Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 22:28

Et voici le deuxième texte de la collection L’atineur, de l’éditeur L’atinoir. Il s’agit d’Exilio de Sara Sonthonnax.


Ils sont deux parmi tant d’autres, Pablo et Miguel, en route vers la France en ce mois de janvier 1939. Ils sont en déroute, avec l’armée républicaine. Ils croisent les derniers vestiges de la guerre. Ils ont froid. Ils ne savent pas encore que la France va les parquer dans des camps de la façon la plus ignominieuse.


Quelle claque ! Pourtant, les premières lignes m’ont fait craindre un texte qui sacrifie au style, au plaisir des mots, au détriment du sens. Crainte très vite envolée. Le rythme fait sens, les mots envoûtent, font ressentir le froid, l’horreur, le désespoir, la honte …


Une vraie surprise que ce texte qui m’a fait penser à deux autres récits de guerre, à pas n’importe lesquels : L’implacable recueil Nouvelles de la zone interdite de Daniel Zimmermann pour la façon de raconter l’horreur, et le magnifique roman de Julio Llamazares, Lune de loups, pour sa façon de dire le désespoir des vaincus de cette guerre qui n’a pas fini de marquer les mémoires.


Deux références écrasantes, dont ce texte court est le digne héritier. Un texte sombre, âpre, puissant, qui prend aux tripes et serre la gorge. Un texte ambitieux et risqué tant cette guerre d’Espagne reste un moment à part dans l’imaginaire de tous ceux qui se revendiquent de gauche. Un texte digne de tous ceux qui ont tout donné pour leur idéal. Un texte à lire.


Sara Sonthonnax  / Exilio, L’atinoir/L’atineur (2008).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:53

Revenons à des choses plus sérieuses …


Un hôtel peut-être disparu dans la forêt amazonienne, les canaux de Patagonie, les rues et les bars de Santiago du Chili, le balcon d’un hôtel du Caire, une cabane construite par Butch Cassidy et Sundance Kid, le port de Hambourg … Autant de lieux chargés d’histoires, de souvenirs, de légendes, que Luis Sepulveda nous raconte … pour vaincre l’oubli.


Dans La lampe d’Aladino, on croise un Vieux qui lit des romans d’amour accompagné d’un dentiste qui tentent de sauver ce qui peut l’être d’un pays en guerre ; un pirate portugais révolutionnaire avant l’heure qui patrouille à l’extrême sud du monde ; un commerçant palestinien qui vend des objets de première nécessité et du rêve du côté de Punta Arenas ; des hommes amoureux ; des femmes amoureuses ; des amis qui ses souviennent des chers disparus autour d’une bouteille …


On retrouve le talent de conteur de Luis Sepulveda qui, à chaque nouvelle, nous amène ailleurs,  dans les villes, les étendues laminées par les vents de Patagonie, ou la forêt … mais toujours à la rencontre d’hommes et de femmes, vivants ou disparus, que l’on retrouve avec plaisir, ou dont on se souvient avec nostalgie.


Des personnages qui viennent enrichir la galerie que l’on a déjà en tête, le Vieux bien entendu, mais aussi le chat et la mouette, le grand-père anarchiste, le détective au nom de torero, et tant d’autres …


On pourrait lui reprocher de ne pas vraiment se renouveler, ou de ne pas être d’une folle originalité. Mais il raconte si bien. Sa générosité et son humanité sont tellement palpables dans ses courts récits qu’on a envie de le rencontrer, autour d’un feu ou d’une table de bistro, un verre à la main, pour l’écouter raconter toute la nuit.


Luis Sepulveda / La lampe d’Aladino et autres histoires pour vaincre l’oubli (La lampara de Aladino y otros cuentos para vencer el olvido, 2008), Métailié (2009), traduit de l’espagnol (Chili) par Bertille Hausberg.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 22:46

J’ai fait un très sale coup à Maïté Bernard. Avant toute chose, si elle passe par ici, je la prie de m’en excuser …


Voilà. Après le monumental Un pays à l’aube, je ne savais pas trop quoi lire qui tienne le choc. J’avais sous le coude monsieur madone, que très gentiment Maïté (croisée à l’occasion de divers festivals) m’avait fait parvenir. U roman qui, de toute évidence, n’avait rien à voir avec le Lehane : ce n’est pas un polar, il est court, il est intimiste. C’est donc elle qui a eu la lourde tâche de succéder au monument … Mon choix aurait pu lui être fatal, il n’en fut rien.


La narratrice est photographe. Elle est en deuil. Depuis 5 ans. Depuis qu'Hugo, son compagnon, s'est suicidé pour ne pas vivre l'agonie d'un cancer. Depuis elle fuit, d'un pays en guerre à un autre, coupant les ponts avec la famille d'Hugo. Aujourd'hui elle est de retour à Versailles, où elle va passer un après-midi avec Nicolas, le frère d'Hugo. Un après-midi pour marcher dans le parc, parler d'Hugo, comprendre la douleur des autres, et, peut-être, retrouver l'envie de vivre.


Maïté Bernard quitte le polar de ses débuts (Nimes Santiago et Fantômes) et donne la parole à une femme blessée. Elle le fait avec beaucoup d'humanité et de tendresse, lors d'une promenade sous la pluie qui laisse une impression à la fois douce et triste. Comme la saudade tant chantée par les portugais, les cap verdiens et les brésiliens.


Son court roman passe du bonheur des souvenirs heureux, à la douleur indicible du manque. Une douleur qui ne s'en va jamais, même si elle se fait moins vive et plus « supportable ». Elle dit très justement le refus d'être comprise par des gens qui ne peuvent pas comprendre, le refus d'être consolée d'un chagrin inconsolable. Elle dit avec beaucoup de tact l'impossibilité à partager ses sentiments, et pourtant, le partage possible avec un proche qui a connu la même perte. Et elle dit aussi l'envie de vivre, de nouveau.

Un très joli roman, plein d’émotion, de tact, de tendresse. Un bon choix après l’ampleur, le bruit et la fureur de Lehane.


Maïté Bernard / monsieur madone Le passage (2009).


PS. Juste une remarque, de casse pied pointilleux. La narratrice est photographe. Elle dit à un moment : « les photographes de presse compétents avaient un Nikon F2, F3 ou FM2, et certainement pas un appareil photo manuel … sauf, depuis son apparition en 1991, le Canon EOS ».  Petit lapsus. Les Nikon F2, F3 et FM2 sont justement des appareils manuels, et le Canon EOS est un des premiers autofocus de course.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 21:24

Laure devrait être contente. Après une enfance et une adolescence difficiles, elle est amoureuse de Martin, et vient de rentrer, avec lui, dans l'une des plus prestigieuses écoles préparatoires de France. La voie royale (dit-on), vers les plus hautes destinées. Le week-end d'intégration s'est plutôt bien passé, et les autres élèves sont beaucoup moins ennuyeux qu'elle ne le craignait.

Mais le dimanche, en fin d'après-midi, l'enfer commence. Bizutage intensif, violences physiques et surtout psychologiques, humiliation permanente, privation de sommeil et d'intimité … Tout cela au nom de la tradition, et soi-disant pour souder les élèves. Cent fois Laure est sur le point de se rebeller, cent fois elle courbe la tête, se haïssant pour sa lâcheté. Ce qui pourrait n'être "que" traumatisant tourne au drame dès le premier soir. Laure aperçoit, un instant, un corps désarticulé dans la cour. Mais rien, aucune réaction, personne ne dit rien. A-t-elle rêvé ? Est-ce une manipulation de plus ? Ou le bizutage a-t-il vraiment dérapé ce soir là ?

Malgré une maigre intrigue policière qui vient mettre du piment et du suspense dans ce roman, Je suis morte et je n’ai rien appris de Solenn Colléter n’est pas un polar. L’enquête est anecdotique, et le sujet est ailleurs. Le sujet c'est le bizutage que l’on croyait pourtant disparu.

Au-delà de la description des faits, c’est surtout le démontage des mécanismes qui font que des jeunes gens, a priori sains d'esprits, acceptent de se faire humilier une semaine durant, sans jamais se révolter. Comment cette manipulation, car cela en est bien une, va en faire, quand leur tour viendra, de parfaits bourreaux, qui se seront auto persuadés que, finalement, ils s'étaient bien amusés.

Comment également, des fils et filles de très bonne famille, ainsi que tout leur entourage, qui feraient sans doute un procès retentissant au premier enseignant  qui oserait ne serait-ce que lever la main sur eux, ou au premier minot qui oserait les traiter de quelques inoffensifs nom d’oiseaux, acceptent de subir les pires sévices, parce qu'ils sont entre eux, parce c’est la tradition, parce que ces choses là ne doivent pas sortir d’une certain cercle, parce ce serait sans doute trop humiliant que cela se sache, parce que ?

Tout cela est palpable dans le roman, que l'on lit dans un état de stupéfaction permanent. On sent la fatigue, le sentiment de dégoût, de haine pour ce qu’on accepte, l’imbécillité, le sadisme adolescent, l’incompréhension … Avant de se demander, bien entendu, comment on aurait réagi soi-même, à cet âge là.

Parce qu’il est trop facile de se dire qu’à plus de 40 ans (ben oui, c’est triste à dire, mais j’ai plus de 40 ans), le premier qui approche aurait pris un pied, une main, une pala (pour les gens du sud-ouest), ou tout autre ustensile pour les autres, dans la tronche (ou ailleurs). Si on y pense deux fois, on se demande forcément ce qu’on aurait fait à 17 ou 18 ans, quand on est encore fragile, et qu’on a l’impression que si l’on craque, on ne pourra pas rester dans cette école, et que, forcément, on hypothéquera son avenir. Question intéressante, à laquelle il est bien difficile de répondre honnêtement …

Solenn Colléter, Je suis morte et je n’ai rien appris, Albin Michel (2007).

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 20:19

« Je suis tombé amoureux d'une femme inconnue.

Tout commença par cette phrase. C’était le début d’un paragraphe. Je l’avais écrit mais je ne m’en souvenais pas, car j’avais perdu la mémoire après l’accident. »

Ainsi commence le récit de Juan Cabo, quand il sort du coma. Rien d'autre, il a tout oublié. On lui apprend qu'il est un auteur reconnu, et qu'avant d'avoir un accident de la route, il avait dîné dans un restaurant où il avait écrit ces quelques mots. En quête de sa mémoire, il retourne au restaurant, et se renseigne sur la dame qui a pu inspirer une telle phrase. Mais cette femme est-elle réelle, est-elle pure invention ? Son enquête va se révéler à la fois plus réelle et plus littéraire que prévue. Plus dangereuse aussi. Quand au lecteur, il n'a pas fini de se perdre …

Daphné disparue n’est pas un nouveau roman de José Carlos Somoza. C’est l’un de ses premiers, traduit aujourd'hui qu'il commence à être connu. Pour ceux qui le connaissent déjà, cette œuvre est moins puissante que ses chef-d'œuvres à venir, et en particulier que les deux monuments que sont La caverne aux idées, et Clara ou la pénombre. Mais  tout son talent est déjà là.

Comme il le fera par la suite, Somoza a une idée et la pousse dans ses ultimes retranchements. En 200 pages il « fait le tour » de la littérature. Tout y est, le point de vue de l'écrivain et du lecteur, ce qui est relativement classique, mais également de celui de l'éditeur. Tout passe à sa moulinette. La littérature comme art, comme fiction, comme mensonge, mais aussi comme  moyen de survie et comme simple (ou complexe) industrie.

Il devance et devine, dès 2000, ce que permet le web aujourd'hui : tout le monde, tout le temps, partout, peut et veut écrire et publier. Il fait tout cela à sa façon habituelle, c'est-à-dire au travers d'une construction éblouissante de maîtrise et d'intelligence. Le lecteur a beau savoir qu'il va se faire promener, il a beau essayer de déjouer les pièges, il se fait avoir avec délices, comme d'habitude.

José Carlos Somoza, Daphné disparue (Dafne desvanecida, 2000), Actes sud (2008) Traduit de l’espagnol par Marianne Millon.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
1 août 2008 5 01 /08 /août /2008 18:59

Il y a presque un an, des copains à qui je faisais part de mon enthousiasme pour Haruki Murakami en général, et Kafka sur le rivage en particulier m’ont offert Chroniques de l’oiseau à ressort. Il était sur ma table de nuit, mais avait été recouvert par des piles de polars. Et j’hésitais à me lancer dans ce pavé de 850 pages. Grâce aux vacances, plus calmes en termes de sorties, j’ai enfin pu le lire. Si vous passez par ici, Hervé et Isa, merci.

Toru Okada était secrétaire dans un cabinet juridique, jusqu’à sa démission, donnée sans raison bien précise. Depuis il est homme au foyer, s’occupe de la maison et prépare le repas en attendant sa femme Kumiko. Jusqu’au jour où leur chat, disparaît. A partir de là sa vie déraille. Il reçoit des coups de fils érotiques d’une inconnue, rencontre une voyante coiffée d’un chapeau rouge, fait la connaissance d’une adolescente spécialiste de perruques ... et Kumiko disparaît à son tour, sans laisser de traces. Et ce n’est que le début d’une étrange aventure qui le verra affronter ses cauchemars, et ceux des autres, au fond d’un puits.

Ceux qui connaissent déjà Haruki Murakami savent bien qu’il est absolument impossible de résumer ses romans. Celui-ci ne fait pas exception à la règle. Ils savent également qu’ils sont tellement riches, complexes, peu explicites et qu’on passe forcément à côté de beaucoup de choses, chacun y piochant ce qu’il peut, ou ce qu’il veut. Une fois de plus, celui-ci ne fait pas exception. Parmi les multiple thématiques abordées dans cet ouvrage, on peut citer, en vrac, une réflexion sur le monde du travail et la vie quotidienne au Japon, le traumatisme de la guerre en Chine, et de la débâcle de 1945, la culpabilité, la manipulation politique et individuelle, l’importance du rêve, la difficulté d’assumer ce que l’on est ...

Autant de thèmes, et bien d’autres, qui passent, comme un rêve éveillé dans ce roman envoûtant de plus de 800 pages qui réussit l’exploit, malgré ses digressions et ses récits en apparence sans liens les uns avec les autres, de repêcher le lecteur juste quand il a l’impression d’être complètement perdu.

L’auteur nous perd, nous hypnotise, nous présente l’un après l’autre une multitude de personnages pas toujours liés les uns aux autres, avant de nous récupérer, in extremis, et de donner, dans une final extrêmement prenant, une cohérence à l’ensemble.

Chroniques de l’oiseau à ressort est un roman qui peut passer en quelques pages de la violence la plus noire à la poésie la plus lumineuse, de l’horreur à l’humour, de tragique au comique, toujours en finesse, sans la moindre lourdeur. Un roman à la fois poétique, réaliste, fantastique, historique, onirique ... Un roman que l’on referme comme on sort d’un rêve, enchanté au sens premier du terme, encore un peu paumé, avec l’impression d’avoir saisi quelque chose d’important, même si on ne comprend pas tous les détails.

Vraiment du grand art, qui demande juste un peu de temps et de persévérance. Mais j’ai quand même une légère préférence pour Kafka sur le rivage ...

Haruki Murakami / Chroniques de l’oiseau à ressort  (Nejimaki-dori kuronikuru, 1994), Points Seuil (2001). Traduction du japonais par Corinne Atlan avec Karine (ou Catherine ?) Chesneau.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 15:24

Parce que son grand-père bien aimé, communiste convaincu, bouffeur de curés et brûleur d’églises le lui a demandé sur son lit de mort, avec l’argent qu’il lui a laissé, Eemeli Toropainen crée une fondation et construit une superbe église en bois, quelque part au Nord de la Finlande. La construction est le début d’une aventure qui va voir une bande d’écolos barbus se joindre aux charpentiers, créant le noyau de ce qui va devenir, peu à peu, une communauté autonome, joyeusement bordélique et auto-suffisante. Une communauté qui va grandir et devenir un vrai paradis quand, la crise pétrolière, l’explosion d’une centrale nucléaire russe, puis la troisième guerre mondiale changera le reste du monde en un enfer où sévit la famine …

Dans la lignée de Prisonniers au paradis, un Paasilinna comme on les aime. Avec, à la base de tout, une bonne bande de cinglés qui, peu à peu, se révéleront finalement plus censés que ceux que l’on nous présente tous les jours comme des gens raisonnables. Et ensuite les grands thèmes paasilinniens : les ours (qui comme on le verra sont, du moins intérieurement, très semblables aux finlandais, même s’ils sont un peu plus velus), le retour à la nature, le plaisir du travail manuel bien fait, la nécessité d’installer une distillerie, même dans les coins les plus reculés, les vertus du caractère de cochon … Et bien entendu l’humour. Mélangez le tout, buvez un coup, n’oubliez pas de passer au sauna, et vous verrez qu’alors, même la fin du monde devient nettement moins dramatique …

Arto Paasilinna / Le cantique de l'apocalypse joyeuse  (Maailman paras kylä, 1992), Denoël (2008). Traduction du finnois par Anne Colin du Terrail.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 19:03

Ce matin, c’est décidé, Sébastien Lesquettes dit Einstein s’évade. Il se fait la belle, il fausse compagnie au mouroir où ses trois enfants l’ont parqué. Il part retrouver Paula, l’amour de sa vie, rencontrée dans les réseaux de la Résistance Lyonnaise, perdue, retrouvée, et perdue à nouveau. Il emmerde ses trois enfants devenus médiocrement cons, les employés du mouroir, la maréchaussée, son toubib, et plus généralement tous les empêcheurs de jouir en paix. Avec l’aide de Laurent, chauffeur de taxi qui va de venir son ami, il part sur les traces de la belle, et se souvient.

 

Einstein n’est pas gentil avec son temps, ses concitoyens, sa progéniture. Il faut dire qu’Einstein a vu trop d’horreurs indicibles, en 1940 sur les plages de Dunkerque, en captivité, dans la Résistance, et surtout, au retour de son ami Michel, juif, rescapé des camps. Alors Einstein (et Joseph Bialot avec lui), n’a plus le temps ni la patience de supporter la médiocrité, l’absurdité du clinquant d’une époque, le retour, inquiétant, d’une connerie que l’on croyait disparue.

 

Bialot-einstein.jpgLe jour où Albert Einstein s’est échappé n’est pas un livre gentil, ni consensuel, ce n’est pas non plus un livre parfait. A mon goût, l’auteur s’y laisse trop aller au plaisir de la formule, à la belle phrase, au mot d’esprit. Cela nuit parfois au rythme, et même à la crédibilité. Personne ne peut s’exprimer, penser, tout le temps, comme ça. Même des personnages aussi exceptionnels qu’Einstein, Paula ou Laurent le chauffeur de taxi doivent bien dire, et penser, des choses banales, ou au moins banalement, de temps en temps. Mais cela est très vite oublié, il y a trop d’émotion, d’envie et de plaisir de vivre, de rage salutaire contre la connerie dans ce roman pour qu’on s’arrête à ce détail. On passe de sourire aux larmes, d’une formule qui fait mouche, d’une énergie communicative à une émotion bouleversante, comme il passe du plaisir de déguster enfin un plat qui a le goût de la liberté au souvenir des derniers moments de son ami revenu des camps. Pour tout cela, on est emporté. Et si on peut faire parfois une légère overdose de bons mots, il faut surtout reconnaître que certaines formules valent le détour. Comme celle-ci :

 

« La bicyclette, la natation, l’adhésion au Parti et l’amour ont ça de commun avec la religion … Une fois maîtrisé ça ne s’oublie jamais ! On prie sans croire, on pédale sans grâce, on nage sans force, on adhère sans passion, on baise sans plaisir. »

 

Autre exemple, pourquoi Einstein ? Juste un éclair de lucidité et de culture du gardien de la maison de retraite le jour où Bastien a énoncé ce théorème universel liant la masse et le temps : « plus je vieillissait et plus les objets devenaient lourds à soulever ».

 

Alors faites comme lui, rebellez-vous quel que soit votre âge, gueulez votre rage, profitez de tout ce que la vie offre, n’acceptez jamais l’inacceptable, et lisez ce roman.

 

Pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur l’auteur, Bibliosurf a mis en ligne un excellent échange qui eut lieu à l’époque de Mauvaisgenres entre Joseph Bialot et les habitués du site.

 

Joseph Bialot / Le jour où Albert Einstein s’est échappé (Métailié, 2008)

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 16:37

« Il faut savoir s’exprimer pour arriver à quelque chose. Moi, je dois réfléchir un moment avant de parler, mais dans l’intervalle la conversation a suivi son cours, comme on dit, et plus moyen de rattraper le coup. Cette difficulté m’a accompagné toute ma vie, avec de fâcheuses conséquences. »

 

callisto.gifOdell Deefus n’est pas une lumière. Pas complètement idiot non plus, juste un peu lent. Son mètre quatre vingt-dix attire toujours les regards, puis sa lenteur pousse souvent les gens à se moquer de lui. Ce qui peut se révéler une erreur car si Odell est plutôt gentil, il peut aussi être dangereux quand il a acquis la certitude qu’on se moque de lui, ou qu’il est en danger. Il est en route vers le centre de recrutement de Callisto. Maintenant que l’armée américaine manque de volontaires pour aller en Irak, plus besoin d’avoir un diplôme, et il faut bien que quelqu’un aille mettre fin aux agissements de « ces enragés d’islamistes ». Alors pourquoi pas Odell. Malheureusement, sa voiture le lâche à quelques kilomètres du but, et il va demander de l’aide chez Dean Lowry, jeune homme paumé et agressif. Il ne sait pas qu’il n’arrivera jamais au centre de recrutement et qu’une succession invraisemblable d’évènements fera de lui un dangereux terroriste aux yeux de l’opinion et de l’armée américaine.

 

Odell est le narrateur de Callisto. Comme le gamin de Fantasia chez les Ploucs, ou le shérif de 1275 âmes, il pose un regard décalé et naïf (plus ou moins naïf) sur ce qui lui arrive, et sur le pays où il vit. Si l’on sourit souvent au début, la fin poignante vient changer le regard que l’on a sur lui, victime d’une Amérique devenue totalement folle, déboussolée par les conséquences du 11 septembre, par la folie sécuritaire qui a suivi, et par l’emprise croissante des groupes religieux les plus fondamentalistes. Dans sa naïveté, Odell met à nu toutes les absurdités du système.

 

Quand on veut lui faire dire qu’il veut renverser l’Amérique et son système de valeurs, ses réponses d’une simplicité enfantine ne peuvent que désarçonner ses tortionnaires :

 

-          « A supposer que vous soyez Président, quels changements institueriez-vous ?

 

-          Et bien, tout d’abord, j’organiserais ma libération. […]

 

-          Et en d’autres domaines ? La foi, la justice sociale, ce genre de questions.

 

-          Et bien je ferais en sorte que le passage de pubs à la télé aille contre la loi. Il y aurait une chaîne pour ça, la chaîne commerciale, que pourraient regarder ceux qui ont envie de voir les pubs. Je crois que ça ferait un bon audimat. »

 

On ne sait visiblement pas qui est Torsten Krol, l’auteur. Ce qui est certain c’est que Callisto est bien parti pour être de ces livres qui deviennent des références pour un public de plus en plus nombreux, comme La conjuration des imbéciles, Dalva ou Le seigneur des porcheries. Bienvenu au club des fans d’Odell Deefus.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article
11 décembre 2007 2 11 /12 /décembre /2007 19:31

Deuxième (et dernière) fiche n’ayant pas pu se caser dans le DILIPO :

Tristan Egolf est né en 1971 en Europe, où il vit ses premières années avec ses parents qui sont écrivain et peintre. Quand ils divorcent, il suit sa mère et son nouveau mari à Washington D.C puis à Louisville, dans le comté très rural de Lancaster, où il vit entre onze et dix-huit ans. Il rentre alors à la Temple University à Philadelphia qu’il quitte au bout de deux semestres, une expérience qu’il considère comme une pure perte de temps. Il exerce alors toutes sortes de petits boulots, puis décide d’aller à Paris.

seigneur-des-porcheries.jpgIl commence alors à écrire son premier roman, Le seigneur des porcheries (Lord of the Barnyard, 1998), et gagne sa vie en jouant de la musique dans un pub irlandais, et sur le Pont des Arts. C’est là que la fille de Patrick Modiano le rencontre, et, apprenant qu’il écrit, le présente à sa famille qui le prend sous son aile, et le soutient tout au long des dix-huit mois que dure la rédaction de ce premier roman. Il retourne alors aux USA, où il ne trouve pas d’éditeur, quand Patrick Modiano l’appelle : Gallimard accepte de le traduire et de le publier. La publication en anglais ne viendra qu’après. Il vit ensuite à New York, cadre de son second roman. Il se suicide en 2005.

Le seigneur des porcheries raconte l’histoire de John Kaltenbrunner, jeune homme qui bouleversa la petite ville de Baker dans la Corn Belt. Tout jeune, John s'avère différent, ce qui dans cette petite ville obscurantiste, peuplée d'alcooliques bas de front et de fanatiques religieux plus ou moins pervers, est très mal vu. L'issue est inévitable, à 16 ans, dans une explosion de haine, il brûle sa ferme, déclare la guerre à la ville et finit en prison. Trois ans plus tard, il revient, bien décidé à reprendre sa place à Baker, où tout le monde l'a oublié. Il effectue les boulots les plus durs et les plus sales, avec l'efficacité et l'intelligence redoutables qui ont toujours été les siennes. Jusqu'à ce qu'il finisse chez les éboueurs, derniers des derniers à Baker. Révolté par leurs conditions de travail, et l’attitude des habitants envers eux, il les organise pour faire valoir leurs droits à une vie ayant un semblant de dignité, et déclenche une grève qui aura des conséquences dramatiques. Ce premier roman frappe par sa richesse, son ambition, la violence de sa charge contre les habitants de cette petite ville raciste, obscurantiste et haineuse, et la puissance de ses descriptions. Ces tableaux pleins de bruit, de fureur, d’odeurs, de sensations, d’émotions, culminent en deux ou trois occasions, lors de catastrophes qui emportent tout, personnages comme lecteur.

Une puissance que l’on retrouve dans son second roman, Violon et jupons (Skirt and the fiddle, 2002). Charlieegolf-2.gif Evans est violoniste, classique. Le syndicat des musiciens l'envoie à un concert en costume, et à sa grande surprise, lorsqu'il arrive il trouve un public d'abrutis racistes complètement saouls, venus voir un groupe punk allemand particulièrement violent. Circonstance aggravante, Charlie est métis. Il se fait copieusement insulter et menacer, le concert est un cauchemar total. En partant, il jette son violon, abandonne la musique et part dans un hôtel minable, retrouver son ami l'Anarchiste, fainéant fort en gueule, toujours plein de projets totalement irréalisables. Après avoir gagné une petite fortune en allant massacrer des rats dans les égouts, les deux compères prennent une cuite magistrale, et se réveillent dans la chambre d'un hôtel cinq étoiles, en compagnie d'une femme superbe. Les aventures ne font que commencer. Ici aussi, le lecteur éberlué se demande où va l'auteur, pour oublier immédiatement la question, submergé par le maelström. Egolf confirme son talent pour décrire des moments cataclysmiques, où le chaos va crescendo, dévastateur, jusqu'à l'apothéose.

Repost 0
Published by Jean-Marc Laherrère - dans Blanche
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean-Marc Laherrère
  • : Il sera essentiellement question de polars, mais pas seulement. Cinéma, BD, musique et coups de gueule pourront s'inviter. Jean-Marc Laherrère
  • Contact