Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 16:36

Malheureusement, encore une petite déception avec un roman latino américain … Cette fois c’est 77 de l’argentin Guillermo Saccomanno.

 

Saccomanno

1977, sale année en Argentine. La guerre sale bat son plein, les milicos sont les maîtres de Buenos Aires. Enlèvements, disparitions, tortures … La ville vit dans la peur et la douleur. Le professeur Gomez aussi. Pourtant il n’est absolument engagé politiquement, ne se mêle de rien … Mais la peur est contagieuse, et l’homosexualité de Gomez peut aussi le désigner comme cible. Puis des gens qu’il connaît disparaissent, et il se retrouve malgré impliqué.


De bonnes pages dans ce roman, des pages qui rendent très bien la peur et la violence arbitraire des militaires et illustrent cette phrase (de qui d’ailleurs ?) : « La différence entre une démocratie et une dictature c’est que dans une démocratie, quand on sonne chez vous à 6h00 du matin, vous savez que c’est le laitier ». Tout cela est très bon.


Ce qui l’est moins est qu’il n’y a pas de progression dramatique, pas de tension narrative. On ne sait pas trop où veut aller l’auteur, et les pages fortes alternent avec des moments beaucoup plus faibles. En l’absence de but identifiable, on finit par s’ennuyer un peu, et on commence à trainer dans la lecture et à chercher autre chose à faire.


Comme si l’auteur avait une situation et des sentiments à décrire, mais pas d’histoire à raconter. Comme un maçon qui aurait de belles et grosses pierres de taille, mais pas le ciment pour les faire tenir ensemble.


Dommage.


Guillermo Saccomanno / 77 (77, 2008), L’atinoir (2012), traduit de l’argentin par Michèle Guillemont.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars latino-américains
commenter cet article

commentaires

christophe 16/08/2012 18:42


Tiens, pour un petit tour en Argentine, je te conseille l'excellent - à mon avis - “Trois minutes avec la réalité“ de Wolfram Fleischhauer. C'est un livre lent et dense, un très bon moment
de lecture avec un homme qui réussit à te passioner pour le tango et le ballet...

Jean-Marc Laherrère 16/08/2012 20:37



Je note. Restera à trouver le temps ...



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact