteur dans un suspense sans faille. On comprend bien que Clint Eastwood ait tiré un film de ce roman, dont le final, dans la paroi de l’Eiger, est époustouflant et particulièrement cinématographique.

 

Mais une fois le bouquin fermé, et l’excitation de l’intrigue passée, il laisse un arrière goût assez désagréable. Trevanian (et son personnage) n’aiment personne (ou si peu) et regardent la pauvre humanité qui les entoure avec mépris et morgue. Cela pourrait être nécessaire à la cohérence du personnage qui n’est pas particulièrement sympathique, si l’auteur ne se laissait pas aller de temps à autre à des schématisations plus que limite (les allemands sont ceci, les suisses cela …). A sa décharge, il faut reconnaître que sa misanthropie est complète, et que ni ses compatriotes américains, ni son gouvernement n’échappent pas à son dédain et à ses critiques.

 

Une sanction prenante, cynique, intelligente, misanthrope et glaciale comme l’ascension de la face nord de l’Eiger !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

zorrock 22/05/2010 17:21



Bonjour,je viens de terminer "la sanction" de Trevanian.En effet,"glacial" est le mot,tant sur le plan des "sentiments" que sur celui de l'intrigue !Le niveau de prose est quand même trés bon
avec des passages de haute tenue.IL est désormais disponible dans la collection "totem",la nouvelle édition poche de Gallmeister.Je vois que tu n'abordes pas Ch.Brookmyre,il est chez Aube Noire
et depuis peu disponible en Points Policier."Petite bombe noire",fin, drôle,puissant et ambitieux devrait combler tes attentes(bon,je sais trés bien que le temps n'est pas extensible,il faut
faire des choix,on ne peut pas tout lire).Bonne journée !Ps:Niccolo Ammaniti "comme Dieu le veut" est désormais disponible en Livre de Poche.



Jean-Marc Laherrère 22/05/2010 22:30



Glacial, et avec un petit côté assez méprisant qui ne m'avait pas plu.


Pour Brookmyre, je sais que je suis passé à côté, et depuis je n'ai pas trouvé le temps de rattraper cet oubli. Peut-être cet été ...



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact