Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 21:14

Je n’avais pas particulièrement accroché au premier roman d’Alicia Giménez Bartlett, Rites de mort, juste aimé sans plus, donc je n’ai pas lu les suivants. Jusqu’au dernier, Un bateau plein de riz qui vient de sortir, toujours chez rivages. Et je crois que je vais maintenant la suivre attentivement.


Le corps d’un clodo a été retrouvé dans un parc de Barcelone. L’homme a été abattu d’une balle, avant d’être tabassé dans un simulacre d’agression par des skins. Une enquête pour Petra Delicado et son adjoint Fermin Garzon qui commence par la difficile identification de la victime. Pas de piste, pas de mobile … Quand un deuxième clochard est abattu, la presse s’empresse d’accuser la police de ne pas se préoccuper du sort des plus malheureux. Ce qui ajoute de la pression, mais n’aide en rien. Pour arranger le tout, ni Petra ni Fermin ne sont pas très sereins dans leur vie privée …


Etrange. Il m’arrive parfois de ne pas accrocher à un roman alors qu’a priori, tous les ingrédients de la recette me plaisent, et de me retrouver désolé de ne pas aimer ce qui devrait m’emballer. Là c’est un peu l’inverse. Je vois dans ce roman des « défauts » qui devraient me lasser, et je me suis régalé :

L’intrigue est bien menée, sans à coups et sans invraisemblances, mais ne fait pas vraiment tourner les pages toutes seules.


Plusieurs thèmes potentiellement très forts, comme la situation des SDF et des sans-papiers, l’agitation des groupuscule d’extrême droite, ou le trafic très juteux autour des associations caritatives sont à peine effleurés, laissant inexploités des possibilités d’écrire un roman rageur, noir et vengeur ... 


Finalement, contrairement à ce qu’on trouve dans la majorité des romans noirs qui me plaisent, ce qui est au centre de ce roman, c’est la vie, plus privée que professionnelle, des deux protagonistes principaux.

Et pourtant je ne me suis pas ennuyé une seconde. En premier lieu parce que c’est bien écrit, avec un grand sens de la répartie et une excellente maîtrise du comique de situation (on sourit souvent, on rit plusieurs fois).


Ensuite, parce que les personnages ont une vraie personnalité, une vraie profondeur et qu’on s’y attache. On s’y attache tellement qu’on a vraiment envie de savoir ce qu’ils vont devenir, indépendamment de leur enquête. C’est à travers eux, leurs réactions et leur regard qu’Alicia Giménez Bartlett livre sa vision de Barcelone et de l’évolution de la société espagnole.


Au final, un grand plaisir de lecture, partagé par Jeanjean.


Alicia Giménez Bartlett / Un bateau plein de riz (Un barco cargado de arroz, 2004), Rivages noir (2009), traduit de l’espagnol par Olivier Hamilton et Johanna Dautzenberg.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars espagnols
commenter cet article

commentaires

Laure 18/06/2009 13:22

c'était génial, génial, génial. je me suis bien régalée. Y'avait tout ce que j'aime : de l'humour, de l'émotion, des chouettes dialogues, des répliques cinglantes, qu'on voudrait toutes les noter, des personnages qu'on aimerait rencontrer ... (quoique Petra, on doit se sentir un poil \"tout petit\" à côté d'elle .... ) Et moi aussi, comme Anselmo, j'aimerais bien avoir \"un bateau plein de riz \" ... et pour les mêmes raisons. C'est un roman \"humain\".

Jean-Marc Laherrère 18/06/2009 16:44


Entièrement d'accord avec vous. Et à Toulouse, en octobre, on devrait rencontrer, non pas Petra, mais Alicia.


Hannibal le lecteur 25/02/2009 21:10

Un bateau plein de riz fait partie de la sélection printanière du Prix SNCF du Polar (10e du nom).
L'occasion idéale pour moi de découvrir cette auteur espagnole.

Jean-Marc Laherrère 26/02/2009 14:58


C'est effectivement un bonne occasion, et je suis content qu'elle commence à avoir du succès.


Dominique 05/02/2009 11:48

Je m'aperçois jean marc que ma mémoire me fait défaut, j'en connais un certain nombre qui ne me venaient pas à l'esprit merci pour coup de fouet aux neurones

Jean-Marc Laherrère 05/02/2009 15:02


De rien.


jeanjean 05/02/2009 11:07

En Espagne, les romans de Gimenez-Bartlett ont même inspiré une série télévisée. Mais il ne faut pas trop en parler, vu les extraits que j'ai vus, ça donne plutôt envie de fuir ! Entre Derrick et Julie Lescaut ;-)

Dommage que cet auteur ne "perce" pas vraiment en France, mais ça va peut-être venir...

Jean-Marc Laherrère 05/02/2009 15:01


Il faut dire que, pource que j'en ai vu, la télé espagnole ne brille pas par sa qualité ...


Dominique 05/02/2009 08:14

Les critiques de ce livre vont toutes dans le même sens, une question car je suis curieuse : y a t-il beaucoup de femmes auteur de polars en dehors des incontournables PD James, E George ou M Grimes ?

Jean-Marc Laherrère 05/02/2009 09:43


Il y en a pas mal.
En France, et je vais en oublier sans doute : Fred Vargas, Dominique Manotti, Claude Amoz, Dominique Sylvain, Michèle Rozenfarb, Patricia Parry, Danièle Ferrère, Maud Tabachnick, Luna Satie, Tran
Nuth, Brigitte Aubert, Chantal Pelletier, Stéphanie Benson ...
Au Brésil, Patricia Melo
En Italie Graziela Verazani
Aux US Laurie Lynn Drummond, Abigail Padgett, Sara Paretsky, Donna Leon, Sandra Scopetone ...
En Israel, Batya Gour

Et toutes celles dont le nom ne me vient pas à l'esprit là, tout de suite.


Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact