Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 22:50

Depuis la découverte du comté (imaginaire) d’Absaroka et la rencontre avec son attachant nounours de shérif Walt Longmire, j’attendais la suite avec impatience. La voici avec Le camp des morts, sous la plume (d’aigle ?) de Craig Johnson.


JohnsonUn soir le corps de Mari Baroja est découvert, sans vie, dans la chambre qu’elle occupe dans la maison de retraite de Durant, Wyoming. Une mort sans histoire. Qui devrait être sans histoire. Mais son voisin de chambre, Lucian, l’ancien shérif, demande à Walt Longmire de faire pratiquer une autopsie. Comme Walt ne peut rien refuser à son mentor, il accepte, sans savoir qu’il vient de mettre les pieds dans une sale affaire vieille d’un demi siècle. Dehors, la tempête fait rage, la neige s’accumule, Noël approche. Un Noël qui s’annonce agité.


Revoici donc Walt Longmire, Vic son adjointe, Henry Standing Bear son ami indien et barman, et les paysages grandioses du Wyoming. Il va sans dire que je suis enchanté de les retrouver.


Un deuxième volume tout aussi réussi que le premier, qui met au centre de l’intrigue, après les indiens des réserves Crow et Cheyenne, un autre peuple étrange … les Basques, installés depuis longtemps dans ces régions peu peuplées. Des basques venus faire les bergers et qui ont amené avec eux leur langue, leur religion, leurs curés et leurs traditions, et ont transplanté le tout si loin de leur terre natale.


Tout cela est décrit avec l’humanité, le sens de l’intrigue, les dialogues impeccables, et l’humour de Craig Johnson. Et puis il y a la nature. La nature toute puissante dans ce coin fort peu peuplé des US. D’autant plus puissante que cet épisode se déroule en hiver, et que l’auteur s’y entend à rendre le froid, la neige, les bourrasques … Je sais que ce n’est pas pratique, mais il est bon de prévoir les moufles pour tourner certaines pages.


Bref, on n’est pas déçu, on retrouve intact le plaisir éprouvé à la lecture de Little Bird, on se régale, et on attend le troisième.


Craig Johnson / Le camp des morts  (Death without company, 2008), Gallmeister (2010), Traduit de l’américain par Sophie Aslanides.


PS. Craig Johnson sera aux quais du Polar à Lyon, il est déjà en France. Si vous avez l’occasion d’aller le voir, ne le ratez pas, il est passionnant et adorable. Pour plus de renseignements, c’est là.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Polars américains
commenter cet article

commentaires

caro 23/11/2010 18:32



j'ai aimé "little bird", j'entame "le camp des morts" , et je ne m'ennuie pas une seule seconde: l'humanité en effet rend les personnages attachants, les femmes aussi en second plan peuplent ce
roman et nous traversons avec plaisir les grands espaces du Wyoming



Jean-Marc Laherrère 23/11/2010 23:26



Et pour notre bonheur, craig Johnson a déjà publié 6 romans de la série au US.



Olivier Verstraete Radio Cité Vauban (RCV) 21/06/2010 21:59



bonsoir jml


voici pour alimenter la discussion au tour de cet excellent roman


L’état du Wyoming n'est ni le plus connu, ni le plus visité des Etats-Unis. En plein Middle West, entre montagne et campagne, il est coincé entre le Montana et le Colorado. C'est une terre
agraire mais aussi indienne. De par ses activités, dans le secteur primaire comme secondaire, le Wyoming a accueilli de nombreuses populations migrantes. Dans le camp des morts, Craig Johnson
nous plonge dans cet état comme dans la diaspora basque au cœur de son nouveau roman paru chez Gallmeister.


Walt Longmire est sheriff dans le comté d'Abaroska, dans l'état du Wyoming. Connu comme le loup blanc, Walt accomplit sa mission avec conscience et sans 
excès. Il est appelé un jour à la maison de retraite pour constater le décès de Marie Baroja, une pensionnaire d'origine basque. Il aurait pu boucler cette 
affaire très rapidement sans les sollicitations de Lucian, l'ancien sheriff du comté et voisin de chambre de Marie. Le corps de Marie est alors envoyé à 
l'autopsie. Ses conclusions font mention de traces suspectes sur le corps et bien d'autres choses encore qui vont pousser le sheriff Longmire à enquêter sur l'entourage de la vieille dame, son
passé et le patrimoine qu'elle laisse et qui est loin de laisser indifférent tant il est important. Dans un  décor de carte postale, le sheriff Longmire va remonter différentes pistes comme
un indien chasseur traquant sa proie, ce qui va l'amener à découvrir cette 
diaspora basque avec son histoire, son sens des valeurs et de la famille et le danger dans cette quête de la vérité sur la mort de Marie Baroja.


Deuxième aventure du sheriff longmire. Après Littelbird, Craig Johnson reste dans la même veine naturaliste avec une intrigue qui se boit comme du petit 
lait. L'histoire est savamment  dosée, les personnages sont d'une humanité irrésistible et la présence de l'histoire avec un grand H, que cela soit celle des peuples indiens que celle
des basques donne une touche originale, loin d'être gadget ou décalée au contraire. Craig Johnson embarque son lecteur dans cette enquête du début jusqu'à la fin avec une brochette de
personnages toute aussi importante que le sheriff Longmire et que l'on dévore avec délectation sans indigestion. Quel régal! Vivement le prochain!



Jean-Marc Laherrère 22/06/2010 10:13



Une fois de plus merci.



Aurore 12/04/2010 13:42


Les basques?!!! Je commence tout juste à déguster ce livre et je n'en ai (donc)pas encore croiser. C'est surprenant... La suite parès lecture!!


Jean-Marc Laherrère 12/04/2010 14:09



Ils arrivent assez rapidement, un peu de patience.



Sylde 08/04/2010 07:28


Je n'avais pas repéré la sortie de ce deuxième tome, merci pour l'info, je vais aller faire un tour chez ma libraire... C'est vrai que Craig Johnson sait trouver les mots pour nous faire partager
son amour de la nature.


Jean-Marc Laherrère 08/04/2010 11:11



Pour ma part, j'y vois autant de respect (parfois rempli de crainte) que d'amour, tant la nature du Wyoming peut se révéler sauvage et impitoyable.



jeanjean 07/04/2010 16:48


hihihi...
timing, encore une fois
et encore une fois, d'accord avec toi.
@+


Jean-Marc Laherrère 07/04/2010 17:42



J'ai vu, ça parait simple et évident, et c'est tellement agréable.



Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact